Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Pour devenir médecin, tentez la licence Santé !

Pour devenir médecin, tentez la licence Santé !

A la rentrée prochaine, 7 universités vont expérimenter des filières alternatives à la PACES, première année commune aux études de santé.


Le 2/04/2014

 

Dans le cadre de la loi Fioraso sur l'enseignement supérieur et la recherche, quelques universités vont avoir la possibilité de lancer une expérimentation d'entrées diversifiées dans les études médicales à partir des rentrées 2014 et 2015.

 

Ainsi 7 universités vont expérimenter des filières alternatives à la PACES permettant d'envisager une nouvelle voie pour entamer des études de médecine. Dans certains cas, le nombre de places réservées à ces "admissions directes" (jusqu'à 30 % du numerus clausus) offre de vraies opportunités pour des étudiants aux profils variés.

 

Les 4 projets retenus concernent 7 universités : Angers, Paris 5, Paris 7, Paris 13, Rouen, Saint-Etienne et Strasbourg. Ces expérimentations s'achèveront à la fin de l'année universitaire 2019-2020.

 

L'objectif est double : d'une part, améliorer les conditions de réorientation des étudiants après un échec en PACES et d'autre part diversifier le profil des futurs médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens et sages-femmes.

 

Bon à savoir : en 2013, seuls 13 % des étudiants de première année sont passés en 2e année !

 

Ces expérimentations devraient permettre un nouveau mode d'entrée en 2e ou 3e année d'études. Dans ces cas, le recrutement s'effectue sur la base d'un dossier de candidature puis, en cas d'admissibilité, de un ou de plusieurs entretiens de motivation.

 

A Paris 5, Paris 7, Paris 13 et Saint-Etienne, le projet validé augmente les chances d'intégrer la 2e ou 3e année d'une filière santé (dentaire, médecine, pharmacie, sage-femme) avec une L2 ou une L3 validée quelconque (droit, chimie, philosophie…) mais adaptée. Pour la première année, au moins, Paris 5 a décidé de n'ouvrir ce cursus qu'aux licences scientifiques.

 

Pour y parvenir, les étudiants doivent en fait suivre des unités d'enseignement de PACES complémentaires, dont le nombre et la nature dépendent du cursus choisi en parallèle. L'idée est de permettre à des étudiants inscrits dans n'importe quelle licence au sein de l'établissement de suivre, en complément de leur parcours classique, des unités d'enseignement complémentaires à caractère médical, tels que de l'anatomie ou de la physiologie. Une fois leur licence validée, les élèves pourront déposer une demande devant un jury afin d'intégrer un parcours médical en 2e année.

 

Après la licence, un pourcentage de places leur est ainsi réservé. A Paris 13, par exemple, 10 % des étudiants seront sélectionnés par cette voie en 2014-2015 et ils devraient être 30 % en 2019-2020. A Paris 5, les chances seront plus minces : seulement 5 % des places en médecine seront réservées aux admissions directes en 2014-2015 et tout juste 7 % en 2019-2020.

 

A noter : jusqu'à présent, un système d'accès direct en 2e ou 3e année existait déjà, mais était uniquement accessible aux titulaires d'un master ou d'un doctorat scientifique et aux ingénieurs. Il fallait donc au moins un bac + 5, pour pouvoir intégrer une L2, et les candidats ne pouvaient donc en général espérer être diplômés avant d'avoir passer le cap de la trentaine !

 

Si ces admissions parallèles ont l'air tentantes, certains étudiants s'interrogent sur la sélection pour accéder à cette licence Santé et sur les contenus proposés. Cette nouvelle voie d'accès sera peut être également "victime" de son succès réduisant les chances de réussite proportionnellement au nombre de candidats qui se présenteront !

 

Sandrine Damie