Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Intelligence artificielle : quels impacts sur l’emploi ?

Intelligence artificielle : quels impacts sur l’emploi ?

Un rapport de France Stratégie et du CNNum donne une série de pistes pour anticiper les impacts sociaux et économiques du développement de l’intelligence artificielle.


Le développement de l’intelligence artificielle (IA) suscite à la fois des espoirs et beaucoup d’inquiétudes. C’est avec l’objectif de sortir d’une vision trop simpliste, en particulier sur l’enjeu des potentielles destructions d’emploi qui pourraient être induites par l’IA, que France Stratégie et le CNNum (Conseil National du Numérique) ont publié le 21 mars dernier un rapport sur cette question qui occupe de plus en plus l’actualité.

Ce document, qui insiste sur la nécessité de « veiller à ce que la machine demeure au service de l’humain », revient sur les enjeux actuels en matière de développement de l’IA, soulève une série de points de vigilance et émet plusieurs recommandations.

 

Plus de transformations du travail que de suppressions d’emploi


Une machine qui viendrait compléter l’Humain plutôt que de le remplacer, voici la vision optimiste à laquelle appelle le rapport quant à l’avenir de l’emploi avec le développement de l’IA. Celui-ci retient en effet la réflexion adoptée par le Conseil d’orientation de l’emploi (COE) dans un travail rendu public en janvier 2017 (rapport « Automatisation, numérisation et emploi »).

Selon cette analyse, qui prend en compte une approche par tâches et non par métiers, un certain nombre de tâches vont être automatisées tandis que d’autres ne le seront pas. Il s’agit de celles où réside l’avantage comparatif de l’être humain (tâches nécessitant une intelligence émotionnelle ou une intervention manuelle complexe, dont l’automatisation ne serait pas acceptable socialement où pour lesquelles la technologie n’est pas suffisamment avancée).

Dans ces conditions, les impacts sur les destructions d’emploi pourraient être moins importants qu’annoncés. Seuls 10 % des emplois cumulent en effet les vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence. En revanche un grand nombre d’emplois (la moitié de ceux existants) pourraient voir leur contenu notablement ou profondément modifié. Le rapport de France Stratégie et du CNNum choisit donc de partir du constat que les métiers seront en grande partie transformés plutôt que détruits.

 

La formation : un outil essentiel pour anticiper les transformations du travail


Pour construire une vision positive de l’IA, à la fois bénéfique pour l’économie et l’emploi, le rapport insiste sur l’outil essentiel que demeure la formation. Selon ses auteurs, l’IA a en effet pour impact d’accélérer l’obsolescence des compétences acquises en formation initiale et pose dès lors la question du renforcement de la formation tout au long de la vie.

Le rapport préconise donc de réfléchir à une extension des temps de formation continue. Il recommande également de modifier les contenus de formation (initiale et continue) afin que ceux-ci, tout en continuant à permettre l’acquisition de compétences spécifiques, permettent de mieux développer des qualités d’adaptabilité, de créativité et d’esprit critique.

Pour y parvenir, le rapport appelle à une transformation des modalités d’apprentissage. Il considère en effet comme nécessaire de réinventer les modes de formation (formation en contexte, sur poste, en conception) et le rapport au savoir lui-même : autour de pratiques de partage, de mise en réseau, d’expérimentation, ou encore de projets.

Consulter le rapport.

 

Raphaëlle Pienne