Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Vers une réforme des études de médecine

Vers une réforme des études de médecine

Alors que les numerus clausus viennent d'être dévoilées pour 2016, des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent pour réformer le cursus des études de médecine.


Le 30/03/2016

 

S'ils sont chaque année plus de 55 000 bacheliers à s'inscrire en Paces, première année commune aux études de santé, le constat est sans appel : plus de 80 % d’entre eux n'intègreront pas la 2e année et devront envisager une nouvelle orientation.

 

Le numerus clausus, nombre d’étudiants de médecine de première année admis à l’issue du concours, est de 7 633 places cette année. Il est en hausse pour 2016, avec 136 places supplémentaires au concours 2016 (+ 1,8 %), après deux années de quasi-stagnation.

 

Le numerus clausus en Ile-de-France

 

Le nombre maximal des étudiants de première année commune aux études de santé autorisés à poursuivre leurs études en médecine à la suite des épreuves terminales de l'année universitaire 2015-2016 est fixé à 7 633, répartis entre les établissements suivants :

Paris 1 529 dont :

  • Paris-V 351 ;
  • Paris-VI 313 ;
  • Paris-VII 327 ;
  • Paris-XI 130 ;
  • Paris-XII 155 ;
  • Paris-XIII 138 ;
  • Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines 115.

 

Des passerelles pour limiter les échecs

 

De nouvelles pistes pédagogiques sont expérimentées pour diversifier le profil des jeunes entrant en médecine, et pour accompagner ceux qui échouent à l'entrée en 2e année.

 

Ainsi 10 universités (Angers, Paris-V, Paris-VII, ­Paris-XIII, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Auvergne, Poitiers et Tours) expérimentent des alternatives à la Paces, qui seront évaluées en 2019-2020.

 

L'objectif est de créer des passerelles pour entrer directement en 2e année d’études de santé, sans concours, à l’issue par exemple d’une licence. Le but est de diversifier le profil des étudiants reçus en 2e année de médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique, et d’offrir une alternative aux recalés.

 

Par exemple, le projet projet Alter Paces mis en place à Paris-V, Paris-VII et Paris-XIII à la rentrée 2014 permet aux meilleurs étudiants issus de n’importe quelle licence de ces 3 facultés de rejoindre une 2e année d’études de santé, après avoir suivi des modules complémentaires à leur formation d’origine.

 

 

Les propositions de l'Ordre des médecins

 

L'Ordre des médecins a émis plusieurs recommandations sur les études de médecine dans un livre blanc publié le 26 janvier 2016. Il propose de créer un numerus clausus "régionalisé" prenant en compte les besoins des territoires en fonction des spécialités. Les épreuves classantes nationales (ECN), grâce auxquelles les étudiants choisissent leur centre hospitalier universitaire d'affectation et leur spécialité, seraient ainsi remplacées par des épreuves interrégionales.

 

Il propose aussi d'accorder aux étudiants en médecine des équivalences vers d'autres filières universitaires notamment en cas d'échec au concours de première année.

 

Sandrine Damie