Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • L'informatisation des épreuves de médecine

L'informatisation des épreuves de médecine

Un arrêté publié le 23 juillet 2015 au Journal officiel précise les modalités des ECN, épreuves de 6e année de médecine, qui se dérouleront sur tablettes numériques à partir de 2016.


Le 02/11/2015

 

Les ECN, Epreuves classantes nationales, ont été créées en 2004, et se font actuellement sous la forme de dossiers cliniques, qui avaient pour but de rendre ces épreuves proches de la pratique clinique. Elles ont lieu à la fin de la 6e année d'études de médecine.

 

Un dispositif jugé lourd et peu efficace

 

Avec les ECN, on avait jusqu'à présent 8 000 étudiants classés sur 1 000 points ce qui entraînait un nombre considérable d'ex-aequo. On observait alors un bachotage autour des ECN ! Par ailleurs, la correction actuelle des ECN, très lourde et coûteuse, était souvent critiquée : il s'agit en effet d'une correction manuelle, ne durant que 3 semaines, très éprouvante pour les correcteurs.

 

Ces éléments ont conduit à la conclusion qu'une réforme était nécessaire, et un sondage des étudiants en médecine réalisé en septembre 2011 avait montré qu'ils y étaient favorables.

 

La réforme déployée dans toute la France

 

Les épreuves classantes nationales (ECN) anonymes donnant accès au 3e cycle des études médicales sont ouvertes annuellement. Elles auront lieu dans des centres d'épreuves ouverts au sein ou à proximité des universités comprenant une unité de formation et de recherche (UFR) de médecine. Cela met fin aux épreuves dans les centres interrégionaux qui existaient jusqu'alors.

 

Les épreuves classantes nationales se déroulent sur des supports numériques, labellisés par le directeur général du CNG, Centre national de gestion. Les inscriptions se font désormais de manière informatisée.

 

De nouvelles épreuves

 

Les ECN comportent trois épreuves de nature différente :

  • Une épreuve d'analyse comportant trois sous-épreuves comptant chacune six dossiers cliniques progressifs. Chaque sous-épreuve est d'une durée de trois heures. Chaque dossier comporte de 13 à 17 questions à choix multiple. Les dossiers ont tous la même valeur (comptant pour 70 % de la note finale) ;

  • Une épreuve de 120 questions isolées à choix multiple, d'une durée totale de trois heures. Les questions ont toutes la même valeur (comptant pour 20 % de la note finale)  ;

  • Une épreuve de lecture critique de deux articles scientifiques de même valeur, d'une durée totale de trois heures. Le premier article a une orientation clinique. Le second article a une orientation physiopathologique. Chaque lecture critique d'article comporte de 13 à 17 questions à choix multiple, qui sont posées de manière progressive (comptant pour 10 % de la note finale).

 

Pour tester ce nouveau système, 2 "sessions tests" sont prévues en décembre 2015 et mars 2016. Pour le CNG, ce sera l'occasion de contrôler la fiabilité de son dispositif, et pour les candidats, ce sera une répétition générale permettant de se situer par rapport aux autres étudiants.

 

Sandrine Damie