Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Pierre-Olivier Goineau

Président France Biotech
Date de l'interview : 15/05/2015

France Biotech milite pour que le secteur innovant représente une industrie à part entière.

France Biotech est l'institution française recensant les principales entreprises des Sciences de la vie et ses partenaires experts sur cette industrie. Zoom sur ses activités et l'innovation dans le domaine des sciences de la vie.

Quelle est la mission de France Biotech, association française des entrepreneurs en Sciences de la vie ? 

Sa mission est d'accompagner le développement de cette industrie en France sur un terrain législatif et fiscal favorable. A l'origine du statut de la Jeune Entreprise Innovante (JEI) mis en place lors de la loi de Finances de 2004, France Biotech milite pour que le secteur innovant représente une industrie à part entière.

Qui sont les membres de cette association ?

Aujourd'hui France Biotech compte près de 150 membres et un conseil d'administration de 17 entrepreneurs. Ses membres sont des sociétés des sciences de la vie (biotech, medtech et cleantech)

Vous venez de publier le panorama annuel des sciences de la vie. Quelle est la place de l'innovation dans votre secteur d'activités ?

Majeure ! Le panorama de décembre 2014 soulignait en effet que l'innovation venait de PME innovantes qui tendent à devenir des entreprises de référence à l'échelle mondiale grâce à une R&D de rupture et une solide propriété intellectuelle.

L'industrie des sciences de la vie est née il y a 15 ans et arrive aujourd'hui à une étape charnière, avec, en son sein, des sociétés de plus de 10 ans qui ont des produits qui arrivent à maturité. Cette année, dans le palmarès des plus gros chiffres d'affaires du monde des pharmas, les dixième et onzième sociétés sont des biotechs : Gilead avec un chiffre d'affaires de 24,5 milliards de dollars, soit la moitié de celui de Sanofi, et Amgen avec 20,1 milliards de dollars.

Aujourd'hui, l'industrie des sciences de la vie dispose de 4 forces indéniables dont l'innovation est le fer de lance :

1 - L'innovation, atout majeur qui vient désormais de PME innovantes et non des pharmas ;

2 - La biotech est un relais de croissance pour les pharmas en panne d'innovation qui doivent compter avec les innovations des biotechs pour assurer le renouvellement de leurs portefeuilles produits, dont beaucoup de médicaments sont entrés dans le domaine public - cela se traduit par des partenariats ou des rachats (rachat de Genzyme par Sanofi, par exemple). Même les labos se rachètent entre eux pour atteindre une taille critique ;

3 - Les partenariats entre les biotechs et d'autres structures plus importantes (biotechs ou les pharmas) sont facilités et assurent ainsi la croissance des biotech et des pharmas - les biotechs sont désormais en position de force pour négocier ;

4 - Le soutien des pouvoirs publics français est pérenne avec des mesures telles le CIR, le CII, le statut JEI et le soutien de bpifrance qui insufflent un dynamisme certain. Les pouvoirs publics ont pris conscience de cette force vive que sont les biotechs et ont décidé de soutenir l'effort de R&D. Grâce à ces mesures, une startup sur deux est issue de la recherche publique.

"Aujourd'hui, on compte 235 projets innovants dans notre industrie des sciences de la vie. Il va falloir les accompagner correctement car ces idées méritent d'aboutir. La diversité de leur champ d'action et leur nombre font que cette mission est rendue plus complexe. Ces projets promettent d'assurer la relève des innovations de demain mais il va falloir les financer et les soutenir si nous souhaitons conserver notre avance et nous assurer que notre industrie reste indépendante afin d'assurer le meilleur des soins aux patients" dit Pierre-Olivier Goineau.

Sur quels secteurs/activités se développe le plus l'innovation actuellement dans les sciences de la vie ?

Selon notre dernière étude de juin 2014, l'oncologie est le premier domaine de recherche (32 %) devant les maladies infectieuses (17 %) et le système immunitaire (10 %).

Comment accompagnez-vous les entreprises innovantes dans les sciences de la vie ?

France biotech aide ses membres à se professionnaliser au travers de 7 commissions de travail animées par les professionnels et experts du Secteur (Corporate Finance ; Social et légal ; Business development, etc.) et la publication des livrables dédiés aux entrepreneurs comme le ‘Guide du Business Developpement'.

Une journée de « coaching » est organisée pour préparer les jeunes entreprises à optimiser leur rencontre de BtB lors de Bio San Diego. Des workshops sur les incontournables dédiés aux jeunes entrepreneurs tout comme des rencontres avec des industriels de haut niveaux, le Club des Cotées® (réunion trimestrielle) sont organisés chaque année. La publication d'études annuelles (panorama annuel ; aAnnuaire de l'industrie des sciences de la vie ; étude salaire de l'industrie) contribue aussi à une meilleure connaissance du secteur.

Quelle est la place de la R&D dans ces entreprises ?

Clef et France Biotech a largement contribué à améliorer l'environnement de la R&D pour les sociétés de l'industrie des sciences de la vie, innovantes par nature : les Dépenses de R&D en 2013 se sont élevées à 4,9 Mds € en Europe (vs 5Mds € en 2012); $23,3 Mds aux US (vs 19,4 Mds€ en 2012).

De 2007 à 2013, France Biotech s'est battue pour défendre le statut JEI, le CIR ainsi que toutes les mesures qui pouvaient aider les sociétés biotech innovantes et leur entrepreneurs. Aujourd'hui, le crédit impôt recherche (CIR) voit son refinancement rendu possible et son accès facilité par une simplification des procédures. Le Crédit d'Impôt Innovation (CII) est confirmé : les petites et moyennes entreprises bénéficient d'un crédit d'impôt de 20 % jusqu'à 400 000 euros sur leurs dépenses  d'innovation postérieures au 1er janvier 2013.  Enfin, le statut des jeunes entreprises innovantes (JEI) est renforcé : l'exonération totale des  cotisations patronales jusqu'à la septième année suivant la création des JEI est rétablie et étendue aux personnels affectés à des dépenses d'innovation.

Propos recueillis par Sandrine Damie


© France Biotech