Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Emilie Bourdu

Chargée d'études à La Fabrique de l'industrie
Date de l'interview : 09/04/2014

La Fabrique a vocation à encourager et à alimenter le débat autour de la dynamique industrielle, en France et en Europe, avec le double souci d'indépendance et d'ouverture vers un large public.

Promouvoir le secteur industriel et être un laboratoire d'idées sont les objectifs de la Fabrique. Zoom sur ses actions à destination des jeunes.

Pouvez-vous nous dire ce qu'est "La Fabrique" ?

La Fabrique de l'industrie est un laboratoire d'idées créé en 2011 par l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), le Cercle de l'industrie et le Groupe des fédérations industrielles. Elle est présidée par Louis Gallois et Denis Ranque.

La Fabrique a vocation à encourager et à alimenter le débat autour de la dynamique industrielle, en France et en Europe, avec le double souci d'indépendance et d'ouverture vers un large public. Son site web : www.la-fabrique.fr est un centre de ressources sur l'industrie accessible au plus grand nombre, notamment aux jeunes.

Quelles sont ses principales missions ?

1/ Sensibiliser aux enjeux de l'industrie les décideurs politiques et économiques, les relais d'opinion et plus largement l'ensemble de la société civile.

2/ Aider à la construction d'une ambition pour l'industrie française, dans un cadre européen et mondial.

3/ Susciter la confrontation de points de vue entre experts et praticiens.

4/ Proposer des éléments utiles aux politiques industrielles.

5/ Participer au développement d'analyses innovantes sur l'industrie et de faciliter l'évolution vers des modes de production plus consensuels et durables.

Quelles actions mettez-vous en place auprès des jeunes et des demandeurs d'emploi pour mieux faire connaître le secteur industriel tout au long de l'année ?

La Fabrique propose de nombreuses actions en direction des jeunes et de leurs proches, parents, professeurs ou conseillers d'orientation, par exemple. L'objectif est de les sensibiliser à la réalité du monde industriel, en organisant notamment des rencontres entre ces derniers et les industriels.

Nous avons réalisé plusieurs publications à leur intention :

  • "L'industrie racontée à mes ados… qui s'en fichent" (Dunod) s'adresse aux adolescents niveau collège et lycée. A travers le dialogue entre la dirigeante d'une entreprise industrielle et ses 2 adolescents, l'ouvrage répond aux questions les plus fréquemment posées sur le monde industriel.

 

  • "L'industrie française décroche-t-elle ?" (La Documentation française) est écrit pour un public non spécialiste, adulte ou étudiant. Il propose des clés de compréhension des raisons de la désindustrialisation, analyse la situation de plusieurs autres pays d'émergence récente ou au développement plus ancien, et discute des leviers d'action envisageables pour sauver notre industrie. 

 

En quoi le livre "L'industrie racontée à mes ados" de Christel Bories peut-il changer le regard des jeunes sur l'industrie ?

Ecrit dans un langage simple et accessible à tous, cet ouvrage a pour point de départ les idées reçues des jeunes sur l'industrie. Il s'appuie sur des données objectives, des encadrés pédagogiques, un glossaire... pour aider les jeunes à apprécier la réalité du monde industriel. Toutefois, cet ouvrage n'occulte pas les difficultés, parfois les contradictions, de ce secteur de l'économie française. Mais il démonte les idées reçues afin de donner une représentation plus juste de l'industrie et de s'éloigner le plus possible des clichés.

Quelles sont les actions que vous menez sur le terrain ?

Nous organisons des événements attirant un large public, notamment les jeunes, les étudiants, les professeurs et les demandeurs d'emploi : tables rondes durant les Journées de l'Economie (JECO) à Lyon ; Entretiens de La Fabrique (4 à 5 par an), notamment ceux organisés dans le cadre de la Semaine de l'industrie.

Des actions à visée pédagogique sont aussi menées : ateliers pédagogiques destinés aux lycéens et à leurs enseignants (séance de 2 h) ; réalisation d'une vidéo pédagogique "Comment expliquer les difficultés de recrutement dans l'industrie ?" ou encore mise à disposition de ressources pédagogiques sur notre site web.

En amont de ces ateliers, l'équipe de La Fabrique fait un important travail préparatoire avec les élèves et leurs enseignants : passation d'un questionnaire sur l'industrie, échanges en cours avec les élèves sur des notions économiques et industrielles, échanges avec les professeurs, etc. Le premier atelier pédagogique a réuni deux classes de seconde générale du lycée "Aristide Briand" d'Evreux et l'industriel Thierry Sachot (Eolane) le jeudi 10 avril à l'Ecole des Mines de Paris.

Quelle place accordez-vous à la parole des jeunes du secteur industriel ?

Mettre en valeur les témoignages des jeunes sur l'industrie est important dans notre action. Dans le cadre de certains de nos projets, comme celui portant sur la formation professionnelle dans l'industrie, nous faisons témoigner des jeunes sur leurs parcours en centre de formation, en entreprise, etc. Par exemple, le reportage réalisé au centre de formation AFORP offre le témoignage de Margaux, apprentie en Bac pro "Technicien(nne) en chaudronnerie industrielle".

Quels sont les métiers qui ont du mal à recruter dans l'industrie ?

Selon la dernière enquête "besoins en main d'oeuvre" (BMO) de Pôle Emploi, les métiers les plus recherchés sont les ouvriers qualifiés (tuyauteurs, chaudronniers, tôliers, traceurs, soudeurs, moulistes, usineurs…), les agents de maitrise, les techniciens et les dessinateurs en mécanique et travail des métaux, les régleurs qualifiés ou encore les ingénieurs et cadres "études et recherche et développement".  

Quels arguments peut-on mettre en avant auprès des jeunes pour leur donner envie de s'intéresser aux métiers de l'industrie ?

On ne le dit pas assez mais l'industrie propose une diversité de postes, de l'ouvrier qualifié à l'ingénieur. Les possibilités d'évolution sont importantes : on peut entrer dans le secteur en tant qu'ouvrier, puis passer agent de maîtrise, etc. Le salaire par tête dans l'industrie se situe à environ 14 % au-dessus de la moyenne nationale. Enfin, un mot de notre président, Louis Gallois, pour finir de répondre à cette question : "Ce qu'il faut expliquer à nos jeunes, c'est que l'industrie est essentielle pour créer de l'emploi, pour résister aux crises, pour assurer la croissance économique et préserver l'indépendance de notre pays. Mais il faut surtout leur dire que l'industrie, c'est formidable, non seulement parce qu'elle propose une très grande variété de métiers, mais aussi parce qu'elle est mondiale et qu'elle offre de multiples opportunités de voyager et de communiquer avec des gens du monde entier" (Louis Gallois, conférence de La Fabrique du 18 mars 2013).

Propos recueillis par Sandrine Damie