Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Les Franciliens et l'apprentissage

C'est un regard enthousiaste et confiant que posent les Franciliens sur les formations en apprentissage, gage d'insertion professionnelle pour eux.


Le 11/05/2015

 

L'institut d'études Viavoice a réalisé un sondage sur l'apprentissage pour la région Ile-de-France auprès d'un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population francilienne de 18 ans et plus (représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération et département de résidence).

 

Dans l’ensemble, les Franciliens portent un regard bienveillant et enthousiaste sur l’apprentissage. En effet, 72 % en ont une image positive, et 87% d’entre eux recommanderaient à un jeune d’y recourir (42% le feraient même assurément).

 

Selon les personnes interrogées, l’apprentissage se révèle être une formation vertueuse sur plusieurs plans :

  • L’apprentissage facilite l’accès à l’emploi et prépare efficacement à l’univers professionnel : il est "un atout pour décrocher un premier emploi" (92 %), "une source de recrutement à part entière" (79 %), et s’envisage également comme "une bonne préparation à la réalité du monde du travail" (72 %).
  • L’apprentissage incarne également une manière différente d’apprendre. Pour 94% des Franciliens interrogés "l’apprentissage offre l’opportunité d’apprendre autrement, tout en obtenant un diplôme".
  • L’apprentissage apporte un vrai bénéfice à l’entreprise, parce qu’il "valorise son engagement citoyen" (70 %) mais surtout parce qu’il lui "permet de bénéficier de compétences et d’un regard neuf" (77 %).

 

Face au chômage des jeunes, 92 % des personnes interrogées pensent que l'apprentissage est un atout pour décrocher un 1er emploi et entrer dans la vie active.

 

Pour les Franciliens interrogés, les Centres de formation des apprentis devraient en priorité :

  • Préparer les jeunes aux codes de l’entreprise et à la réalité du monde du travail (41 %) ;
  • Avoir des formateurs réactifs qui sont en mesure de suivre les problèmes éventuels entre l’apprenti et l’entreprise (38 %) ;
  • Faciliter le recrutement des apprentis (28 %) ;
  • Accompagner les entreprises dans les démarches administratives (26 %).

 

Enfin 51 % des personnes interrogées souhaitent que la Région soutienne mieux les apprentis tout au long de leur parcours pour éviter les ruptures de contrat mais aussi qu'elle fasse mieux connaître l'apprentissage auprès des jeunes, des familles et des entreprises (49 %).

 

Sandrine Damie