Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • L’Ile-de-France : l’eldorado des cadres

L’Ile-de-France : l’eldorado des cadres

En juin 2015, l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) publiait son étude sur le marché régional de l’emploi des cadres. Avec un constat criant : l’Ile-de-France est leader en ce qui concerne l’emploi des cadres.


Le 28/08/2015

 

La région Ile-de-France polarise 25 % des effectifs salariés nationaux, et 36 % des effectifs cadres. Elle joue un rôle moteur dans l’économie française, que ce soit par son apport à la richesse nationale comme par son importance stratégique, dû notamment à la présence de grands centres de décisions économiques. C’est d’ailleurs en Ile-de-France que les grandes entreprises pèsent le plus dans l’emploi, d'où la plus forte concentration de cadres de France.

 

Ce constat  est mis en perspective par le taux d’encadrement, qui atteint les 26 % en Ile-de-France, quand la moyenne nationale plafonne à 19 %. La région profite d’une importante concentration de centres de R&D (recherche et développement), d’activités de services à fort taux d’encadrement (ingénierie, activités informatiques, études techniques, conseil...) et de nombreux sièges sociaux et centres de décisions à très forts contingents de cadres.

 

La situation francilienne est très spécifique, avec des taux de recrutement et de sortie qui sont bien plus élevés que ceux des autres régions. La structure sectorielle l’Ile-de-France est marquée par la très forte présence des services dans l’économie et l’emploi, ce qui explique ce dynamisme. De plus, la mobilité des cadres est accentuée par la présence en nombre de jeunes cadres plus mobiles, ce qui a pour conséquence de porter à 6,3 % le taux de mobilité interentreprises, taux le plus élevé du pays.

 

Autre particularité de la région, sa forte propension à la création d’emploi de cadre. A elle seule, l’Ile-de-France y contribuait à hauteur de 37 % en 2013, et de 44 % en 2014. Il est d’ailleurs attendu pour 2015 une tendance toujours plus à la hausse en ce qui concerne le recrutement de cadre ou la promotion interne de salariés au statut de cadre. On estime qu’il devrait y avoir 87 030 embauches de cadre en 2015 dans la région francilienne, ainsi que 12 340 promotions internes.

 

 

Des recrutements essentiellement dans le secteur des services

 

En 2015, on estime que le secteur des services devrait représenter huit embauches de cadres sur dix en Ile-de-France. Et ce n’est pas un hasard, la région comptant un grand nombre d’entreprises dans les services, plus précisément dans les activités informatiques-télécommunications, le conseil et gestion des entreprises, la communication-médias, l’ingénierie-R&D, ainsi que de nombreux centres administratifs. La grande majorité des embauches se ferait, comme en 2014, dans le secteur regroupant les activités juridiques-comptables-conseil, la communication-médias, les activités informatiques télécommunications et l’ingénierie-R&D.

 

La part de ces secteurs en Île-de-France se classerait au-dessus de la moyenne nationale (46 %). A l’intérieur de ce secteur, ce sont les activités informatiques-télécommunications, les activités juridiques-comptables-conseil et l’ingénierie-R&D qui sont les mieux orientées pour 2015.

Ensuite, les activités des organisations associatives, la formation initiale et continue et la santé-action sociale constitueraient le deuxième secteur recruteur de cadres dans les services.

La part de ces secteurs serait similaire à celle de la France entière alors qu’elle serait inférieure pour les régions locomotives pour l’emploi cadre que sont l’Ile-de-France.

 

Le second secteur pourvoyeur d’emploi pour les cadres en Ile-de-France sera celui du commerce, à hauteur de 9% des recrutements. Un chiffre qui reste dans la moyenne nationale (10 %). Suivrait, avec 8 % des recrutements, le secteur de l’industrie, qui lui serait bien en dessous de la moyenne nationale qui devrait plafonner à 15 %. Enfin, dans la construction, l’Ile-de-France afficherait le taux le plus bas du pays, à hauteur de 3 %.

 

 

La chance aux jeunes

 

En Ile-de-France il est prévu, plus fréquemment que la moyenne, de recruter des jeunes diplômés. Ceci est dû au fait que la région compte bon nombre d’entreprises des secteurs des activités informatiques et télécommunications ou de l’ingénierie-R&D. Deux gros recruteurs de jeunes diplômés, qui recherchent des cadres récemment sortis du système de formation afin qu’ils soient formés aux dernières évolutions technologiques et informatiques. Les entreprises franciliennes prévoient aussi de recruter une part de cadres de plus de 15 ans d’expérience similaire à la moyenne nationale (11 %).

 

 

Christophe Lacôte

 

 

Pour en savoir plus : télécharger l'étude de l'Apec.