Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Une nouvelle forme de solidarité à Paris 8

Une nouvelle forme de solidarité à Paris 8

Des étudiants en droit de Paris 8 Vincennes-Saint Denis mettent leurs compétences au service de personnes vulnérables dans le département. Zoom sur cette assistance d'un nouveau genre...


Le 30/04/2014

 

Les cliniques juridiques sont des institutions nées dans les universités américaines en 1947. Conscientes de la nécessité de compléter l'enseignement théorique par une approche pratique, et soucieuses de démontrer leur utilité pour la communauté, ces universités ont créé des services permettant l'accompagnement juridique bénévole des personnes dans le ressort de leur institution.

 

Dans ces cliniques juridiques, les étudiants sont accompagnés et guidés par des enseignants qui possèdent une double compétence d'universitaire et de praticien, afin de s'assurer du meilleur service possible. En accord avec l'objectif pédagogique essentiel de la Clinique, les heures consacrées à cet enseignement et aux permanences sont intégrées dans les cursus pour les étudiants et constituent une ou plusieurs matières spécifiques qu'ils doivent valider selon leur assiduité et leur compétence pratique.

 

Depuis novembre 2013, une vingtaine d' étudiants en droit inscrits à l'université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, ont la possibilité de mettre leurs compétences au service de la communauté de Seine-Saint-Denis, au sein de la clinique juridique de l'université Paris 8 Vincennes-Saint Denis. Elle marche dans les pas de 8 autres cliniques juridiques déjà déployées sur le territoire français.

 

Ce concept novateur permet d'offrir une assistance juridique gratuite aux personnes vulnérables du département. Sous le contrôle de leurs enseignants, ces étudiants volontaires apportent un accompagnement et des solutions concrètes à des personnes dans le besoin. 

 

Une nouvelle approche pédagogique du droit

 

La clinique juridique renouvelle en profondeur l'enseignement du droit : il ne repose plus  seulement  sur des apprentissages  théoriques  mais  aussi sur l'accueil du public et sur la résolution de problèmes juridiques de terrain.

 

Ce cursus professionnalisant ouvre la porte à un nouveau modèle pédagogique et renouvelle l'enseignement du droit à l'université. Il est intégré au cursus universitaire à partir de la 2e année de licence et fondé sur la résolution de problèmes juridiques réels (en matière de droit du travail, droit pénal, droit fiscal, droit  des  étrangers,  droit  de  l'homme  et  des  libertés fondamentales…). Il  constitue  aussi  pour  les  étudiants  un  puissant  levier  de professionnalisation et d'insertion

 

Depuis son ouverture en novembre dernier, la clinique juridique a reçu 60 personnes et traité 52 dossiers. 

 

Une reconnaissance de l'université sur le territoire dionysien

 

La clinique juridique qui agit sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c'est la reconnaissance du rôle économique et social de l'université au sein de son territoire. En  proposant gratuitement à la communauté les services dont elle a besoin et en favorisant l'exercice de futurs avocats sur  ce  territoire,  la  clinique  juridique  créé  des  liens  originaux  entre  le  tissu social et l'institution universitaire.

 

Comment bénéficier des services de la clinique juridique ?

 

Pour cela, il faut se rendre obligatoirement à la permanence, sans rendez-vous :

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis
UFR Droit - salle A218 

Elle est ouverte les lundi, mardi et vendredi de 15 h à 19 h ; les mercredi et jeudi de 8 h à 12 h. 

Pour toute information sur cette solidarité d'un nouveau genre, rendez-vous sur le site web de la clinique juridique.

 

Bon à savoir : ces permanences d'accueil du public sont mises en œuvre dans les locaux de la faculté de droit mais aussi dans les maisons d'arrêt participantes afin de recueillir les besoins des populations concernées.

 

Sandrine Damie