Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Marie-Françoise Guyonnaud

Responsable pédagogique du MBA Smart City et Management des Eco Quartiers de l'ILV - Institut Léonard de Vinci
Date de l'interview : 11/05/2015

La notion d'éco-construction désigne l'ensemble des techniques permettant de rénover, réhabiliter ou construire un bâtiment tout en cherchant à minimiser son impact environnemental, aussi bien lors de la mise en œuvre des travaux de construction que tout au long de son usage.

Marie-Françoise Guyonnaud évoque la formation à l'éco-construction dont elle a la responsabilité au sein de l'ILV - Institut Léonard de Vinci.

Quels sont les objectifs du MBA Smart City et Management des Eco Quartiers ?

Le numérique permet d'intégrer des profils venant de parcours différents et leur permet de trouver des débouchés sur des fonctions dans la programmation, la conception, l'installation, l'exploitation, la maintenance. Le numérique reste un moyen au service d'une meilleure qualité de vie et en appui de la transition écologique et énergétique.

Le MBA Smart City et Management des Eco Quartiers est accessible aux étudiants ayant validé un diplôme de niveau bac + 4 et aux professionnels souhaitant enrichir leurs compétences sur le numérique pour développer la créativité, la collaboration, l'innovation, l'efficacité dans la  conception, la production, la gestion de la ville bas carbone, durable et désirable.

Dans quel contexte ce MBA a-t-il vu le jour ? Et avec quel partenaire ?

Le MBA Smart City et Management des Eco Quartiers a été développé avec des acteurs sur l'ensemble de la chaîne de valeur de la conception à la réalisation et à la gestion. Pour ce faire, nous avons constitué un comité d'orientation pédagogique.

Cette formation est soutenue par des collectivités et des entreprises des secteurs de l'ingénierie, du bâtiment, du numérique, de l'énergie telles ABB France, AFNET, Agence Coste architectures, Almadea, Bouygues Immobilier, Caisse des dépôts et consignations, CAMV, Centre scientifique et technique du bâtiment, COFELY INEO, DC Brain, EDF, ERDF, Fédération nationale des collectivités concédantes et régies, FFIE, Groupe la Poste, Nexity, Numericable SFR, Orange, Riquier Sauvage architectes, Saint-Gobain Habitat France, Société du Grand Paris, Smart Buildings Alliance, SwissElectricity, Tetragora, Vinci Facilities, etc.

Pouvez-vous définir ce qu'est / ce que pourrait être un Eco Quartier ?

Le terme d'éco-quartier désigne des projets d'urbanisme ayant des objectifs environnementaux, sociaux et économiques ambitieux. En effet, les choix d'aménagement et d'urbanisme ont également un impact non négligeable sur la consommation d'énergie et constituent un paramètre à part entière du concept d'éco-construction. 

L'écoconstruction est-elle, selon vous, une niche d'emplois ou plutôt l'avenir de la construction en France ?

La notion d'éco-construction désigne l'ensemble des techniques permettant de rénover, réhabiliter ou construire un bâtiment tout en cherchant à minimiser son impact environnemental, aussi bien lors de la mise en œuvre des travaux de construction que tout au long de son usage.

Il s'agit notamment, à travers ce concept, de diminuer la consommation d'énergie du bâti à niveau de confort égal, et de favoriser l'usage des énergies renouvelables, tout en réduisant les pollutions (émissions de gaz à effet de serre, eaux usées ...).

L'objectif est de minimiser les nuisances du bâti tout en maximisant le confort et le bien-être des habitants. Il convient donc d'une part de choisir les matériaux et les équipements, et d'autre part de les mettre en œuvre.

L'éco-construction met en avant l'importance de la chaîne des acteurs du bâtiment de la conception du projet à sa réalisation puis sa gestion. Les méthodes et outils du numérique sont en appui de l'éco-construction. Le MBA Smart City et Management des Eco Quartiers forme des professionnels pour accompagner ces changements dans la coopération entre les acteurs et dans la prise en compte des meilleures solutions.

Quels sont les métiers recherchés dans cette problématique de ville durable ?

Plutôt que de parler de nouveaux métiers, je préfère parler de nouvelles compétences.

A titre d'exemple, la gestion de projet dématérialisée autour des données ou Building Information Modelling contribue à mieux concevoir et mieux réaliser les projets tout en pilotant la performance. Il concerne tous les corps de métiers.  Chaque corps de métiers devra exploiter les données du bâtiment ou du quartier et produire des données de qualité.

Quels sont les critères de sélection à l'entrée du MBA ?

Une solide formation de base dans un métier impliqué dans la conception, réalisation ou gestion d'un bâtiment, d'infrastructures urbaines, de quartiers, de services aux habitants.

Les candidats recherchés doivent être motivés, curieux, motivés par la dynamique du projet et ayant le goût du travail collaboratif.

Vous avez choisi de proposer ce MBA uniquement en alternance. Pourquoi ? Quels sont les atouts de l'alternance dans ce secteur d'activités ?

Tous ces diplômes sont réalisés en alternance. Le rythme de l'alternance est de 3 jours à l'ILV toutes les deux semaines d'octobre à juin.  Ce dispositif permet  aux étudiants d'appliquer les méthodes apprises, de s'intégrer dans une entreprise et d'acquérir de l'expérience et de l'autonomie.

Nous avons actuellement des demandes d'entreprises sur l'ensemble des segments d'activité précédemment cités pour intégrer des apprentis.

Comment se déroule la formation (cours théoriques, stages, projets, échanges avec des pros, etc.) ?

La formation - très orientée projet - permet d'acquérir en un an ces nouvelles méthodes de travail et outils qui sont au cœur des évolutions actuelles de ces métiers.

L'équipe pédagogique développe une pédagogie innovante par le projet valorisant une démarche expérientielle « learning by doing ». Les projets proposés en cours d'année permettent de se confronter à la réalité du terrain. L'encadrement de ces projets est confié à des intervenants  professionnels et des experts qui ont l'expérience de ce type de projets.

Voici quelques exemples de projets : projet urbain partant d'un diagnostic territorial et démarches de design thinking avec les acteurs du territoire, démarche collaborative en conception / construction d'un bâtiment et Building Information Modelling (BIM) gestion, observation et fouilles de données (big data), système d'information gestion immobilière et création de valeur, gestion active de l'énergie dans un bâtiment et plan de monitoring cost effective.

Quelles sont les compétences développées au cours de la formation ?

Pour en citer quelques-unes :

  • gestion dématérialisée d'un projet en conception / construction autour des données (chef de projet BIM et ce, dans l'ensemble des corps des métiers) ;
  • maîtrise de méthodes agiles de conception et développement de services ;
  • mesure et vérification de performances / pilotage et performance des services intégrant en particulier le confort et l'efficacité énergétique ;
  • élaboration de prescriptions numériques pour le développement de bâtiment, quartiers et villes numériques.

 

A la sortie du MBA, quels sont les employeurs potentiels pour les étudiants ?

Les entreprises qui recrutent aujourd'hui sont très diversifiées : maîtres d'ouvrage publics et privés, promoteurs, entreprises générales construction, entreprises du génie électrique et énergétique, gestionnaires immobiliers, bailleurs sociaux, grands syndics de copropriété, entreprises publiques locales, établissements publics d'aménagement, cabinets d'architecte, bureaux d'étude spécialisés, sociétés de service, éditeurs de logiciels, entreprises d'installation, intégrateurs, fournisseurs de matériels, facility managers, etc.

Des fédérations professionnelles s'engagent aujourd'hui autour de ces formations car ces diplômés doivent devenir des porteurs et animateurs du changement en interne à l'ensemble de ces organisations.

Il s'agit d'une véritable opportunité et d'un tremplin pour les candidats qui intègrent cette formation.

Propos recueillis par Sandrine Damie (mai 2015)