Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Jeanne Paoli

Lycéenne
Date de l'interview : 08/02/2016

Je pense avoir changé pendant cette année. J'ai mûri, j'ai gagné de l'assurance, de la confiance en moi. Je n'ai plus peur de partir toute seule maintenant. Et puis j'ai appris énormément de choses sur moi, sur l'Allemagne et sur les différentes cultures. Et je parle allemand couramment maintenant !

En 2014/2015, Jeanne, lycéenne francilienne a vécu une année en immersion totale en Allemagne avec AFS Vivre Sans Frontière - France. Elle revient pour nous sur son année de lycée à l'étranger.

Quelles études suivez-vous actuellement ?

Je suis actuellement en terminale ES au lycée Michelet à Vanves.

Qu'est-ce qui vous attirait dans cette année de lycée à l'étranger ?

Ma cousine est partie avec AFS aux Etats-Unis. A son retour elle était totalement changée et épanouie. C'est ce qui m'a donné envie de partir à mon tour !

J'ai eu envie de partir avant tout pour découvrir une nouvelle culture. Même si on pense que la culture française et allemande sont proches, il y a pas mal de différences. Je voulais aussi approfondir mon allemand, puisque j'avais seulement un niveau scolaire. Et puis je voulais un peu d'aventure, et c'est assez excitant de partir 10 mois dans un pays et une famille qu'on ne connaît pas !

Aviez-vous des craintes avant de partir ?

Avant de partir je n'avais pas spécialement de crainte, je ne savais tellement pas à quoi m'attendre que j'ai essayé de ne pas me faire de fausses idées. Bien sûr, j'étais stressée et je me posais beaucoup de questions, mais j'avais surtout hâte.

Comment avez-vous préparé votre départ en Allemagne ?

L'organisation AFS nous a bien aidés à nous préparer. On a eu 2 week-ends de préparation avec tous les futurs partants où les bénévoles nous ont bien expliqué les erreurs à ne pas faire, etc. On a pu poser toutes les questions qu'on voulait. AFS a aussi été la tout le long de mon année AFS : j'avais une bénévole référante avec qui je pouvais parler lorsque j'en avais besoin.

Pouvez-vous nous raconter comment s'est passée votre année en Allemagne ?

Mon année en Allemagne s'est super bien passée. Le début a été un peu dur : ma famille d'accueil habitait dans un petit village dans le nord de la Hesse. J'ai donc dû m'adapter à la vie de campagne alors que j'habite en région parisienne.

Le lycée allemand est assez différent du lycée français : ils ont beaucoup moins d'heures de cours que nous. J'étais donc beaucoup moins fatiguée et j'avais du temps pour faire des choses après le lycée. Je me suis rapidement fait une bande de copains et je sortais avec eux.

Le plus dur je pense, c'était les repas : ils n'ont pas du tout de rythme ! Parfois on dînait à 18 h et parfois à 22 h, et souvent c'était juste du pain et du fromage. J'ai eu un peu de mal à m'habituer à ce rythme. Pendant les week-ends, j'avais beaucoup de temps, j'ai donc visité énormément de villes allemandes avec mes amis d'AFS qui venaient du monde entier, ou avec mes amis du lycée. Au niveau de la langue, j'avais déjà un niveau scolaire avant de partir. Je pouvais donc tenir une conversation simple. Au bout de 3 mois, j'étais super fluide et je pouvais presque tout dire ! Ça va très vite quand on est immersion !

Pensez-vous avoir changé avec cette année à l'étranger ?

Bien sûr ! Je pense avoir changé pendant cette année. J'ai mûri, j'ai gagné de l'assurance, de la confiance en moi. Je n'ai plus peur de partir toute seule maintenant. Et puis j'ai appris énormément de choses sur moi, sur l'Allemagne et sur les différentes cultures. Et je parle allemand couramment maintenant !

Quels conseils pourriez-vous donner à un(e) jeune souhaitant expérimenter aussi une année de lycée à l'étranger ?

Le conseil que je pourrais donner à quelqu'un qui veut partir, c'est de foncer ! Il ne faut pas hésiter. Si on est vraiment motivé, ça ne peut apporter que du bon. Ce n'est en aucun cas une année "perdue". En revanche, il faut voir le côté réaliste des choses : ce ne sera pas des vacances.

Propos recueillis par Sandrine Damie