Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Quels métiers en 2022 ?

France Stratégie a remis fin avril les résultats de son étude "Les emplois en 2022" à François Rebsamen, ministre du Travail, Il devrait permettre d'améliorer l'orientation des jeunes et des seniors en recherche d'emploi.


Le 21/05/2015

 

Quelles sont les grandes tendances pour l'emploi à 10 ans ? Combien de postes seront à pourvoir ? Combien de créations nettes d'emplois ? Ce rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications de France Stratégie met en perspective les grandes évolutions des ressources en main d'œuvre et de l'emploi par métier à l'horizon 2022. Il présente 3 scénarios macro-économiques, qui permettent d'apprécier les effets sur l'emploi par métier, dans un contexte conjoncturel particulièrement incertain. Il propose également des pistes de réflexion et d'actions en faveur de l'apprentissage, de l'emploi des seniors.

 

Selon le scénario envisagé, entre 735 000 et 830 000 postes par an seraient à pourvoir entre 2012 et 2022. Environ 80 % de ces postes correspondent à des départs en fin de carrière ; 20 % sont des créations nettes d'emploi.

 

Quels seront les secteurs dynamiques et ceux en repli ?

 

La tertiarisation des emplois devrait se poursuivre.

 

Les métiers du commerce et des services devraient continuer à se développer, avec notamment de fortes créations d'emploi dans les professions de soin (à l'exception des médecins) et des services aux personnes.

 

Les métiers industriels se stabiliseraient : les pertes d'emploi seraient moins fortes que par le passé parmi les ouvriers non qualifiés de l'industrie.

 

Les emplois administratifs de la fonction publique et les emplois de secrétaires connaîtraient au contraire un repli tout comme les métiers agricoles.

 

Si l'on ajoute aux créations nettes d'emploi les départs en fin de carrière, les postes à pourvoir apparaissent particulièrement nombreux parmi les agents d'entretien, les aides à domicile, les enseignants, les aides-soignants et infirmiers, les cadres des services administratifs, comptables et financiers, les conducteurs de véhicule et les vendeurs.

 

L'ensemble de ces résultats sont qualitativement inchangés quel que soit le scénario macro-économique considéré.

 

En hausse : les métiers de soins et d'aide aux personnes fragiles

 

L'ensemble des professions de soins et d'aide aux personnes fragiles devrait bénéficier d'une forte dynamique de l'emploi, à l'exception des médecins dont l'évolution dépend du numerus clausus et pour lesquels tous les départs en fin de carrière ne seraient pas remplacés à l'horizon 2022

 

Aides à domicile, aides-soignants et infirmiers figureraient ainsi parmi les métiers qui gagneraient le plus d'emplois à l'horizon 2022, avec de l'ordre de 350 000 créations nettes en 10 ans.

 

En hausse : les emplois les plus qualifiés

 

Entre 2012 et 2022, les métiers très qualifiés seront également parmi les plus gros créateurs nets d'emploi. Ainsi la croissance des métiers de cadres serait presque 2 fois plus forte que celle de l'ensemble des métiers (+ 1,2 % chaque année contre + 0,7 %).

 

Parmi les cadres assurant des fonctions à dominante administrative et les managers (cadres de la banque et des assurances, cadres de la fonction publique, dirigeants d'entreprise, et dans une moindre mesure cadres des services administratifs, comptables et financiers et cadres commerciaux), la hausse du nombre d'emplois se conjuguerait avec de nombreux départs en fin de carrière.

 

A noter : les professions de l'information et de la communication, tout comme celles des arts et spectacles, sont surtout occupées par des jeunes ou des personnes en milieu de vie active. Les taux de départs en fin de carrière y seraient donc limités.

 

A suivre : les métiers qualifiés du bâtiment, des transports et de la logistique

 

A l'horizon 2022, les créations d'emploi dans les métiers du transport et de la logistique pourraient être limitées par l'augmentation du prix de l'énergie. Au sein de ce domaine professionnel, la croissance du nombre de postes à pourvoir devrait être plus élevée pour les métiers les plus qualifiés tels que les agents d'exploitation de transports ou les cadres des transports, de la logistique et navigants de l'aviation, tout en restant inférieure à l'évolution attendue pour d'autres métiers de cadres.

 

Dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, les architectes et cadres, les techniciens et agents de maîtrise et, dans une moindre mesure, les ouvriers qualifiés devraient continuer de bénéficier de créations d'emploi à l'horizon 2022. Favorisées par l'augmentation du nombre des ménages, par la rénovation et l'adaptation du parc de logements au vieillissement de la population et à la dépendance et par le développement des normes règlementaires et environnementales, les créations seraient cependant moins nombreuses que lors de la décennie précédente en raison d'une croissance économique moins forte.

 

En baisse : les emplois administratifs

 

Dans les fonctions administratives, le développement continu des technologies numériques et la rationalisation des organisations du travail devraient, comme par le passé, contribuer à comprimer l'emploi des secrétaires ou employés de la banque et des assurances tandis que le nombre d'employés de la comptabilité ou de secrétaires de direction devrait rester quasiment stable.

 

Dans l'administration publique, les employés comme les professions intermédiaires devraient subir des réductions d'effectifs dans un contexte budgétaire contraint. Ces deux familles professionnelles pourraient ainsi perdre au total près de 80 000 emplois sur les 10 prochaines années.

 

Quelle place pour les femmes ?

 

Les femmes pourraient former 49,1 % des personnes en emploi en 2022, contre 47,7 % en 2012, poursuivant une progression ininterrompue depuis 1975. Comme par le passé, cette progression résulterait de l'accroissement de la part des femmes dans les métiers les plus qualifiés (46,4 % en 2022 contre 43,6 % en 2012 parmi les métiers de cadres, 51,4 % en 2022 contre 49,4 % en 2012 parmi les métiers de niveau professions intermédiaires).

 

Sandrine Damie