Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Valoriser la place des femmes dans la recherche

Valoriser la place des femmes dans la recherche

Le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et la Fondation d'entreprise Airbus Group lancent la 13e édition du Prix Irène Joliot-Curie. La date de clôture des candidatures est fixée au 11 juin à minuit.


Le 07/05/2014

 

Créé en 2001 par le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et soutenu depuis 2004 par la Fondation d'entreprise Airbus Group, ce Prix Irène Joliot-Curie vise à promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France. A cette fin, il met en lumière les carrières exemplaires de femmes de sciences qui allient excellence et dynamisme

 

Depuis 2011, la portée scientifique du Prix a été renforcée par un partenariat avec l'Académie des sciences et l'Académie des technologies, en charge de la constitution du jury qui désignera les lauréates.

Le jury de cette 13e édition sera présidé par Catherine Cesarsky, Haut conseiller scientifique au CEA et membre de l'Académie des sciences et co-présidé par Claudie Haigneré, Présidente d'Universcience et Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences.

 

En 2014, France Culture devient également partenaire du Prix Irène Joliot-Curie.

 

Pourquoi un prix de la recherche réservé aux femmes ?

 

L'organisation du Prix Irène Joliot-Curie s'inscrit dans le cadre du plan d'action volontariste du ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes et de l'engagement de la Fondation d'entreprise Airbus Group en faveur de la parité dans le monde des sciences et de la technologie.

 

Le Prix donne droit au titre de "Lauréate du Prix Irène Joliot-Curie" et est décerné dans 3 catégories :

 

  • La catégorie "Femme scientifique de l'année" récompense une femme ayant apporté une contribution remarquable dans le domaine de la recherche publique par l'ouverture de son sujet, l'importance de ses travaux et la reconnaissance dans son domaine scientifique tant au plan national qu'international (dotation : 40 000 euros).

 

  • La catégorie "Jeune Femme scientifique" met en valeur et encourage une jeune femme qui se distingue par un parcours et des travaux qui en font une spécialiste de talent dans son domaine (dotation : 15 000 euros).

 

  • La catégorie "Parcours Femme entreprise" récompense une femme qui a su développer son excellence scientifique et technique dans une fonction de recherche & développement au sein d'une entreprise, ou qui a contribué à créer une entreprise innovante, notamment en y transférant des résultats issus de ses travaux de recherche (dotation : 15 000 euros).

 

Lors de l'édition 2013, le Prix de la "Femme Scientifique de l'année"  avait été attribué à Valérie Masson-Delmotte. Diplômée de l'Ecole Centrale de Paris, Valérie Masson-Delmotte est directrice de recherches au CEA et responsable de groupes de recherche. Ses travaux de recherche portent depuis 20 ans sur la compréhension des mécanismes d'évolution du climat à travers une double approche de reconstitutions précises à partir d'archives naturelles et de modélisation.

 

 

Qui peut poser sa candidature ?

 

Toute femme, sans condition de nationalité, dont l'activité professionnelle est dédiée à la recherche dans tous les domaines scientifiques et/ou à la technologie peut faire acte de candidature.

 

La candidate doit résider en France et doit exercer des activités de recherche et/ou de technologie dans une entreprise ou un organisme public ou privé français, sur le territoire français, depuis au moins trois ans.

 

Chaque candidate ne peut présenter qu'un seul dossier de participation, au titre d'une seule catégorie.

 

Pour connaître l'ensemble des critères pour se présenter à l'un des 3 prix, prenez connaissance du règlement sur le site du ministère.

 

Sandrine Damie