Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Les métiers de demain en Ile-de-France

18/06/2014 à 17h00 - Les métiers de demain en Ile-de-France

Région vectrice d’emplois, l'Ile-de-France est plus particulièrement ouverte à certains métiers. Découvrez tous les métiers porteurs du territoire francilien et les perspectives d’emploi à l’horizon 2030 au travers des échanges qui ont eu lieu avec nos deux invités experts en prospective.

Les invités

Cécile Jolly - Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP)

Morad Ben Mezian - Directeur des études à Défi métiers, le carif oref francilien

Question :

Modérateur : Bienvenue sur notre chat consacré aujourd'hui aux métiers de demain en Ile de France. Le chat va bientôt commencer. Vous pouvez poser vos questions à nos deux invités.

Réponse :

 

Cécile Jolly : Je suis très heureuse de participer à ce chat. Je m'appelle Cécile Jolly, je suis économiste dans un service du Premier ministre et je suis entre autres chargée des projections sectorielles d'emploi.

 

Morad Ben Mezian : Bonjour, je suis très heureux d'être avec vous aujourd'hui. Je m'appelle Morad Ben Mezian, au sein de Défi Métiers je suis responsable de l'Observatoire Régional Emploi Formation (OREF).

Question :

Feliii : Quand vous dites « métiers de demain », qu’entendez-vous exactement ? dans combien de temps ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Ce qu'on entend par “métiers de demain” c'est les métiers d'aujourd'hui qui seront pourvoyeurs d'emplois à dix ans.

Question :

Wilm : Comment peut-on prédire l'avenir en temps de crise ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : La crise est une grande période d'incertitude qui bouleverse aussi nos hypothèses traditionnelles sur la tendance future. On ne sait pas, en particulier, quel sera l'impact durable de la crise sur notre capacité productive, sur la main-d'oeuvre, et sur l'innovation. Selon les hypothèses que l'on fait de cet impact, on peut avoir des projections de croissance et d'emploi très hétérogènes.

 

Morad Ben Mezian : La question pour nous n'est pas de prédire, mais d'identifier des futurs possibles ou souhaitables, les plus réalistes possibles, en fonction d'hypothèses, qui sont moins robustes en temps de crise, forcément.

 

Question :

Basile : Sur quels secteurs professionnels faut-il miser ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Nous identifions 2 grands secteurs : celui des services aux entreprises, en particulier celui des services innovants (informatique, web...) et celui des services à la personne, en particulier ceux tournés vers les personnes âgées.

Sur les services à la personne, au niveau national comme en Ile-de-France, on observe un vieillissement de la population et une politique de maintien à domicile, qui vont amener du coup des besoins très importants concernant ces personnes.

Question :

Alice de Montpellier : Quels sont les métiers qui recrutent aujourd’hui ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Les métiers qui recrutent aujourd'hui ce sont un peu les mêmes que les métiers qui recruteront demain, c'est-à-dire ce sont à la fois des métiers qui sont plutôt des métiers de cadre, des métiers qualifiés où en général il faut avoir un diplôme post-bac, et des métiers peu qualifiés d'assistance aux personnes ; que ce soit dans la santé, l'éducation, le soin des enfants et des personnes âgées. On a également des métiers dans l'hôtellerie-restauration qui recrutent beaucoup aujourd'hui en particulier les métiers d'agent de maîtrise et les métiers de cuisinier.

Question :

Gregoire91 : Pensez-vous que l’industrie française va disparaître ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : L'industrie ne va pas disparaître mais elle va se renouveler. Elle va se renouveler dans ses techniques, avec de nouvelles technologies environnementales par exemple. Elle va aussi se renouveler par les services qu'elle va proposer directement au client. C'est l'exemple de la téléphonie mobile, qui vend à la fois des téléphones et des heures de communication.

 

Morad Ben Mezian : Si l'industrie ne va pas disparaître, elle va comme l'a dit Cécile, se renouveler. L'industrie va faire moins appel à des qualifications de manoeuvre, on va plutôt aller vers soit une spécialisation très forte (métiers de soudeur par exemple), soit des métiers tels que technicien de maintenance. En effet, les progrès technologiques ont entrainé une complexification des process de production, ce qui demande des profils plus autonomes, des personnes capables d'intervenir sur la chaine lorsqu'il y a un problème.

Question :

Juju-renne : Selon vous, y’a t-il aujourd’hui des métiers en voie de disparition ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Il y a peu de métiers qui vont disparaître, en revanche ils vont changer. Par exemple, le métier de secrétaire devient plus un métier d'assistante de direction, plus qualifié mais avec moins de postes à pourvoir.

De la même manière, dans l'industrie, la qualification des ouvriers est générale aujourd'hui et on a très peu d'ouvriers pas du tout qualifiés sauf dans l'apprentissage et chez les jeunes entrants sur le marché du travail qui par la suite deviennent des ouvriers qualifiés.

Question :

Iko : A votre avis, quels seront les métiers recherchés en Ile-de-France ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Les métiers recherchés en Ile-de-France sont assez proches de ceux recherchés au niveau national, c'est à dire à la fois les métiers très qualifiés des services aux entreprises (la région IDF concentre en effet une part importante des entreprises Recherche et développement...) mais aussi finalement les métiers de service à la personne, parce que l'IDF va connaître également un vieillissement de sa population.

Les entreprises qui vont créer les nouveaux emplois sont fortement représentées dans la région IDF.

Question :

Gretel92 : Quels secteurs/métiers sont-ils à éviter "demain" ? merci

Réponse :

 

Cécile Jolly : Ce n'est pas parce qu'un secteur ou un métier détruit des emplois qu'il n'y a pas de postes à pourvoir. Beaucoup de métiers industriels, par exemple, sont vieillissants et vont connaître beaucoup de départs à la retraite donc de remplacements de poste sans création. De ce fait, même si le nombre total d'emplois de l'industrie sera moins élevé demain qu'aujourd'hui, il y aura des offres d'emploi.

De surcroît, dans l'industrie, les conditions de travail et les rémunérations sont biens meilleures que dans le commerce ou les services à la personne.

 

Question :

Blond : Quelles régions recruteront demain ? Certaines régions sont-elles déjà en expansion ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Parmi les régions qui recruteront demain, on retrouvera forcément celles dans lesquelles les secteurs dont on parlait plus tôt sont fortement représentés, par exemple il y a la région Rhône-Alpes.

 

Question :

Alfioner : Que faire si le secteur qui nous intéresse n'est pas un "métier de demain" ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Il faut y aller ! Les métiers se réinventent par les gens qui les occupent. Ceux qu'on dit aujourd'hui déclinants pourront demain faire partie d'activités innovantes mais pas dans le même secteur. Par exemple, les ingénieurs de l'industrie ne travaillent pas, aujourd'hui, dans l'industrie mais dans le conseil.

Question :

Fabio : Sans le bac, existe t-il des formations avec débouchés ? Lesquels pouvez-vous me conseiller svp ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Il y a un certain nombre de métiers qui recruteront sans le bac, mais à des niveaux CAP par exemple.

On retrouve par exemple tous les métiers de bouche, c'est à dire boulanger, boucher..., les métiers du bâtiment et des travaux publics, mais aussi certains métiers industriels pour lesquels finalement, le niveau CAP est encore un niveau d'insertion.

 

Question :

Qeqsqfd : Quels seront les secteurs qui pourront recruter des jeunes diplômés ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Les métiers concernés sont les métiers d'ingénieur, informaticien, tout ce qui touche au we (marketing et communication).

 

Cécile Jolly : Les métiers qui recrutent des jeunes sont aussi les métiers de la vente et les métiers de la construction, du bâtiment.

Question :

Zoe : le service à la personne est un secteur porteur paraît-il ? Quel est votre avis ? Quelles formations me conseillez-vous de suivre ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Oui, ce sont des métiers porteurs, en particulier ceux liés à la dépendance (comme on le disait, vieillissement de la population...), les principaux diplômes sont le diplôme d'état, d'aide soignant (DEAS), celui d'état aide médico-pyschologique (DEAMP), ainsi que celui d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS).

Question :

Kyo : Bonjour, pensez-vous que l’auto-entreprenariat a de l’avenir ? On crée son propre emploi, non ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Oui l'auto-entreprenariat a de l'avenir, c'est certain. Mais ça a son revers : aujourd'hui l'entreprenariat est aussi une manière pour les entreprises de ne pas recruter des salariés. Pour eux, c'est une flexibilité de l'emploi et pour les auto-entrepreneurs, une moindre protection en termes d'assurance chômage, de retraite, de formation. L'activité de l'auto-entrepreneur lui permet certes d'avoir différents employeurs mais la réussite d'une telle activité est aujourd'hui réservée au personnel qualifié voire très qualifié. Il est aussi un moyen pour les seniors ou les jeunes retraités de poursuivre une activité.

 

Question :

Lulu : On dit que l'informatique va continuer de recruter, quels postes seront concernés ? Hugo : Y’aura t-il demain encore plus de place pour les métiers du web ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Oui Lulu et Hugo, il y a deux types de postes émergents, il y a ceux liés au web, notamment aux applications mobiles, mais aussi ceux liés au Big Data, c'est à dire tout ce qui est traitement de données client.

Question :

Marinette : Quelles compétences personnelles faudra t-il développer selon vous ? On parle beaucoup de polyvalence en général, est-ce devenu obligatoire pour trouver un travail aujourd'hui ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Marinette, effectivement la polyvalence est aujourd'hui de rigueur. Tous les métiers demandent aujourd'hui une adaptabilité à la fois dans le contact avec les clients, dans les relations avec ses collègues ou ses fournisseurs et une mise à jour permanente des compétences liées à l'avancée des technologies.

Ce qui est important, c'est d'apprendre à apprendre tout en travaillant, de se former tout au long de la vie et d'avoir des compétences transversales (relationnelles, rédactionnelles, communicationnelles), qui sont requises dans tous les métiers.

Question :

Sény B : Métier " d'Agente d'escale aéroportuaire ". Est-ce qu'il y'aurait de débouchés en région parisienne ou dans toute la france ? Ce métier sera t-il en voie de disparition dans les années à venir ? Merci.

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Votre métier fait partie de ceux qui vont continuer à exister et à recruter, du fait que le trafic aérien augmente, notamment la France et Paris en particulier accueillent de plus en plus de touristes de pays émergents, comme la Chine. Paris accueille aussi des congrès et des salons, donc un certain nombre de voyageurs pour affaires, ce qui va entraîner forcément un développement des activités aéroportuaires, et donc du métier d'agent d'escale. En particulier en Ile-de-France où il y a deux aéroports internationaux.

 

Question :

Gyolina : Bonjour, j’aimerais devenir infirmière, pensez-vous qu’il y aura tjs besoin de monde dans les années à venir ?

Réponse :

 

Cécile Jolly : Gyolina, le métier d'infirmière sera toujours un métier essentiel, vital. L'hôpital public et les cliniques privées vont recruter à l'avenir et beaucoup de remplacements sont à prévoir du fait des départs à la retraite. Les infirmières libérales vont aussi se multiplier du fait du vieillissement de la population et du développement des soins à domicile.

Question :

Axel : C’est quoi le « Défi métiers » svp ?

Réponse :

 

Morad Ben Mezian : Défi Métiers est une structure parapublique qui a pour vocation d'analyser l'évolution des métiers et les besoins de formation qui en découlent, et de mettre à disposition ces analyses pour les services de l'Etat et de la Région. L'objectif étant de les aider à définir les formations nécessaires.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)