Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

José Milano

Directeur des affaires sociales de la FFSA
Date de l'interview : 23/10/2015

L’Université de l’Assurance a pour vocation de promouvoir la culture de l’assurance et de la gestion des risques auprès des étudiants, des professionnels et des décideurs.

Zoom sur les pôles d'excellence de l'assurance et sur le prix « Innovation formation digitale en Assurance ».

Pouvez-vous présenter les missions de l'Université de l'assurance ?

Créée en 2010 par la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (GEMA), l’Université de l’Assurance a pour vocation de promouvoir la culture de l’assurance et de la gestion des risques auprès des étudiants, des professionnels et des décideurs. Constituée en réseau rassemblant des établissements de l’enseignement supérieur et les sociétés d’assurances, les missions de l’Université de l’Assurance sont :

  • la création et l’animation de pôles d’excellence dans l’enseignement de l’assurance
  • la mise en place de passerelles entre les acteurs de l’enseignement supérieur et les professionnels de l’assurance,
  • la promotion de l’innovation pédagogique, de la recherche et des échanges internationaux.

Pouvez-vous nous présenter les pôles d'excellence de l'assurance ?

Les pôles d'excellence de l'assurance, créés dans ce cadre, sont maintenant au nombre de six : Ecole d'assurance de Paris-Dauphine, Pôle Assurance du Cnam (Paris Comue heSam), Institut du risque et de l'assurance (université du Maine au Mans), Ecole d'économie de Toulouse (université de Toulouse),  Maison de l'Assurance et de l'actuariat (université de Lyon), et Pôle universitaire de Niort (université de Poitiers). L'ensemble, constitué de près de 40 formations de bac + 3 à bac + 5 (actuariat, économie de l'assurance, droit des assurances, finance, gestion des risques, etc.), rassemble plus de 2 200 étudiants, apprentis et stagiaires.

Dans quel contexte ce réseau d'établissements de l'enseignement supérieur a-t-il vu le jour ?

La profession de l’assurance entretient depuis de nombreuses années des relations privilégiées avec l’enseignement supérieur en France, notamment avec les universités. Cela se traduit par une offre de formation en lien avec les métiers de l’assurance et un nombre important d’étudiants insérés dans les entreprises d’assurances (stage, alternance, emploi).

Les pôles d'excellence de l'assurance, mis en place au sein de plusieurs universités françaises, contribuent à mettre encore plus en valeur ce tissu éducatif d’excellence qui participe à la formation des futurs salariés et à l’évolution professionnelle des collaborateurs de l’assurance. En même temps, ces pôles d’excellence s’appuient sur la redéfinition de la carte universitaire et scientifique que représente notamment la constitution des communautés d’universités et d’établissements (Comue). Ces regroupements territoriaux sont une opportunité pour l’assurance car ils renforcent les synergies entre les acteurs et l’attractivité internationale des sites.

Vous organisez le prix « Innovation formation digitale en Assurance ». De quoi s'agit-il ?

Les partenaires de l’Université de l’Assurance ont estimé nécessaire, à l’heure de la digitalisation du secteur de l’assurance, de récompenser des projets favorisant l’accompagnement de l’évolution des métiers de l’assurance grâce à une offre de formation innovante.

L’assurance est en effet au cœur d'une révolution technologique marquée par les objets et les personnes connectés, le mobile, les réseaux sociaux et la capacité du Big Data à traiter des quantités inégalées de données. Ce nouvel univers digital induit une transformation pour le secteur et questionne la relation avec les clients, les métiers et l'ensemble des processus et des organisations des entreprises d’assurances.

Quelles sont les thématiques retenues et les objectifs de cette édition ?

Les objectifs de cette édition sont d’identifier des modules de formation et des processus pédagogiques innovants, à destination des salariés actuels ou futurs de l’assurance, qui répondront aux besoins en compétences découlant de ce contexte de mutation numérique de l’assurance. Trois thématiques ont été retenues : « Formation tout au long de la vie », « Innovation pédagogique en formation initiale » et « Etude de cas ». Les meilleurs projets seront récompensés respectivement par trois prix : 20 000, 15 000 et 10 000 euros.

Quels sont les critères d'évaluation des futurs lauréats ?

Huit critères seront pris en compte :

  • Pertinence du recours au digital au regard des enjeux, du contexte et des objectifs pédagogiques recherchés ;
  • Niveau d’intégration du digital dans les objectifs du projet, ses moyens, ses supports, ses méthodes et ses processus d’évaluation ;
  • Créativité démontrée du projet en matière d’intégration du digital : à la pédagogie, aux méthodes d’apprentissage et aux contenus ;
  • Qualité des indicateurs de suivi des objectifs d’apprentissage et des mesures correctives associées ;
  • Capacité démontrée du projet à engager les apprenants dans un processus d’apprentissage efficace ;
  • Impact démontré du digital à améliorer l’atteinte des objectifs d’apprentissage ;
  • Capacité du projet à être étendu à une échelle plus vaste (effet de levier) ;
  • Utilisation prévue des fonds, en cas d’obtention du prix.


Comment l'innovation peut-elle être au service du secteur de l'assurance ?

L’innovation contribue directement  à l’image et à l’attractivité de l’assurance. C’est important au regard des besoins actuels en compétences et des recrutements qui en découlent, notamment auprès des jeunes (les moins de 30 ans représentent près de 60 % des entrées dans l’assurance, notamment via l’alternance). Aujourd’hui les nouvelles générations, souvent considérées comme des « digital-natives », sont sensibles aux innovations développées par les assureurs (objets connectés, e-commerce). L’innovation contribue à donner une image moderne de notre profession à fort contenu technologique et haut niveau de compétences.

En quoi l'innovation peut-elle changer les pratiques pédagogiques dans l'enseignement supérieur ?

Si cet appel à projets a pour vocation de promouvoir l’innovation dans les dispositifs pédagogiques innovants, c’est pour conforter une dynamique de formation de l’enseignement supérieur et, in fine, bien sûr, de mieux préparer les étudiants et les salariés actuels aux métiers de l’assurance impactés par la révolution digitale. Par cette initiative, la profession de l’assurance veut ainsi contribuer à la transformation digitale de la formation et mettre à l’honneur les acteurs qui se distinguent par le caractère innovant de leur offre. Par ailleurs, nous sommes persuadés que l’innovation dans les dispositifs pédagogiques est attractive : elle donne envie aux personnes de se former.

Quels sont les enjeux de l'innovation pour le secteur de l'assurance ?

L’innovation est la clé pour se démarquer entre entreprises d’assurances et se distinguer par la qualité « servicielle » de l’offre et de l’organisation. Mais la concurrence, ce sont aussi de nouveaux acteurs, plus agiles, axés sur le service, qui arrivent dans le monde de l’assurance. Ce sont notamment les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) qui possèdent les bases de données les plus riches et par lesquels transite une bonne partie du e-commerce. C’est pourquoi, les entreprises d’assurances ne peuvent se contenter de digitaliser leurs services existants. L’innovation doit être au cœur de leur stratégie de développement face à ces concurrents potentiels.

Propos recueillis par Sandrine Damie