Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Claire Magimel

Sociologue du handicap, Documentaliste en charge du handicap à l’Onisep
Date de l'interview : 29/10/2014

Il ne faut pas se freiner dans ses ambitions. Même avec un handicap, on peut faire un BTS ou une prépa.

Auteur d'une thèse sur l'accompagnement des étudiants handicapés dans l'enseignement supérieur, Claire Magimel encourage les jeunes handicapés à se projeter dans des études longues. Son conseil : bien préparer son orientation et anticiper ses démarches d'inscription.

Pourquoi si peu de jeunes handicapés accèdent-ils à l’enseignement supérieur ?

Seuls 20 % des bacheliers handicapés accèdent aux études supérieures. En amont, on constate qu’une partie des élèves handicapés quittent la  scolarité ordinaire à chaque changement de cycle, car les obstacles à la poursuite de leurs études sont trop importants : à la fin de la maternelle, à la fin du primaire, à la fin du collège. A la fin du lycée, ceux qui ont réussi ce parcours très compliqué ont souvent un épuisement psychologique et intellectuel. Après avoir réussi à décrocher leur bac, ils ont plutôt envie de travailler et ne se projettent pas dans les études supérieures.

Les études supérieures peuvent aussi faire peur à certains ?

L’enseignement supérieur a un autre mode de fonctionnement, qui demande d’être plus autonome qu’au lycée. Cette rupture peut être appréhendée par les personnes en situation de handicap et par leur famille. Mais le handicap n’est qu’un facteur grossissant des difficultés rencontrées par tous : faire des études supérieures est complexe pour tout le monde, que l’on ait ou non un handicap.

Comment choisir ses études après le bac lorsqu'on a un handicap ?

Comme pour les autres élèves, il est important de se renseigner sur les différents parcours d'études le plus tôt possible : dès le début de la première, même si on a alors tendance à penser davantage à réussir son baccalauréat. Surtout, il ne faut pas se freiner dans ses ambitions. Même avec un handicap, on peut faire un BTS ou une prépa.

Où se renseigner ?

Des informations peuvent être obtenues auprès des CIO, et en particulier auprès du réseau handicap orientation  pour les élèves parisiens. On peut aussi se renseigner auprès du CIDJ. De nombreuses associations comme Droit au savoir, l'Arpejeh (Accompagner la Réalisation des Projets d’Etudes de Jeunes Elèves et Etudiants Handicapés), ou certaines associations représentatives des personnes handicapées offrent aussi une aide à l'orientation scolaire ou professionnelle.

L'Onisep offre également de nombreux renseignements sur la rubrique "handicap" de son site internet et sur son application Total Accès, accessible aux personnes malvoyantes. Dans la collection "Handi +", nous publions aussi trois annuaires  des établissements et des services en fonction du type de handicap : visuel, moteur ou auditif.  On peut aussi poser des questions aux conseillers du service "Mon orientation en ligne", qui sont formés aux problématiques du handicap. Enfin un espace dédié "études et handicap" de l'Onisep est présent sur le salon de l'Education et sur le salon APB.

Lorsqu'on a choisi son orientation, comment préparer son arrivée dans le supérieur ?

Là aussi, il faut anticiper. Les démarches auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) sont par exemple à effectuer un an à l'avance, notamment pour demander une RQTH (Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) si l'on souhaite ensuite effectuer des stages durant son cursus. Il faut aussi vérifier l'accessibilité des établissements. L'annuaire des établissements accessibles aux étudiants handicapés du CIDJ est un outil très utile. Enfin, il faut visiter le plus tôt possible les établissements où l'on souhaite étudier et se faire connaitre auprès des personnes qui gèrent le dispositif d'accueil des étudiants handicapés, ou auprès du référent handicap, ou s'il n'y en a pas directement auprès du chef d'établissement. Leurs coordonnées peuvent être trouvées sur le site Handi-U.

 

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne

Crédit photo : Nicolas Pehe