Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Dominique Goutard

Présidente de Vocatif et Déléguée générale Capital Filles
Date de l'interview : 01/03/2015

Capital Filles est une réponse concrète pour permettre à ces jeunes filles de milieux modestes de construire leur avenir en connaissance de cause et de faire des choix d'orientation ambitieux, en toute autonomie.

Dominique Goutard présente le programme Capital Filles visant à favoriser la promotion sociale et professionnelle des jeunes filles de milieux socio-économiques défavorisés.

Comment est née l'association Capital Filles ?

Le programme Capital Filles a été créé en 2011 à l'initiative d'Orange et des ministères de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de l'apprentissage, autour de 3 ambitions :

  • Favoriser la promotion sociale et professionnelle des jeunes filles de milieux socio-économiques défavorisés, scolarisées dans des établissements relevant des politiques de la ville et de l'éducation prioritaire ou situés en milieu rural.
  • Combattre chez ces jeunes filles les phénomènes d'autocensure et rehausser leur niveau d'ambition par l'accès aux informations utiles aux moments clés de leurs choix de formation et d'orientation.
  • Démontrer que la mobilisation conjointe de l'Etat et des entreprises constitue un levier  déterminant pour favoriser l'égalité d'accès aux secteurs d'activité et aux métiers d'avenir, pour des jeunes filles représentatives de la société française dans sa diversité, trop souvent tenues éloignées de métiers traditionnellement masculins.

Neuf entreprises membres fondateurs, chacune représentant un secteur d'activités, ont progressivement rejoint l'Association, présidée par Stéphane Richard, Président directeur général d'Orange.

Quels sont ses objectifs ?

Les objectifs de l'association Capital Filles sont les suivants :

  • Renforcer la confiance des jeunes filles, en elles-mêmes et en leur avenir professionnel ;
  • Inviter les jeunes filles à découvrir notamment les filières scientifiques, techniques et industrielles, encore traditionnellement masculines et les métiers d'avenir qu'elles proposent ;
  • Accompagner les jeunes filles dans leur choix d'orientation, en toute autonomie et connaissance de cause ;
  • Encourager l'apprentissage (plus de 70 CFA et IUT associés, proposés par les entreprises partenaires) ;
  • Donner une image positive et accueillante des entreprises et de leur région.

 

A qui s'adresse-t-elle ?

Capital Filles s'adresse aux jeunes filles scolarisées dans des lycées relevant des politiques de la ville et/ou de zones rurales : en 2014-2015, Capital Filles est présent dans 74 lycées, sélectionnés par les rectorats.

Capital Filles accompagne les jeunes filles de filières technologiques (seconde générale et technologique, première et terminale STI2D, STMG, STL) et de filières professionnelles (seconde, première, terminale).

Quel est le rôle des marraines ?

Les marraines, collaboratrices volontaires des entreprises partenaires, interviennent pour partie sur leur temps de travail ; il s'agit soit de tutorat collectif, soit de tutorat individuel. Elles sont formées par Capital Filles pour cette mission.

Elles témoignent lors des Ateliers collectifs organisés dans les lycées partenaires de la seconde à la terminale afin de sensibiliser les jeunes filles au large panel d'activités, de filières et de métiers qui s'offrent à elles ainsi qu'aux réalités de l'apprentissage.

Elles accompagnent individuellement une jeune fille de terminale, la filleule, afin notamment de l'aider à accroître sa confiance en elle et en son avenir, à imaginer et construire son projet d'orientation post-bac.

D'une façon générale, les marraines ont pour rôle de :

  • Témoigner : de son métier, de son expérience professionnelle, de sa formation, de sa vie professionnelle de « femme » dans l'entreprise.
  • Informer : sur le monde de l'entreprise (ses codes, son fonctionnement, la formation interne, les perspectives offertes), sur les secteurs d'activités et les métiers d'avenir, sur les atouts de l'apprentissage.
  • Valoriser : permettre aux jeunes filles de prendre confiance en elles et en leur avenir, rehausser leur ambition professionnelle, mettre fin aux stéréotypes de genre dans la vie professionnelle.
  • Guider : aider à exprimer son projet professionnel, aider à obtenir un contrat d'apprentissage, favoriser la prise de contact avec d'autres professionnel/les afin de permettre aux jeunes filles d'élargir leurs perspectives d'avenir, de s'orienter vers des formations qualifiantes, de constituer leur réseau.

 

Comment recrutez-vous ces marraines ?

Chacune des 10 entreprises partenaires de Capital Filles réunit ses collaboratrices pour leur présenter Capital Filles. Celles-ci, à l'issue de ces réunions, décident de s'engager ou non comme marraine Capital Filles. A noter que chaque nouvelle marraine Capital filles bénéficie d'une journée de formation au sein d'un Greta pour accomplir au mieux sa mission de marraine.

Quelle est l'implication des entreprises ?

Les entreprises partenaires mettent en commun les moyens financiers et humains nécessaires pour la conception et la mise en œuvre conjointe du programme. Elles définissent la stratégie du programme en participant au Conseil d'Administration et au Comité de Pilotage.

Les entreprises partenaires s'engagent :

  • A contribuer à l'information des jeunes filles, en concertation étroite avec les enseignant/es, sur la diversité des secteurs d'activités et des métiers d'avenir dans leur régions, ainsi qu'aux formations qui y mènent ;
  • A mobiliser un réseau de marraines volontaires parmi leurs collaboratrices ;
  • A accueillir, chaque fois que possible, des filleules Capital Filles en stages et en contrats d'apprentissage ;
  • A favoriser les rencontres et échanges entre jeunes filles, professionnel/les et enseignant/es ;
  • A faciliter pour les jeunes filles accompagnées par Capital Filles l'accès à l'information sur le monde de l'entreprise ;
  • A mandater des Délégué/es Capital Filles, porte parole dans l'académie des entreprises partenaires et interlocuteur/trices des responsables de Capital Filles au plan national ;
  • A étudier les demandes de contrats d'apprentissage des filleules Capital Filles et les orienter le cas échéant dans leur recherche (sans engagement de recrutement).

 

De quoi êtes-vous la plus fière dans les actions menées par Capital Filles ?

Aucune fierté particulière, mais l'assurance que Capital Filles est une réponse concrète pour permettre à ces jeunes filles de milieux modestes de construire leur avenir en connaissance de cause et de faire des choix d'orientation ambitieux,  en toute autonomie. L'assurance aussi que le succès de Capital Filles n'est possible que par la mobilisation conjointe des Pouvoirs publics et des entreprises* engagées ensemble pour l'avenir de ces jeunes filles.

Le bilan est éloquent : en 3 ans, Capital Filles est présent dans 20 académies et 74 lycées, dont 18 lycées en Ile-de-France ; compte 774 binômes « marraine/filleule » (dont 259 en Ile-de-France) et bénéficie cette année à plus de 5000 jeunes filles.

Propos recueillis par Sandrine Damie

* entreprises partenaires : Airbus, Alcatel-Lucent, GDF SUEZ, Generali, L'Oréal, Orange, Radio France, Société Générale, STMicroelectronics, VINCI