Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Philippe Rolland

Réalisateur de films d'animation
Date de l'interview : 28/01/2016

Le réalisateur porte réellement son projet, c'est un chef d'orchestre qui doit savoir exactement où il mène son équipe et comment. Il doit être réaliste et connaître les limites techniques et financières de son film afin que sa production se passe dans les meilleures conditions.

Passionné par l'animation et aimant le travail en équipe, Philippe Rolland s'est lancé dans une carrière de réalisateur de films d'animation. Retour sur son parcours.

Avec votre bac S en poche, à quoi rêviez-vous ?

Lorsque j'ai décroché mon bac S, j'avais déjà abandonné de poursuivre dans la voie scientifique depuis quelques mois. J'ai en effet pris conscience en terminale que je voulais vivre du dessin et que travailler dans l'animation était un rêve que j'avais depuis tout petit et qu'il était tout à fait réalisable. 

Quel a été votre parcours de formation ?

J'ai tout d'abord fait une première année d'Histoire de l'Art à Clermont-Ferrand afin d'acquérir un bagage culturel solide et en profiter pour me préparer à intégrer une école. Le choix se porta sur Emile Cohl, qui propose une excellente formation de dessin pur et une section consacrée à l'animation. 

Quand avez-vous eu le déclic pour la réalisation de films d'animation ?

J'ai eu le déclic en réalisant des animatiques et storyboards chez Cube Creative. 

Comment avez-vous décroché votre premier contrat dans le secteur des films d'animation ? De quoi s'agissait-il ?

J'ai été appelé par des amis à Cube sortis d'Emile Cohl un an avant moi qui réalisaient un spot de pub pour un yaourt de marque égyptienne. J'ai réalisé les décors du film et certaines animations, c'était très intéressant de toucher à plusieurs tâches, et ma formation assez généraliste me le permettait ! 

Qu'aimez-vous dans votre métier de réalisateur de films d'animation ?

J'adore avant tout raconter des histoires. Quand j'ai l'occasion de les écrire moi-même, c'est encore plus plaisant, mais néanmoins mettre en scène une idée et trouver la bonne manière de le faire afin de captiver le spectateur, c'est réellement plaisant : pourquoi ce plan plutôt qu'un autre ? Est-ce que ce serait plus fluide avec ce cut, ce cadrage ? L'aspect relationnel est également très agréable, et j'adore communiquer avec les différentes équipes, dans les bons comme dans les mauvais moments. 

Quelles sont les qualités attendues chez un réalisateur de films d'animation ?

Le réalisateur porte réellement son projet, c'est un chef d'orchestre qui doit savoir exactement où il mène son équipe et comment. Il doit être réaliste et connaître les limites techniques et financières de son film afin que sa production se passe dans les meilleures conditions. Enfin il est bon qu'il connaisse ou s'intéresse à toutes les étapes de la chaîne de production : sans avoir une formation poussée en 3D, j'ai du par exemple m'y intéresser sur la série Piggy tales 2 afin de pouvoir communiquer avec mes graphistes et comprendre ce qui leur était possible de produire en un temps donné. 

A quoi ressemble une journée "type" chez Cube Créative pour vous ?

Une journée type chez Cube commence en général à 10 h/ 10 h 30. Je dois habituellement passer le plus clair de mon temps sur un story-board, mais j'ai aussi très régulièrement des réunions pouvant être des brainstormings en équipe pour trouver des idées, des discussions de validation d'étapes avec les clients par Skype en direct ou enfin avec les équipes si le besoin s'en fait sentir. Je dois aussi passer régulièrement vérifier l'avancement du travail afin de m'assurer de la faisabilité du projet dans les délais, et en informer le chargé de production s'il y a un souci. Le stress se fait évidemment parfois sentir mais tout ça se fait généralement dans la bonne humeur. Bien que certaines journées puissent réellement être éprouvantes, j'en tire la plupart du temps une grande satisfaction. 

Quels sont les aspects les + plaisants... et les - plaisants de votre quotidien ?

Le plus plaisant est d'être entouré de gens que l'ont apprécie réellement et de qui on apprend constamment. Un projet qui se fait dans la mauvaise humeur n'est ni gratifiant, ni plaisant ! Cela devient difficile et moins agréable lorsque les délais sont réduits et que l'on doit garder une certaine qualité tout en accélérant la cadence. C'est à ce moment que l'on fait des erreurs et il convient de rester constamment concentré et vigilant. 

Où vous imaginez-vous professionnellement dans quelques années ?

Le but ultime du réalisateur, c'est en général de réaliser un long métrage, "son long". Je ne déroge pas à la règle même si je commence à envisager la masse de travail et de temps que ça représente. Pour l'instant, je me plaît énormément à Cube sur de la série, alors je n'hésiterai pas à continuer mon chemin ici ces prochaines années ! Enfin j'ai aussi une âme d'animateur 2D, et j'espère pouvoir faire de l'animation pure régulièrement, sur mes projets comme sur d'autres productions. 

Propos recueillis par Sandrine Damie