Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Frédéric Alary

Verrier à la main, Soisy-sur-Ecole (91)
Date de l'interview : 07/05/2014

Cela fait 5 ans que j'exerce intensivement ce métier et je commence à être à l'aise mais je sais que la route est encore longue.

Ce passionné de la verrerie évoque son parcours et son quotidien à la tête de la verrerie familiale en Essonne.

Vous êtes verrier à la main. Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans cette voie ?

Mes études de droit ne me motivaient pas, ma mère à l'époque gérante de la verrerie de Soisy souhaitait vendre pour prendre sa retraite. J'ai essayé le métier avant que l'entreprise ne soit vendue et je suis resté.

Quel a été votre parcours de formation ?

J'ai obtenu un CAP puis j'ai réalisé des stages chez des collègues.

Aujourd'hui vous êtes gérant d'une verrerie d'art à Soisy-sur-Ecole. Avez-vous vous été aidé dans votre démarche de création d'entreprise ?

Je n'ai pas cherché d'aide extérieure dans la mesure où je reprends finalement l'entreprise familiale. Ma mère m'aide toujours beaucoup pour tout ce qui est administratif.

Quels sont vos produits phares ?

Nous sommes une verrerie généraliste, nous avons donc des produits phares très différents et parfois saisonniers : baromètre à eau, gobelets, carafes, vases, animaux, boules de noël, fleurs, etc.

Qui sont vos clients ?

Nos clients sont essentiellement des particuliers mais également des entreprises pour lesquels on fabrique (des luminaires, des flacons) ou pour lesquels on réalise des trophées. Cela peut être des associations ou des communes, par exemple.

A quoi ressemble votre quotidien de verrier à la main ?

On ne fait pas de démonstration dans notre atelier mais on travaille en public. On consacre un jour par semaine pour enfourner le verre dans le four, entretenir le matériel, ranger, bricoler, s'occuper du parc, etc. On a ensuite 4 à 5 jours de productions dans la semaine. Et l'équivalent d'une journée qui passe en administratif, rendez-vous divers, etc.

La création se fait sur le temps de production lorsque le stock est rempli et que les commandes sont finies !

Qu'aimez-vous particulièrement dans votre métier ?

La matière, la gestuelle.

Quelles sont les qualités qui font un bon maître verrier ?

La passion, le travail, la persévérance, l'humilité aussi. Après ca dépend de la manière dont on envisage la profession : le métier de verrier à la main peut être exercé de manière très différente. Un artiste qui n'a pas d'atelier et qui travaille soit en louant des ateliers, soit en résidence dans des institutions, soit chez des amis ne pratique clairement pas le même métier qu'un ouvrier dans une grande cristallerie comme celle de St Louis. Ce n'est pas seulement parce que les pièces produites sont différentes mais également parce que les gestes, la démarche intellectuelle et le mode de vie inhérents à la profession sont différents.

Quelles sont les étapes de production à respecter ?

Les étapes basiques sont le cueillage, la coloration, le soufflage, la mise en forme, la mise au pontil, l'ouverture au feu et enfin la recuisson. il y'a des centaines de vidéos sur you tube, une bonne video vaut mieux qu'un long discours ! A vous de les visionner !

Dans ce métier, il n'a pas d'étape vraiment plus difficile que d'autres, toutes les étapes doivent être parfaites ou presque, c'est ça qui est difficile !

Quel premier bilan pouvez-vous tirer de votre activité de verrier à la main ?

Cela fait 5 ans que j'exerce intensivement ce métier et je commence à être à l'aise mais je sais que la route est encore longue. Tout dépend du niveau visé.

Pour ce lancer dans la création, il n'est pas forcément nécessaire d'avoir un excellent niveau technique. Tout dépend du type de création. Les meilleurs techniciens sont rarement les plus créatifs et inversement.

Propos recueillis par Sandrine Damie