Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Antoine de Gabrielli

Fondateur du réseau Happy Men
Date de l'interview : 11/06/2015

Faire prendre conscience que chaque homme est individuellement à la fois cause et solution du problème, dans sa vie professionnelle comme dans sa vie privée.

Et si l'égalité professionnelle passait aussi par l'implication des hommes ? C'est l'approche préconisée par le réseau Happy Men.

Vous avez fondé le réseau Happy Men, en faveur de l'égalité professionnelle. Comment est né ce projet ?

Il y a une douzaine d'années, j'ai constaté que des amis autour de moi traversaient de vraies difficultés personnelles ou professionnelles sans jamais en parler ; qu'il y avait là un tabou masculin. Ce qui m'a frappé c'est que ces hommes avaient souvent le sentiment que leur réussite professionnelle ne pouvait se faire sans sacrifier leur vie personnelle, de couple ou de famille. Du coup, cela m'a amené à voir différemment la question de l'égalité professionnelle : les hommes comme les femmes ont besoin d'une organisation du travail qui leur permette de réussir professionnellement ET personnellement. En 2010, j'ai créé l'association Mercredi-c-papa, exclusivement composée d'hommes. En effet, je suis convaincu que, pour impliquer les hommes dans l'égalité professionnelle, il faut parler aux hommes, avec une parole d'hommes à hommes. C'est de cette idée qu'est né le réseau Happy Men.

Vous parlez d'égalité professionnelle aux hommes. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

Pour donner envie aux hommes de s'intéresser à l'égalité professionnelle. Ils avaient besoin d'un espace où ils puissent se parler librement, entre hommes, de leurs attentes, envies, craintes ou objections. Au sein des cercles Happy Men est abordé le principal obstacle à l'égalité professionnelle entre hommes et femmes : les comportements et règles implicites qui tissent la culture d'entreprise.

Quels sont les objectifs de Happy Men ?

Faire prendre conscience que chaque homme est individuellement à la fois cause et solution du problème, dans sa vie professionnelle comme dans sa vie privée. Dans les entreprises, nous avons voulu agir pour les aider à évoluer, dans leur intérêt, vers une meilleure prise en compte de cette aspiration : l'égalité professionnelle génère une modernisation des pratiques managériales, vers plus de souplesse, d'individualisation et de collectif. C'est pour concrétiser cela que nous avons lancé le projet Happy Men.

Quelles actions mettez-vous en place auprès d'un public masculin ?

Ce sont les Happy Men qui mettent en place des actions dans leurs entreprises, pas nous. Le 1er enjeu pour eux est qu'un maximum d'hommes rejoignent le dispositif Happy Men : création de cercles, recrutement de nouveaux membres sont donc des exigences essentielles. Le Forum des Happy Men, événement annuel inter-entreprises, va dans le même sens. Par ailleurs, les Happy Men de chaque entreprise participent à au moins une action en commun avec les réseaux des femmes de l'entreprise. Enfin, chaque cercle choisit de mener une action annuelle de sensibilisation interne, et chaque Happy Men prend un engagement personnel.

Comment un homme peut-il s'engager dans cette démarche de Happy Men ?

Happy Men propose à tous les hommes de prendre un engagement personnel, simple, concret et réaliste en faveur de l'égalité professionnelle, et de faire ainsi l'expérience des avantages, pour eux-mêmes, de l'égalité professionnelle, dans la vie professionnelle ou privée. Un choix de 32 engagements leur est proposé sur le site de Happy Men, pour les inspirer. Ils peuvent prendre un engagement pour une durée d'une année, pendant laquelle la communauté Happy Men leur apportera soutien et émulation. Par ailleurs, ils peuvent faire partie d'un cercle Happy Men ce qui les aidera à éclairer leur expérience.

Dans les entreprises, vous développez des cercles Happy Men. De quoi s'agit-il ?

Les cercles Happy Men sont d'abord des lieux de questionnement et de réflexion, personnelle et collective, sur la question de l'égalité professionnelle, et sur le progrès managérial et personnel qui en découle. Ils fonctionnent sous forme de rendez-vous réguliers et réunissent jusqu'à une vingtaine d'hommes avant d'essaimer. Il est animé par un trio d'hommes référents Happy Men qui ont pour mission d'initier un dialogue authentique et confiant, ouvert et sans jugement. Les échanges peuvent se développer à partir d'un témoignage (interne ou externe au cercle), d'une lecture,  projection de vidéo…Chaque cercle Happy Men définit ses propres modalités organisationnelles … en moyenne ils se réunissent toutes les 8 semaines, autour de rendez-vous pris lors des pauses déjeuners, rencontres inter-entreprises, interactions avec des réseaux de femmes, événements (forums, conventions, séminaires, présentations, conférences).

Vous venez d'organiser votre 1er forum au ministère des Droits des femmes. Quelle en était la thématique ? 

C'est notre premier Forum. Il a été complément organisé par les Happy Men eux-mêmes ! Nous avons voulu placer cette journée sous le thème de la « Performance collective et réussite individuelle ». Trois tables-rondes informelles ont rythmées cette journée riche d'échanges et de débats avec de nombreux intervenants. La première table-ronde a abordé les raisons de l'implication des hommes dans les politiques d'égalité professionnelle. Ce n'est pas évident pour tout le monde et c'est même parfois vu comme paradoxal ! La seconde s'intéresserait à ce qui change dans le mode de vie des hommes, et la manière dont cela les contraint ou les libère. La troisième recherchait comment les hommes et les femmes peuvent réussir ensemble, dans les entreprises comme dans les couples.

En quoi une plus grande égalité entre les femmes et les hommes au travail aurait un impact sur la relation temps pro / temps perso pour chacun ?

L'égalité professionnelle se gagne dans le monde du travail mais aussi dans les couples et les familles. Hommes et femmes, nous avons tout à y gagner, ensemble. L'égalité professionnelle vise à valoriser tous les talents tout en donnant à chacun le temps personnel ou familial dont il a besoin. Parler aux hommes de leur propre intérêt professionnel, personnel ou familial à devenir acteurs de l'égalité professionnelle est une approche innovante. Les réseaux d'hommes doivent permettre d'ouvrir un dialogue, sur un sujet très inhabituel dans les conversations masculines : la place de la vie privée ou de la vie familiale. Mettre des mots sur ce « plancher de verre » qui tend à isoler les hommes dans le monde professionnel, les privant indûment de leur rôle de conjoint, de père, de fils, d'ami, d'acteur social, et enfin comprendre que tout ce qui concourt à faciliter l'épanouissement professionnel des femmes favorise aussi l'épanouissement personnel et familial des hommes … telle est la mission des Happy Men.

Propos recueillis par Sandrine Damie (juin 2015)