Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Annick Diolez

Déléguée régionale à l’ingénierie de la formation, Driaaf d’Ile-de-France
Date de l'interview : 20/07/2015

Les diplômes de la production agricole ont été rénovés pour prendre en compte la question de l’agro-écologie.

Au niveau national comme régional le passage à une agriculture plus durable nécessite une adaptation des compétences, expose Annick Diolez de la Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Driaaf) d’Ile-de-France.

Comment la transition écologique impacte-t-elle les métiers de l’agriculture ?

En matière de production agricole, le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt porte actuellement le « projet agro-écologique pour la France ». Ce projet  national vise à répondre aux nombreux  défis de l’agriculture, en développant des solutions soutenables à la fois sur les plans environnementaux, économiques et sociaux.

Pour évoluer vers de nouveaux systèmes d’agriculture plus durable les acteurs économiques doivent notamment être en capacité de mener un pilotage stratégique de leur entreprise, en s’appuyant sur un diagnostic de l’agrosystème. Ces changements supposent un cadre de pensée différent et la maîtrise de savoirs robustes en agronomie, en écologie, ou encore en économie.

Comment l’appareil de formation initiale s’adapte-t-il à ces changements ?

Les diplômes concernant la production agricole, notamment le bac professionnel CGEA (conduite et gestion de l’exploitation agricole) et le BTSA ACSE (analyse et conduite de systèmes d’exploitation), ont été rénovés pour prendre en compte les enjeux de l’agro-écologie. Ils visent par exemple à l’acquisition des compétences comme l’amélioration du rendement biologique des sols ou l’usage de pratiques permettant d’éviter l’érosion.

Plus largement, l’ensemble de l’enseignement agricole est engagé dans le plan d’action « enseigner à produire autrement ». Ce plan structure cette nouvelle démarche à tous les niveaux de l’organisation académique et de l’apprentissage. Il prévoit  de revisiter le référentiel des diplômes, de redéfinir le rôle des exploitations des lycées agricoles, notamment  en tant qu’outil pédagogique mais aussi d’expérimentation et de démonstration. Il vise également à repenser la formation des enseignants et des formateurs. En Ile-de-France, le plan a été approuvé le 19 novembre 2014 par le Comité Technique régional de l’enseignement public agricole.

L’Ile-de-France est-elle une région également affectée par ces évolutions ?

Oui, bien sur ! Même si l’Ile-de-France rencontre aussi des enjeux spécifiques. Dans le domaine de la production agricole, la région doit notamment développer les circuits de proximité, afin de répondre à la forte demande en produits locaux et biologiques. La préservation et l’amélioration des eaux souterraines est également un enjeu fort. Pour répondre à ces défis, qui demandent une adaptation des compétences, l’Ile-de-France a adopté un « plan régional de l’agriculture durable » mis en œuvre par la Driaaf.

Des évolutions sont aussi en marche au niveau régional dans le domaine des activités forestières, où il y a une impulsion pour développer la production de bois-énergie et l’utilisation du bois pour la construction.  Dans le domaine des espaces verts et naturels, il est aussi nécessaire d’anticiper la loi « zéro phyto »  ou d’adopter une gestion différenciée, en choisissant par exemple des variétés

végétales plus résistantes au manque d’eau ou aux agresseurs. Des outils de pilotage régionaux accompagnent également ces évolutions, comme le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) d’Ile-de-France ou le Pass’ Filière Forêt-Bois.

La Driaaf d'Ile-de-France est membre de TEE (territoires environnement emplois) Ile-de-France, comment participe-t-elle à ce réseau ?

La Driaaf Ile-de-France a réalisé plusieurs études en partenariat avec le réseau TEE Ile-de-France. Elle a par exemple mené une étude sur la gestion des espaces paysagers et naturels en Ile-de-France, avec TEE et la Direccte. La Driaaf a également participé à une étude du réseau TEE sur la filière forêt-bois en Ile-de-France.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne