Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Marie Gricourt

Meilleure apprentie de France, option cuisine froide
Date de l'interview : 19/05/2014

La cuisine est une façon pour moi de faire plaisir au gens ; c'est vraiment un métier de partage.

Changement de cap pleinement réussi pour Marie Gricourt qui s'est orientée vers la cuisine après un bac ES !

Vous avez choisi de vous former à la cuisine. Quel diplôme préparez-vous ?

A la suite d'un bac économique et social, j'ai décidé de m'orienter vers la cuisine. J'ai donc intégré le CFA Médéric en classe préparatoire post-bac afin d'obtenir un CAP cuisine en 1 an. Après son obtention j'ai obtenu un bac pro cuisine en 1 an. Désormais je travaille en tant que commis dans un restaurant 1 étoile a Paris.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre votre formation au CFA Médéric ?

J'ai entendu parler de ce CFA par mon père. Comme ses formations avaient une bonne réputation j'ai décidé de m'y inscrire.

Qu'est-ce qui vous motive dans la cuisine ?

C'est un métier qui me passionne depuis mon plus jeune âge. Je rêvais d'exercer un métier manuel, un métier artistique. C'est également une façon pour moi de faire plaisir au gens, la cuisine c'est vraiment un métier de partage.

En septembre 2013, vous êtes devenue Meilleure apprentie de France (MAF), option cuisine froide. Qu'avez-vous ressenti au moment de l'annonce du résultat ?

C'est un moment unique, plein d’émotions. Je me suis énormément investie pour ce concours. D'autant plus que c'est mon père qui m'a entraînée, cela me tenait a cœur qu'il soit fière de moi.

Comment vous étiez-vous préparée à ce concours de MAF ?

C'est le CFA Méderic qui m'a présentée a ce concours. Chaque jour de repos se transformait en jour d'entrainement ! Je me suis entraînée au CFA, à mes coupures au restaurant et bien sûr chez moi.

Messieurs Briquet, Tostivain et Gaidella m'ont beaucoup soutenue et conseillée.

Lors de vos périodes en entreprise, vous travailliez au restaurant le Pré Catelan de Frédéric Anton. Quelles missions vous sont confiées ?

En tant qu'apprentie j'ai pu découvrir tous les postes du restaurant, les activités variant souvent : un jour, je m'occupais du dressage de la viande, le lendemain j'étais au poste des amuses bouches. J'ai beaucoup appris durant cette année au Pré Catelan.

Vous faisiez alors partie d'une brigade prestigieuse. Qu'appreniez-vous au quotidien dans cette brigade ?

J'ai découvert une grande brigade. Chacun sait ce qu'il a à faire ; tout est très précis. J'y ai appris la rigueur ainsi que le travail en équipe. Je garderais un bon souvenir de cet établissement qui m'a fait évoluer.

Vous venez aussi de recevoir le Prix Rabelais des jeunes talents. De quoi s'agit-il ?

C'est une récompense qui est attribuée à 33 jeunes qui se sont illustrés dans des concours. Tous les métiers de bouche y sont représentés : les poissonniers, les traiteurs, les primeurs, etc.

Suite à ma victoire au MAF, j'ai donc été sélectionnée dans la catégorie restaurateur.

Où vous imaginez-vous dans quelques années ?

Dans quelques années je me vois quitter Paris pour la Suisse ou le sud-ouest de la France pour évoluer dans mon métier et apprendre dans d'autres restaurants. Et pourquoi pas un jour avoir ma propre affaire !

Propos recueillis par Sandrine Damie