Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Les femmes à la tête d'entreprise

En 2013, les femmes représentaient un tiers des entrepreneurs en Ile-de-France. Zoom sur ces femmes entrepreneuses.


Le 02/05/2014

 

L'IAU vient de publier une étude sur la création d'entreprise des femmes sur le territoire francilien. 

 

Selon cette étude, en Ile-de-France, près de 64 000 entreprises sont créés chaque année, soit 1/4 des créations au niveau national. Depuis la création du statut d'auto-entrepreneur en 2009, la moitié des créations d'entreprise se fait en auto-entreprise et non plus au statut "classique".

 

Alors que les femmes représentent 49 % de la population active, on ne compte que 33 % de femmes parmi les entrepreneurs franciliens en 2010.

 

La part des femmes dans les créations d'entreprises atteint 39 % à Paris, 36 % dans les Yvelines, 34 % en Seine-et-Marne et 33 % en Essonne. Elles ne portent que 27 % des projets dans les Hauts-de-Seine et 24 % en Seine-Saint-Denis.

 

Elles se lancent le plus souvent dans les activités de conseil : réalisation d'audits, conseil en gestion financière, commerciale ou en ressources humaines. Elles s'investissent largement dans l'action sociale, représentant 64 % des créations d'entreprises du secteur.

 

Les femmes visent davantage une clientèle locale ou de proximité que les hommes (53 % contre 40 %).

 

Profil type de la créatrice d'entreprise

 

En Ile-de-France, les entrepreneuses sont majoritairement plus jeunes que les hommes : 55 % d'entre elles ont moins de 40 ans au moment de la  création  de  leur  entreprise contre 48 % pour leurs homologues  masculins.  Elles  sont cependant plus âgées que les créatrices de province.

 

Par ailleurs, en Ile-de-France, les femmes se lancent moins que les hommes dans la création d'entreprises, sans diplôme ou avec un diplôme inférieur au bac. Elles  sont  plus  souvent  diplômées de l'enseignement supérieur. Plus elles sont diplômées, plus elles créent, contrairement à ce que l'on observe en province.

 

Avant la création d'entreprise, les femmes étaient plus souvent sans activité professionnelle (personne au foyer, congé parental notamment) que les hommes : 11 % contre 6 %.

 

Un quart des créatrices franciliennes démarrent avec moins de 2 000 euros au total contre 18 % des hommes.

 

Des aides pour booster l'entreprenariat féminin

 

Pour informer, accompagner et soutenir les projets de création ou de reprise d'entreprise des femmes, de nombreuses institutions et associations proposent des services, souvent sur-mesure.

 

Le FGIF, fonds de garantie à l'initiative des femmes, facilite l'obtention de prêts bancaires. 

Les Boutiques de gestion, organismes d'accompagnement à la création d'entreprise et de conseil en développement des nouvelles entreprises, ont développé en étroit partenariat avec le Centre national de documentation des femmes et des familles des actions particulières en direction des femmes entrepreneurs et mis en place des formations adaptées à leurs besoins.

 

Par ailleurs, le réseau Femmes Business Angels met en relation des femmes investisseurs à forte expérience managériale avec des porteurs de projets (création d'entreprises à haut potentiel). 

 

Paris Pionnières est une structure en France d'accompagnement et d'hébergement dédiée aux femmes créatrices d'entreprises dans le domaine des services innovant à la personnes et aux entreprises.

 

Irfed Europe a mis en place un dispositif diversifié d'aide et d'appui à la création d'entreprise pour des femmes en situation de précarité devant l'emploi, de différentes cultures, origines et nationalités, porteuses d'un projet de création. 

 

Action'elles est un réseau féminin d'aide à la création d'entreprise pour les porteuses de projet et les femmes chefs d'entreprise. 

 

La Région Ile-de-France contribue au dynamisme de l'entrepreunariat féminin en soutenant des actions en faveur de l'égalité professionnelle, notamment les expérimentations "Territoire d'excellence", qui visent à favoriser la mixité des filières et des métiers, et à promouvoir l'égalité professionnelle dans les PME/TPE. Elle s'emploie, notamment à travers le concours "Créatrices d'avenir", à favoriser la création/reprise d'entreprises par les femmes, en collaboration avec la Caisse des dépôts et l'Etat. 

 

Le site du Laboratoire de l'égalité recense toutes les structures soutenant l'entrepreunariat au féminin. 

 

Au final à caractéristiques  égales,  au bout de 3 ans, le taux de survie des entreprises créées par des femmes est équivalent à celui des entreprises fondées par les hommes. Alors mesdemoiselles, entreprenez !

 

Sandrine Damie