Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Le funéraire, une filière pleine d'avenir !

Le funéraire, une filière pleine d'avenir !

Paris Dauphine lance une nouvelle formation pour les futurs managers dans le domaine du funéraire. Zoom sur le secteur et ce nouveau cursus.


Le 14/04/2014

 

En France, on compte près de 3 000 entreprises dans le secteur du funéraire, avec 22 000 salariés. Les porteurs représentent 28 % des emplois devant les assistants funéraires (23 %). Les responsables de magasin forment moins de 10 % des effectifs. Les maîtres de cérémonie sont présents dans plus de 37 % des entreprises du secteur mais ne recouvrent que 3 % du funéraire.

 

On compte 25 % de femmes dans les métiers du funéraire, avec un pic de 80 % dans les fonctions d'accueil et de vente...contre un modeste 1 % chez les marbriers, les porteurs ou les poseurs.

 

Choisir de travailler dans les pompes funèbres, c'est offrir une prestation de service complète allant de l'accueil des familles endeuillées à l'exécution des prestations funéraires en passant par la préparation des cérémonies.

 

Pour évoluer dans le secteur du funéraire, il faut des compétences techniques mais aussi un bon équilibre personnel permettant de faire face à la souffrance des familles. Une grande organisation, de la coordination mais aussi une aptitude à accompagner autrui sont attendues chez tous les professionnels du secteur.

 

Pour en savoir plus sur les métiers du funéraire, rendez-vous sur le site de la Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie ou sur celui de la Fédération des pompes funèbres

 

Il existe aussi un site web présentant le secteur, les métiers et les perspectives de recrutement : http://www.metiersdufuneraire.fr/

 

Quelles formations ?

 

Depuis 1995, les entreprises ont l'obligation de former leurs salariés.

 

Les thanatopracteurs sont titulaires d’un diplôme national depuis 1998.

 

Depuis janvier 2013, les conseillers funéraires et les maîtres de cérémonies funéraires doivent être titulaires d’un diplôme qui peut avoir été obtenu avant comme après leur embauche.

 

L'Ecole nationale de formation funéraire de la Fédération CPFM dispense l'ensemble des formations du secteur. 

 

Dauphine se lance dans le funéraire

 

Nouvellement arrivée dans le secteur, l'université Paris Dauphine propose depuis fin mars un diplôme universitaire de « business manager funéraire ». Cette formation est dispensée en partenariat avec l'entreprise Choix funéraire, réseau coopératif d’environ 700 points de vente, à l’origine de ce cursus. Dès l'an prochain, elle sera ouverte à tous les réseaux d'entreprises souhaitant participer.

 

Modeste, la première promotion compte 14 étudiants, de 22 à 45 ans. La sélection se fait sur dossier, entretien et tests écrits pour être certain que les futurs professionnels ont les prérequis nécessaires, seront en empathie avec les familles endeuillées et ont un équilibre personnel certain.

 

Au programme : sur les 18 mois de formation en alternance, 10 sessions de 3 jours par mois à l'université et le reste du temps en stage dans une entreprise funéraire. Côté cours, le marketing et l'animation d'une équipe et d'un point de vente sont au coeur du cursus. Mais les étudiants auront aussi des cours de sociologie, d'anthropologie, de comptabilité, de fiscalité, de contrôle de gestion, etc.

 

Cerise sur le gâteau, l’université Paris-Dauphine organise même une visite au Musée du quai Branly, à Paris, pour découvrir les représentations symboliques de la mort et des décès à travers le temps.

 

Après avoir soutenu leur projet professionnel, les étudiants achèveront leur formation par 7 stages de 10 jours au sein de différentes entreprises à travers la France pour comprendre les différentes régionales du monde funéraire et valider leurs acquis.

 

Sandrine Damie