Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Hélène Kloeckner

Référente égalité femmes-hommes - Science Po
Date de l'interview : 02/09/2015

La campagne HeforShe vise à mobiliser les hommes aux côtés des femmes afin de lever les obstacles à l’égalité entre les sexes.

Zoom sur le programme EGERA "Effective Gender Equality in Research and the Academia" et sur l'engagement de Science Po pour l'égalité hommes-femmes.

Science Po s'est investi dans le mouvement HeForShe. Quels sont les objectifs de ce mouvement ?

La campagne HeforShe vise à mobiliser les hommes aux côtés des femmes afin de lever les obstacles à l’égalité entre les sexes.

Qu'est-ce qui vous a motivé à entrer dans cette dynamique ? 

Nous travaillions déjà sur les questions d'égalité avec d'autres universités, à plusieurs échelons : au niveau régional avec les établissements de notre COMUE, Sorbonne-Paris-Cité, au niveau national avec le réseau des référents égalité des universités, et au niveau européen avec le projet EGERA. Cela nous permet désormais d'échanger avec des universités du monde entier, dont certaines sont des partenaires de longue date de Sciences Po.

En outre, cette initiative renforce la visibilité et la légitimité de notre politique d'égalité, notamment en interne, et permet d'insister sur l'importance de l'engagement des hommes.

Comment se concrétise l'engagement de Science Po en matière d'égalité Hommes/Femmes ? 

Le programme PRESAGE existe depuis 2010. Il insère une réflexion sur le genre dans le genre et la recherche. Un poste de "référente égalité" a été créé, et je l'occupe depuis mai 2014.

Nous avons lancé début 2015 notre plan d'action, qui comprend plus de soixante mesures et concerne l'ensemble des publics de Sciences Po : les étudiants bien sûr, mais aussi les enseignants, les chercheurs, et les personnels administratifs.

Science Po fait partie du programme européen EGERA. De quoi s'agit-il ? Quel est votre rôle dans ce programme ? 

Depuis le 1er janvier 2014, Sciences Po coordonne le projet EGERA, « Effective Gender Equality in Research and the Academia », sélectionné dans le cadre de l’appel Sciences et Société 2012 du 7e Programme Cadre de recherche et de développement technologique de l’Union européenne. Courant sur quatre ans, et cofinancé à hauteur de 2,2 millions d’euros par la Commission européenne, ce projet ambitieux engage, aux côtés de Sciences Po, sept institutions de recherche et d’enseignement supérieur, couvrant les sciences sociales et humaines, mais aussi les sciences du vivant, de la terre, les mathématiques ou l’ingénierie. Le consortium couvre par ailleurs sept Etats membres (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Pays-Bas, Portugal, République tchèque) ainsi que la Turquie, et associe des centres de recherche et des universités de petites dimensions à des acteurs majeurs du monde académique européen.

EGERA vise à promouvoir et à réaliser, au sein des institutions partenaires, des changements structurels en faveur de l’égalité femmes-hommes et de la prise en compte des enjeux liés au genre dans l’enseignement supérieur et la recherche. Ces changements portent notamment sur les pratiques de recrutement, de promotion et de formation du personnel, les conditions de travail et de conciliation des temps de vie, ainsi que les pratiques de gouvernance, de consultation et d’évaluation. Au-delà des questions liées à l’égalité professionnelle, le projet invite les institutions partenaires à repenser la vie étudiante et académique dans une perspective de genre. Des questions plus spécifiques comme celle du harcèlement font également l’objet d’une attention particulière.

Il s’agit enfin d’élargir l’offre d’enseignement sur les questions liées au genre dans l’ensemble des filières diplômantes, et d’intégrer une perspective de genre dans les travaux de recherche conduits au sein des institutions participantes.

Et au niveau européen, quel est l'objectif d'EGERA ?

Ce faisant, l’objectif ultime d’EGERA est de promouvoir au sein des institutions partenaires une « culture de l’égalité » partagée par l’ensemble de la communauté académique et de recherche et des personnels administratifs. Son ambition est ainsi de susciter une véritable communauté de pratiques européenne autour de ces questions, grâce à la mutualisation des compétences au sein du consortium et au partage d’expériences. Le travail réalisé est régulièrement évalué par un centre d’étude spécialisé et par un groupe d’expert-es de haut niveau rassemblant des acteurs et actrices majeur-es de l’égalité au niveau européen, issu-es du monde académique et de celui des politiques publiques.

Au-delà du consortium, EGERA se propose de diffuser les bonnes pratiques et les outils innovants développés en son sein auprès de l’ensemble du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, tant en France que dans les sept pays partenaires.

L’ONU Femmes a décidé de désigner 30 "champions" qui seront les porte-drapeaux de HeForShe (nom de code : Impact 10x10x10), soit 10 présidents d’universités, 10 chefs d’entreprise, et 10 chefs d’Etat. Science Po a été choisi pour faire partie des 10 Champions universitaires. Que représente pour vous cette nomination ? 

Une grande fierté, et une grande responsabilité ! Nous nous étions déjà donné des objectifs ambitieux, désormais ceux-ci sont visibles dans le monde entier.

Quels sont les points forts de votre plan d'action en faveur de l'égalité Hommes/Femmes ? 

Ce plan d'action se base sur un diagnostic précis des inégalités, réalisé par des chercheur-es, et il évoluera au fur et à mesure des avancées et des besoins.

Il vise à améliorer les outils de mesure de ces inégalités, grâce à des indicateurs chiffrés mais aussi des études qualitatives innovantes (un exemple parmi beaucoup d'autres : la recherche d'Anne Boring sur l'évaluation des enseignant-es par les étudiant-es, qui révèle des biais de genre). A diffuser la culture de l'égalité au sein des environnements de travail : analyse des modalités de recrutement et de promotion, articulation vie privée-vie professionnelle, lutte contre le harcèlement sexuel... (cf le guide que nous avons publié). Et à former l'ensemble de notre communauté, dans et hors de l'institution (par exemple, sensibiliser les intervenants extérieurs, mentors ou intervenants professionnels, aux stéréotypes de sexe).

Quel engagement en particulier prenez-vous auprès de vos étudiants pour les sensibiliser à l'égalité Hommes/Femmes ?

Nous sommes en train de créer un "parcours égalité", qui comprend déjà une séance d'information, obligatoire, à l'entrée en première année ; des enseignements spécifiques et transversaux sur le genre, tout au long de la scolarité ; une attention portée à la mixité des "roles models" ; des ateliers spécifiques pour les étudiant-es de masters portant sur l'insertion professionnelle (négocier son salaire, savoir s'affirmer, partager les tâches domestiques, etc.). Mais nous organisons aussi des expositions (une expo BD à la bibliothèque début 2015), des conférences (Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA, début 2015 également, à propos de son livre "Choisissez tout"), etc. Et nous travaillons avec les associations étudiantes pour renforcer encore ce programme.

Propos recueillis par Sandrine Damie (septembre 2015)