Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Zoom sur les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation

Zoom sur les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation

Alors que les premiers étudiants formés par les nouvelles ESPE viennent de débuter leur carrière devant les élèves, la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat a souhaité faire le point sur l'an II des ESPE.


Le 19/10/2015

 

Après avoir connu des hausses d'effectifs de l'ordre de 15 %, l'attractivité des ESPE se maintient. Selon une enquête d'octobre 2014, l'augmentation globale des effectifs au sein des formations aux métiers du professorat et de l'éducation a été de l'ordre de 4 % pour la rentrée 2014-2015. L'augmentation est donc moindre que l'année précédente mais se poursuit.

 

Les ESPE ont formé plus de 57 000 étudiants en 2014-2015.

 

Bon à savoir : il existe toujours des postes non pourvus dans certaines disciplines à l'issue des concours de recrutement, dont 343 postes en mathématiques à l'issue du Capes externe de 2015.

 

Une commission de la culture du Sénat

 

Dès le début de l'année 2015, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat a de nouveau missionné Mme Mélot et M. Magner pour faire un point sur les suites données à leur premier rapport et évaluer les progrès accomplis par les ESPE dans cet "an II". Ce travail a été mené au cours du  premier semestre 2015.

 

Les deux co-rapporteurs ont estimé que l'autonomie budgétaire des ESPE devait être confortée au sein des universités au travers notamment de la généralisation des contrats d'objectifs et de moyens (COM) et de l'assimilation des ESPE à des "centres de ressources budgétaires" pour leur conférer une véritable capacité de gestion qualitative, notamment de leur masse salariale.

 

Plus de professionnels de terrain

 

Une enquête menée par le ministère auprès des ESPE en novembre 2014 a montré que l'effort d'intégration des personnels de terrain dans les équipes des ESPE était réel, en particulier pour la formation aux thématiques du tronc commun, via des décharges d'heures d'enseignement en établissement. Mais des difficultés demeurent : la complexité administrative et organisationnelle, ainsi que la question de la prise en charge du coût financier sont encore des freins à la mise en place de conventions entre ESPE et rectorats pour donner une base solide à cette participation des professionnels de terrain à la formation de leurs futurs collègues.

 

Des concours professionnalisés

 

Corollaire de cette professionnalisation des contenus, la professionnalisation des épreuves de concours était également attendue : 3 des 4 épreuves du concours font désormais référence à la maîtrise pédagogique et des évolutions positives sont indéniables, en particulier dans les filières professionnelles et techniques. En revanche, les évolutions sont beaucoup plus ténues dans les filières du 2nd degré général.

 

Développer la recherche

 

L'adossement des ESPE à la recherche est indispensable, pour remplir l'objectif de "masterisation" de ces formations mais aussi pour permettre aux étudiants d'acquérir des  compétences propres au métier d'enseignant, au-delà du seul contenu disciplinaire.

 

Chaque ESPE a développé un projet propre d'articulation avec la recherche, largement dépendant de la situation existante et notamment de l'antériorité de la recherche en éducation. Toutefois les ESPE comptent à peine 33 % d'enseignants-chercheurs alors que dans les autres  composantes universitaires cette proportion est plus proche de 90 %.

 

Enfin, le dispositif des "emplois d'avenir professeur" (EAP), récemment mis en extinction pour être remplacé par un dispositif d'apprentissage, devra rapidement être évalué.

 

 

Sandrine Damie