Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Anne Dubosc

Chargée de mission stratégique à l’Agence de l’eau Seine-Normandie
Date de l'interview : 10/03/2015

Les métiers des secteurs liés à l’eau souffrent de problèmes de représentation et de méconnaissance.

Alors que les préoccupations environnementales se développent, la problématique de l'eau concerne aujourd'hui de nombreux secteurs d'activité et une large palette d'emplois.

Quelles sont les missions de l'Agence de l'eau Seine-Normandie ?

L'Agence de l'eau Seine-Normandie est un Etablissement Public du ministère de l'Ecologie. Depuis près de 50 ans, sa mission est de percevoir des redevances et de financer les actions de protection des ressources en eau et de lutte contre les pollutions. Son territoire d’intervention est le bassin hydrographique de la Seine et les cours d’eau côtiers normands, qui s’étend de la Nièvre à la Manche, en incluant Paris. Il couvre 1/5e du territoire français, avec 8 654 communes, 28 départements et 10 régions et comprend plus de 600 km de côtes et plus de 70 000 km de cours d’eau.

Quels sont les métiers qui peuvent être exercés en lien avec le domaine de l’eau ?

Il existe une très large palette d’emplois. En effet, lorsqu’on évoque les "métiers de l’eau" on pense souvent seulement à l’eau du robinet et aux métiers du captage, de la distribution et de l’assainissement de l’eau. Mais si on considère le "grand cycle de l’eau", depuis l’évaporation de l’eau des mers jusqu'à la vie des poissons et des plantes dans la rivière, on peut voir que des métiers nombreux et divers intègrent la problématique de l’eau.

Par exemple, il pourra être demandé à un jardinier travaillant pour une collectivité locale de ne pas utiliser de produits chimiques, de sélectionner des plantes résistant à la sécheresse ou de construire des aménagements qui retiennent l’eau de pluie. De la même façon, un moniteur de canoë-kayak, dont le métier est avant tout sportif, s’intéressera à la rivière où il travaille et sensibilisera le public à sa protection.

Dans cette logique, on peut distinguer quatre grandes familles de métiers : les métiers de l’entretien et de la protection des rivières et des zones humides (technicien de rivière, cantonnier…), les métiers de l’entretien et de la protection des espaces verts et naturels (paysagiste, jardinier…), les métiers de la distribution et de l’assainissement de l’eau (directeur de station d’épuration, chef de chantier de canalisation…) et les métiers de l’animation et du tourisme local Nature (animateur environnement…).

Ces métiers offrent-ils de bons débouchés ?

En raison de l’automatisation des usines, les recrutements déclinent dans les secteurs de la distribution et de l’assainissement de l’eau. Les besoins sont en revanche en hausse sur les métiers de l’entretien, de la protection et de la valorisation des rivières et des espaces verts.

Quels seront les besoins à l’avenir ?

Le contexte général va vers plus d’environnement : la réglementation se précise et il y a de plus en plus d'exigences sur la qualité de l’eau et des rivières, le traitement des pollutions, la réduction des consommations d'eau... On peut prévoir un développement des métiers, avec le renforcement des activités telles que la recherche de fuites pour l’eau, la lutte contre le gaspillage, l’éducation des consommateurs, le tri et la valorisation des déchets, la restauration des milieux naturels.

Le génie écologique va également se développer. Il permet de réaliser des aménagements (de renaturation urbains, hydrauliques, agricoles, …) en s’appuyant sur et en jouant avec les processus naturels à l’œuvre dans les écosystèmes (plantation de végétaux pour restaurer des sols ou les stabiliser, utilisation de bactéries dans les procédés de dépollution….). On peut citer un métier émergent en lien avec cette tendance, celui d’ingénieur écologue.

Quelles qualités faut-il avoir pour travailler dans le domaine de l’eau ?

Les compétences exigées sont diverses et dépendent du métier exercé. Il peut s’agir de qualités relationnelles avec le consommateur, de qualités techniques évoluant avec la technologie utilisée, de la compréhension des impacts environnementaux et de leurs enjeux, ou de la connaissance des milieux naturels.

Les métiers des secteurs liés à l’eau souffrent de problèmes de représentation et de méconnaissance. Respecter et préserver l’eau et œuvrer dans ces secteurs mériterait pourtant d’être valorisé, car c’est se préoccuper de la qualité de vie et de la santé des femmes et des hommes de demain !

 

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne