Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Bertrand Ricq

Directeur d’Autorecrute
Date de l'interview : 12/11/2014

La transformation de l'environnement technologique des professions de l'automobile modifie effectivement les profils des salariés recherchés.

Organisateur du salon de l'emploi automobile, Bertrand Ricq fait le point sur l'emploi dans le secteur de l'automobile en France.

Pouvez-vous nous présenter votre site d'emploi Autorecrute ?

Autorecrute.com est le premier site français spécialisé dans l'emploi automobile avec 1 000 nouveaux CV par mois, 47 000 abonnés, 500 000 pages vues et 75 000 visites par mensuelles. Autorecrute accompagne donc depuis 2006 tous les acteurs du secteur automobile en phase de recrutement.

Quels secteurs de l'automobile couvrez-vous ?

Le spectre est beaucoup plus large qu'il n'y paraît tant la diversité des employeurs et des activités est forte : constructeurs, vente, après-vente, équipementiers, prestataires de services et ce, quel que soit le niveau de qualification recherché.

Autorecrute.com diffuse des offres d'emploi, de formation et de franchise, permettant aux candidats de postuler librement, en se rendant visible depuis une CVthèque et de se tenir informé de toute l'actualité.

Egalement cabinet de Conseil en recrutement via son département Autorecrute Conseil, nous prenons en charge l'intégralité du processus de recrutement en mettant en place les actions permettant de capter, d'évaluer et de présenter les profils en adéquation avec les attentes de nos clients. Depuis 2011 Autorecrute a rejoint le groupe Argus, acteur phare du  marché automobile dont il a une parfaite connaissance.

Autorecrute se fait aussi chasseur de tête : depuis septembre 2014, le groupe Argus a lancé Argus RH Executive spécialisé dans ce type de recrutement de haut niveau. La recherche se fait alors par approche directe. Argus RH Executive propose aussi de la formation, de l'audit, de l'accompagnement, du coaching ou du management de transition.

L'automobile est une industrie particulièrement fragile actuellement. Pouvez-vous nous dresser un état des lieux du marché de l'emploi automobile en France ?

Le secteur n'a, en effet, pas échappé à la crise. Depuis 2008, l'emploi automobile a chuté de 8 % à moins de 450 000 salariés. Sur les 2 dernières années, les effectifs se sont encore tassés de 2,3 %, puis de 1,4 %. Mais la tendance indique clairement un retour à l'équilibre et le secteur du commerce et des services de l'automobile, pourvoyeur d'emplois non-délocalisables et définitifs car l'interim est rarement utilisé, commence à réembaucher. La majorité des groupes de concessions, par exemple, que L'argus a interrogé dans le cadre de son enquête annuelle prévoit d'embaucher au cours des mois à venir.

Enfin, le baromètre du CNPA (Conseil national des professions automobiles) indique aussi un frémissement dans les emplois avec un solde entre les embauches (4 500) et les départs (4 500) équilibré au deuxième trimestre de 2014. D'après les chefs d'entreprise interrogés par l'organisme professionnel, ce solde sera positif au troisième trimestre.

Quels sont, selon vous, les profils les plus recherchés ?

La transformation de l'environnement technologique des professions de l'automobile modifie effectivement les profils des salariés recherchés. Dans les ateliers, c'est surtout le niveau de qualification requis par les employeurs qui s'est élevé. Ainsi, les bons techniciens en diagnostic sont très courtisés. Dans la même veine, les mécaniciens titulaires d'un BTS maintenance et après-vente automobile (Mava) ou moteur à combustion interne (MCI) sont recherchés. Le développement du service rapide dans l'ensemble des enseignes du marché, y compris chez les pneumaticiens, valorise également le certificat de qualification professionnelle d'opérateur service rapide qui se prépare en un an. Mais le poste le plus recherché est incontestablement celui de réceptionnaire. Chargé d'accueillir le client, il joue un rôle clé. De son attitude dépend la note de satisfaction clientèle qui conditionne les primes des concessionnaires. Souvent, des BTS après-vente sont convoités pour ce poste. Il y a aussi une pénurie de peintres et carrossiers. Enfin, les vendeurs sont toujours recherchés et particulièrement les vendeurs Société qui commercialisent des flottes de véhicules aux professionnels et artisans.

Où en est l'automobile en matière d'égalité hommes-femmes ? 

Elle se féminise ! C'est en tout cas un souhait des constructeurs et de leurs réseaux de distribution qui s'adressent à 50 % de clientes. Ce sont les femmes qui ne postulent pas assez dans cette branche. Directrices de concession, chefs des ventes, vendeuses, réceptionnaires, finance managers et même mécaniciennes, elles y font pourtant des merveilles. Le marketing qui se développe au sein des concessions les y amène aussi. A ce jour, les femmes représentent à peine 20 % des employés du commerce et de la réparation automobile dont moins de 1 % en atelier. Mais avec, par exemple, 50 % de femmes embauchées, le réseau Dacia est le champion de la catégorie. Et les constructeurs ont mis en place des programmes comme Women@renault, Women engaged for PSA.

Propos recueillis par Sandrine Damie