Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

José Ramos

Président de la Fédération régionale des travaux publics
Date de l'interview : 17/12/2015

29 500 postes seront à pourvoir dans les 5 ans à venir si les calendriers des travaux n’évoluent pas. Ces besoins sont identifiés sur les 19 métiers des Travaux Publics sur lesquels porte l’étude prospective.

L'économie du secteurs des travaux publics et les chantiers menés dans le cadre du Grand Paris on fait évoluer le secteur des travaux publics en Ile-de-France. José Ramos nous apporte son expertise, ainsi que ses recommandations.

Quel est le rôle de la Fédération dans le secteur des Travaux Publics?

La FRTP IDF compte près de 750 entreprises adhérentes de toutes tailles intervenant dans l’ensemble des spécialités des Travaux Publics en Ile-de-France. La vocation de la FRTP IDF est d’accompagner chacune de ses entreprises affiliées à travers l’évolution continuelle du marché et ainsi permettre de pérenniser leur positionnement d’acteurs moteurs du développement économique régional.

Les adhérents de la Fédération partagent des valeurs communes, sont animés par une même passion, dotés de compétences reconnues, qu’ils mettent quotidiennement au service du territoire francilien sur lequel ils sont implantés.

 

Comment se porte le secteur des Travaux Publics en France ces dernières années?

Une baisse générale de l’activité, liée principalement à la baisse de la commande publique, quelle que soit la spécialité, avec des entreprises qui cherchent au quotidien des solutions pour maintenir un effectif suffisant en attendant la reprise. Des régions sont plus impactées que d’autres avec au niveau national -14% de baisse d’activité en 2014 et 2015.

 

Et plus particulièrement en Ile-de-France?

La baisse d’activité a été progressive depuis 2008, mais s’est accélérée ces deux dernières années. Le constat est que sans le lancement effectif des grands chantiers de construction liés au Nouveau Grand Paris et avec le recul de la commande publique, le secteur des TP a subi une baisse d’activité estimée à -7% en 2014 et nous prévoyons -8% en 2015.

Ce qui représente une perte d’emplois importante pour notre secteur depuis 2008 de l’ordre de 6 000 emplois entre 2008 et 2013.

 

Quel est l'impact du Grand Paris sur le secteur ?

Ce sera un relais de croissance qui permettra de retrouver un niveau d’activité favorisant le maintien des effectifs dans un premier temps, et à court, moyen et plus long terme, une augmentation de l’activité liée aux nombres et aux volumes des chantiers mis en œuvre. Bien entendu l’impact positif sur l’économie francilienne est subordonné au respect des calendriers annoncés par les différents maîtres d’ouvrage.

Le point de vigilance pour la FRTP IDF sera de veiller à ce que l’ensemble du tissu économique du secteur Groupes, ETI mais aussi les PME puisse bénéficier en fonction de leur savoir faire des marchés du Nouveau Grand Paris.

 

Avec l’actualisation du CEP TP pour la période 2015/2020, quels sont les besoins en emploi identifiés ?

L’analyse porte sur 3 axes : les chantiers dits « au fil de l’eau », les Contrats de Développement Territorial (CDT) et le projet transport pour la construction du Nouveau Grand Paris.  Ainsi pour le renouvellement des effectifs dans les entreprises travaillant sur des chantiers classiques, 6 500 besoins ont été identifiés, pour les CDT, c’est près de 1 000 besoins et pour la partie Transport, ce sont près de 22 000 emplois. Ce qui porte à un total de 29 500 postes qui seront à pourvoir dans les 5 ans à venir si les calendriers des travaux n’évoluent pas.

Ces besoins sont identifiés sur les 19 métiers des Travaux Publics sur lesquels porte l’étude prospective. Une synthèse des besoins année par année pour chaque métier (voir bas de page).

 

Quels sont les métiers des Travaux Publics portés par les projets du Grand Paris?

Au sein du Contrat étude Prospectif, les 19 métiers identifiés sont au sein de plusieurs spécialités tels que ouvrier VRD, constructeur de routes, mineur boiseur, ouvrier TP, constructeur d’ouvrage d’art en béton, opérateur de centrale à béton, soudeur, constructeur d’ouvrage d’art métallique, chef d’équipe, chef de chantier, ingénieur TP, conducteur de travaux,  canalisateur, monteur de réseau, conducteurs et mécaniciens d’engins, géomètre topographe, et poseur de voies ferrées.

Les entreprises recruteront sur des postes qualifiés pour construire à la fois les futures lignes de métro, de tramways et de RER, ce qui engendrera des besoins principalement sur les métiers d’ouvriers TP, de constructeurs d’ouvrages d’art, de chef de chantier, de chef d’équipe, de monteur de réseau électrique.  Il y aura également des besoins dans le secteur de la fibre optique et de l’électricité : le Grand Paris Express se voulant un métro connecté.

 

Hors mis le Grand Paris, qu'est-ce qui pourrait permettre de développer le secteur des Travaux Publics?

 Il est urgent de résoudre le problème de la gouvernance en Ile-de-France. L’absence de clarification dans le partage des compétences et nos difficultés à réduire le millefeuille territorial gène la sortie des projets en favorisant l’attentisme des collectivités territoriales. Nous croyons aussi au dynamisme de l’investissement privé qui pourrait venir compléter les financements publics.

 

Propos recueillis par Christophe Lacôte

 

synthèse des besoins année par année pour chaque métier : http://www.fntp.fr/idf/travaux-publics/p_934332/cep-tp-2015-2020-actualise?cid=p_744841