Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Zoom sur les non diplômés en France

Un peu plus de 10 % des jeunes âgés de 16 à 25 ans ont quitté le système éducatif sans obtenir de diplôme. Les filles sont proportionnellement moins nombreuses que les garçons à se retrouver dans cette situation.


Le 23/03/2016

 

La DEPP a publié fin décembre 2015 une note d'information sur les jeunes sans diplôme.

 

Si à 16 et 17 ans, les jeunes sont dans leur quasi-totalité encore scolarisés, ils ne sont plus que 12,5 % dans ce cas à 25 ans. Parallèlement, la proportion de ceux quittant le système éducatif avec un diplôme augmente rapidement avec l’âge : elle est multipliée par neuf entre 18 et 25 ans, passant de 7,7 % à 73,4 %. 

Les jeunes qui ont arrêté leurs études sans avoir de diplôme (hormis le diplôme national du brevet), représentent 10,5 % de l’ensemble des 16-25 ans (données de 2011 pour la France hors Mayotte). Là aussi, les plus âgés sont proportionnellement plus nombreux, même si l’écart entre 18 ans et 25 ans reste somme toute modeste (respectivement 8,6 % et 14,1 %). 

 

Les filles plus souvent diplômées 

 

La proportion des filles qui se retrouvent sans diplôme à l’issue de leur scolarité est inférieure de trois points à celle des garçons connaissant la même situation : respectivement 9 % et 11,9 %. 

 

Cela s’explique par la plus longue durée des études des filles et par leurs meilleurs résultats aux examens. La part des filles encore en études est ainsi supérieure de 3,8 points à celle des garçons. 

 

L’âge moyen des filles de 16-25 ans sans diplôme est toutefois très proche de celui des garçons, avec 21,9 ans et 21,8 ans respectivement. 

 

 

Une répartition géographique inégale 

 

Particulièrement faible à Paris (4,9 %) et à Rennes (7 %), il est en dessous de 10,5 % dans une petite moitié des académies, qui se regroupent principalement sur le front Ouest de la France et dans la moitié Sud à l’exception du pourtour méditerranéen. 

 

A Paris, le très faible taux de jeunes sortis sans diplôme mais aussi la très forte proportion de diplômés s’explique par le fait que de nombreux jeunes sont venus dans l’académie de Paris pour continuer leurs études supérieures et y ont commencé leur vie active.

 

 

La diversité des situations économiques que connaissent les territoires concernant leurs jeunes et leur niveau de qualification est elle-même liée à la diversité des contextes économiques et sociaux.

 

Bon à savoir : la sortie de jeunes sans diplôme est un phénomène tendanciellement à la baisse. Leur part dans les 16-25 ans a diminué de 0,6 point entre 2006 et 2011, passant de 11,1 % à 10,5 %. 

 

Le droit au retour en formation initiale


Les jeunes âgés de 16 à 25 ans, qui ne sont titulaires d’aucun diplôme mis à part le DNB ou le certificat de formation générale, et qui ne poursuivent pas d’études, sont concernés par le droit de retour en formation initiale. 

 

Destiné à lutter contre le décrochage scolaire, ce dispositif leur permet d’être à nouveau inscrits en formation initiale dans un établissement d’enseignement de l’Éducation nationale. Ils peuvent y acquérir une qualification sanctionnée par un diplôme général, technologique ou professionnel, ou par une certification inscrite au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). 

 

Sandrine Damie