Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Marie-Emilie Cayla

Chargée de mission Ressources Humaines Réseau, UNA (Union nationale de l’aide, des soins et des services au domicile)
Date de l'interview : 12/06/2014

Les métiers de l'aide à domicile ne comportent pas que des actes techniques, il y a aussi un aspect relationnel très important.

Les métiers de l'aide à domicile recèlent de nombreuses opportunités d'emploi, dès les premiers niveaux de qualification.

Pouvez-vous nous présenter les métiers de l'aide à domicile ?

Notre secteur compte à la fois des postes administratifs, de gestion et de coordination d'équipe, et des métiers d'intervention à domicile. Parmi ces derniers, on peut distinguer deux grands groupes : les métiers dédiés aux soins, comme ceux d'aide-soignant et d'infirmier, et les métiers d'accompagnement, qui consistent à assister des personnes âgées ou dépendantes dans leurs tâches quotidiennes, afin de garantir leur autonomie et leur mobilité. Dans cette deuxième catégorie il y a par exemple les aides à domicile, qui sont présents aux côtés des personnes pour les aider à réaliser différents actes de la vie quotidienne, de petites tâches domestiques ou administratives par exemple. On peut citer également les auxiliaires de vie sociale (AVS), qui interviennent plus particulièrement auprès des personnes handicapées, pour les assister dans leur toilette, leur prise de repas... Mais ces métiers ne comportent pas que des actes techniques, il y a aussi un aspect relationnel très important, un accompagnement humain à réaliser.

Quelles sont les opportunités de recrutement ?

Il y a eu de très forts volumes de recrutement il y a quelques années, qui se sont un peu réduits. Notre secteur est influencé par le contexte économique et législatif. Actuellement les recrutements s'effectuent beaucoup pour des remplacements de congés maternité (nos effectifs sont très féminisés) ou d'arrêts maladie, ou pour répondre à des besoins liés à un accroissement d'activité. Mais sur le fond le secteur de l'aide à domicile recrutera toujours : les recrutements peuvent s'effectuer sans niveau de qualification, et les salariés ont la possibilité d’évoluer sur d’autres métiers du secteur via la VAE (Validation des acquis de l’expérience) notamment. Le vieillissement de la population est aussi présenté comme potentiellement créateur de nombreux emplois dans notre secteur à l'avenir.

Quels sont les profils recherchés ?

Les métiers de l'intervention à domicile sont accessibles à tous, avec une formation minimale qui peut ensuite être complétée. Le métier d'aide à domicile est par exemple accessible sans avoir forcément de diplôme, ou avec un CAP ou un BEP. Puis, il est possible d'évoluer depuis ce métier vers celui d'auxiliaire de vie sociale en obtenant le DEAVS (diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale).

Beaucoup de métiers peuvent en outre être exercés avec un diplôme de niveau V ou IV : diplômes d'état (DE) d'aide soignant, d'aide médico-psychologique, d'assistant de vie aux familles, ou de technicien de l'intervention sociale et familiale (TISF). A bac + 2, il y a également des recrutements possibles avec le BTS services et prestations des secteurs sanitaire et social (SP3S). Les métiers de l’intervention à domicile ce sont aussi des postes d’encadrement : responsable de secteur, directeur de structure.

Parmi les parcours possible pour accéder à nos métiers, notamment celui d'aide à domicile, il y a les emplois d'avenir ou la préparation opérationnelle à l'emploi (POE), auxquels les entreprises membres du réseau de l'UNA sont très ouvertes. Il est possible de travailler sur des compétences transférables : par exemple une personne titulaire d'un CAP coiffure pourra obtenir une qualification dans notre secteur en deux ans, grâce à un emploi d'avenir. Il existe aussi des passerelles, qui permettent des équivalences, par exemple grâce à la VAE.

Quelles qualités faut-il avoir pour exercer dans ce secteur ?

Nos métiers s'adressent à ceux qui veulent apporter quelque chose à l'autre. Ils demandent d'être au contact des personnes et de prendre soin d'elles, notamment  par la parole. Ils exigent aussi des qualités de confiance et de respect de l'autre. Comme ils s'exercent au domicile de quelqu'un, il faut également faire preuve d'humilité et de discrétion, tout en étant capable de prendre des initiatives. Il y a souvent des a priori sur l'aide à domicile : il ne s'agit pas seulement de faire la cuisine ou le ménage. Le fil conducteur de ces métiers est d’aider, accompagner, et soulager les personnes en difficulté au quotidien, en leur faisant bénéficier de compétences professionnelles ainsi que de capacités d’adaptation et d’autonomie, et ils  peuvent être à ce titre source de grande satisfaction personnelle.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne