Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Catherine Beudon

Responsable social-emploi-formation à l’Union des industries chimiques (UIC)
Date de l'interview : 10/03/2015

Sans chimie il n’y a pas de protection de l’environnement.

Le secteur de la chimie offre des possibilités d'emploi riches et variées, selon Catherine Beudon. Sans compter que la chimie du végétal et celle du recyclage ouvrent de nouvelles opportunités.

Quels types d’activités regroupent les industries chimiques ?

Les industries chimiques sont un secteur complexe et varié, qui regroupe de nombreuses activités. Parmi celles-ci, une partie s’adresse directement au consommateur final : cosmétiques, parfumerie, produits d’entretiens, peintures…

Une autre partie, qui est la plus importante, est tournée vers les autres industries. La chimie est en effet partout et sert presque tous les secteurs : l’automobile, le papier, le textile, l’électronique, l’aéronautique… Nos industries fournissent des produits chimiques comme du caoutchouc, des matières plastiques, des pigments, des additifs alimentaires, des huiles essentielles, des ingrédients pharmaceutiques …

Le point commun de l’ensemble des industries chimiques est de traiter des matières brutes (pétrole, gaz naturel, biomasse…) grâce à un procédé, afin qu’elles puissent être utilisées. Il s’agit donc d’industries de process, par opposition aux industries manufacturières.

Combien d’emploi cela représente-t-il ?

Les industries chimiques représentent 203 000 emplois et plus de 3 000 entreprises, dont beaucoup de PME voire des TPE.

Les enjeux écologiques modifient-ils les activités du secteur ?

Les industries chimiques ont depuis longtemps réduit de manière drastique les différentes émissions   de leurs sites. Il existe des règlementations spécifiques pour les produits chimiques, comme notamment au niveau européen REACH, qui s’ajoutent aux normes que doivent respecter l’ensemble des sites industriels.

Par ailleurs, il faut savoir que sans chimie il n’y a pas de protection de l’environnement. On utilise des procédés chimiques pour traiter les eaux usées, pour valoriser les déchets organiques par la méthanisation, pour fabriquer des panneaux photovoltaïques… La chimie est au cœur des problématiques de la transition écologique et énergétique, grâce aux solutions qu’elle apporte.

Les métiers de la chimie s’exercent-ils seulement en laboratoire ?

Non, pas seulement. Certains métiers s'exercent en laboratoire, comme les métiers de la R&D, dans des centres de recherches, ou les métiers du contrôle qualité, sur les sites de production. Mais il existe d'autres familles de métiers au sein des industries chimiques : métiers de la production (opérateurs de conduite des installations, ingénieurs procédés...), métiers technico-règlementaires (responsable des affaires règlementaires, responsable de propriété industrielle…), métiers autour de la QHSE (qualité, hygiène, sécurité, environnement) ou de l'efficacité énergétique, métiers commerciaux et marketing (technico-commerciaux, ingénieurs d'affaires...).

Pour tous ces postes, les entreprises sont à la recherche de personnes avec une solide formation scientifique. Par ailleurs, les industries chimiques proposent aussi des métiers administratifs et de nombreux métiers de la logistique (achats, supply chain...).

De nouveaux métiers apparaissent-ils ?

On peut citer le métier nouveau de "data scientifique", qui s'appuie sur des mathématiques appliquées de haut niveau et sur l'informatique. Mais les métiers de la chimie sont plutôt marqués par une évolution de leurs compétences pour répondre à de nouvelles problématiques, telles que l'efficacité énergétique, l'éco-conception et le recyclage, ou la nécessité de trouver de nouvelles formulations compte tenu de la substitution de certains produits.

La chimie du végétal prend une importance croissante et irrigue de très nombreux métiers. Elle consiste à travailler sur des matières premières renouvelables (bois, pieds de maïs, algues...) en substitution des produits pétroliers. Cette chimie se développe beaucoup actuellement, en lien avec les biotechnologies industrielles, et nécessite des profils aux compétences multidisciplinaires, à la fois en biologie et en chimie.

Quelles sont les formations qui mènent aux métiers de la chimie ?

Notre activité repose sur une science enseignée au lycée et à l'université. Il existe donc une offre très riche de diplômes en chimie, qui va du bac professionnel au doctorat. Des diplômes d'ingénieurs sont également proposés au sein des  20 écoles d'ingénieurs en chimie et génie des procédés, regroupées au sein de la Fédération Gay Lussac.

Par ailleurs, on peut accéder aux métiers de la chimie avec d'autres types de formation. Pour la R&D, nos industries emploient par exemple des docteurs en chimie, mais aussi en biologie, en physique ou en mathématiques. D'autre part, les formations en chimie permettent de travailler pour d'autres secteurs que celui des industries chimiques : pour l'agroalimentaire, le nucléaire, l'automobile... L'ensemble des secteurs industriels a besoin de chimistes, mais aussi les prestataires de services. Les compagnies d'assurances ont par exemple besoin d'experts pour l'appréciation des risques industriels.

Quelles qualités et compétences faut-il avoir ?

La pluridisciplinarité est très importante pour tous nos métiers, il faut s'ouvrir aux autres sciences. Les compétences en management et en communication sont aussi primordiales, notamment pour les postes d'encadrement, tout comme la capacité à travailler en équipe. Enfin, l'anglais est essentiel quels que soient le niveau de poste et la taille de l'entreprise.

 

Deux sites à consulter pour découvrir les métiers de la chimie : "Les métiers de la chimie" et le "Chemical World Tour".

 

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne