Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

L'avenir est aux jeunes entrepreneurs !

Selon le baromètre Moovjee/CIC OpinionWay de février 2015, un million de jeunes pourraient créer une entreprise, dont plus de la moitié avant leur 30 ans.


Le 06/03/2015

 

Créé en 2009, par Dominique Restino et Bénédicte Sanson, le Moovjee, Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs, a pour mission d'amener les jeunes à considérer la création et la reprise d'entreprise pendant ou à la sortie de leur formation (du CAP au bac + 5, toutes disciplines confondues) comme une option de vie professionnelle. 

 

A l'occasion du Salon des entrepreneurs et des 5 ans de l'association Moovjee le baromètre Moovjee/CIC OpinionWay de février 2015 confirme que les jeunes entrepreneurs sont un formidable réservoir d'activités performantes et de création d'emplois.

 

Au Moovjee, 60 % des jeunes entrepreneurs accompagnés sont employeurs après à peine 3 ans d'existence et ils créent entre 2 et 25 emplois.

 

Ainsi 34 % des jeunes interrogés ont envie d'entreprendre contre seulement 25% de la population totale selon un sondage Think pour le Salon des entrepreneurs 2015. Et 2/3 de ces futurs entrepreneurs pensent se lancer dans l'entreprenariat avant 30 ans, soit 11 % de plus que l'année précédente.

 

Les motivations

 

Ils veulent entreprendre pour contribuer au développement économique du pays. Les lycéens professionnels et étudiants conçoivent avant tout l'entrepreneuriat comme un levier de développement économique (52 %), bien avant son rôle éventuel de remède ponctuel anticrise (19 %).

 

A noter : 17% vont même jusqu'à le considérer comme un vecteur de rayonnement pour la France sur la scène mondiale.

 

Les atouts pour réussir ?

 

S'ils ont conscience que les moyens financiers (73 %) et l'expérience (53 %) sont des atouts dont ils ne disposent pas, ils comptent sur ceux de la jeunesse : enthousiasme (43 %) et capacité de travail (49 %), comme premier capital.

 

Les jeunes comptent aussi beaucoup sur l'appui de leur entourage et l'expérience de leurs ainés.

 

Pour eux un chef d'entreprise c'est quelqu'un qui est passionné (41 %), expert dans son champ de compétences (41 %), mais surtout un gestionnaire (47 %), preneur de risques (45 %).

 

Toutefois l'entreprise telle qu'ils la connaissent ne leur fait pas envie, ils rêvent de nouveaux modèles.

 

 

Sandrine Damie