Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Thomas Briois

Chargé de contrats collectifs chez un courtier spécialisé dans l'assurance de personnes
Date de l'interview : 15/05/2014

Le temps de l'université est un temps long et lent qui valorise la réflexion.

Insertion pro réussie pour Thomas Briois après son parcours universitaire en Histoire puis dans le domaine des assurances. Zoom sur son parcours et son 1er emploi.

Vous avez obtenu un master management de l'assurance à l'ENAss. Qu'est-ce qui vous plaisait dans ce secteur professionnel ?

Après mon cursus en Histoire à l'université, j'ai choisi de m'orienter vers les assurances parce que c'est un secteur qui me semblait correspondre parfaitement à mes attentes : je cherchais un secteur qui soit suffisamment varié pour me permettre de trouver ma voie et surtout qui nourrisse ma curiosité au quotidien et m'aide à mieux comprendre la société dans laquelle je vie.

De plus, la composition sociologique des salariés du secteur et la forte proportion de cadres m'ont convaincu que les compétences que j'avais pu acquérir au cours de ma formation universitaire seraient valorisées, à condition que je les complète par une formation plus adaptée.

Vous avez choisi de faire une année de master en alternance. Pourquoi ? Quels étaient les atours de cette alternance selon vous ?

L'une des meilleures portes d'entrée dans les assurances me semblaient être le diplôme de l'ENAss, qui est reconnu dans le secteur. Or, la seule formation qui m'était proposée à l'ENAss se faisait en alternance. Je n'ai donc pas vraiment eu le choix, mais je suis convaincu que c'est la meilleure façon de faire et la meilleure façon de nous permettre de nous insérer sur le marché de l'emploi. L'alternance nous fait bénéficier d'une véritable expérience en entreprise avec une montée en compétence graduelle mais incontestable qui permet à l'alternant, à la fin de l'année, d'être en mesure d'occuper un poste similaire à celui de son alternance.

Après votre mission en entreprise, quel(le)s compétences ou savoir-faire avez-vous acquis qui n'étaient pas enseignés à l'université ?

Tout d'abord, je me suis familiarisé avec le monde de l'entreprise et ses codes, qui m'étaient absolument étrangers.

J'ai surtout appris à adapter ma façon de travailler au temps de l'entreprise. En effet le temps de l'université est un temps long et lent qui valorise la réflexion. A l'inverse, le temps de l'entreprise est un temps court, qui demande beaucoup de réactivité et d'organisation.

J'ai également beaucoup développé mes compétences relationnelles.

Comment avez-vous décroché votre 1er emploi que vous occupez depuis près d'un an désormais ?

J'ai postulé sur le site de l'Apec auprès d'un cabinet de recrutement qui recherchait le profil d'un junior avec des connaissances en assurance collective de personne. J'ai eu un premier entretien téléphonique avec le recruteur qui m'a ensuite proposé un entretien physique, puis avec ma responsable et enfin avec le Secrétaire Générale. Au terme de ces trois entretiens, ma candidature a été retenue.

Quelles sont vos activités au quotidien ?

J'assure le suivi, l'édition et la validation de pièces contractuelles en assurance collective de personne au sein d'un cabinet de courtage.

Qu'aimez-vous particulièrement dans votre métier ?

J'aime travailler au sein d'une branche de l'assurance qui est en train de vivre une période de mutation très significative avec des évolutions législatives importantes et des contraintes de gestion toujours plus exigeantes. Cela représente des défis intellectuels quotidiens pour tenter de concilier les besoins de nos clients et le cadre légal de plus en plus contraignant.

Il est aussi très important pour moi de sentir utile et je n'oublie jamais que derrière les contrats et les garanties, il y a des hommes et des femmes dont le niveau de couverture santé et/ou prévoyance va dépendre de notre travail.

Propos recueillis par Sandrine Damie