Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Flora Pichon

Apprentie 1re année BTS assistant de gestion PME-PMI Cerfal (75) en alternance chez Zigoniric Malakoff (92)
Date de l'interview : 19/03/2014

Pour un BTS polyvalent en alternance, il me semble qu’il vaut mieux viser une TPE.

Apprentie en 1re année de BTS assistant de gestion PME-PMI, Flora Pichon nous expose ce qui a motivé son choix de l’alternance et évoque avec enthousiasme son expérience en entreprise.

Pour quelle raison avez-vous choisi une formation en alternance ?

Il s’agit pour moi d’une réorientation. Après mon bac ST2S, j’avais tenté de devenir kiné, mais j’ai raté le concours. Comme j’avais travaillé en tant qu’hôtesse d’accueil en parallèle à mes études, mon conseiller Pôle Emploi m’a parlé de la passerelle multi-métiers.

La passerelle multi-métiers dans laquelle j’ai été inscrite de février à septembre 2013, au campus Montsouris du Cerfal, permettait à des personnes en phase de changement de voie d’études d’acquérir certaines bases pour entrer en BTS assistant manager, assistant de gestion, comptabilité ou graphisme en CFA (centre de formation pour apprentis).

Avez-vous eu du mal à trouver votre entreprise ?

Pendant la « passerelle », j’avais été stagiaire durant 3 mois au Palais des thés, mais j’avais appris qu’ils n’embauchaient personne en alternance. Au Cerfal, nous étions aidés pour rédiger des CV, simuler des entretiens d’embauche et trouver l’entreprise qui allait nous prendre en alternance. J’ai finalement eu le choix entre plusieurs entreprises, car j’ai obtenu plusieurs réponses favorables à l’issue des entretiens !

Mon école m’a proposée de postuler chez Zigoniric, une entreprise qui fabrique des objets de décoration pour la voiture. J’ai passé mon premier entretien avec Valérie Nylin, qui la dirige. Dès le premier instant de la rencontre avec cette dirigeante, j’ai su que ce serait Zigoniric ! En plus, c’est une entreprise qui se lançait, et cela m’intéressait beaucoup de participer à cette aventure.

Comment se répartit votre temps entre entreprise et formation ?

Je passe deux jours en cours et deux jours en entreprise, avec un troisième jour en alternance entre les deux une semaine sur deux. C’est un rythme que je trouve assez confortable. Il me permet de ne pas avoir le temps d’oublier les cours de la semaine qui précède et de ne jamais être longtemps déconnectée de l’entreprise non plus. Un rythme d’une semaine sur deux m’aurait moins bien convenu, je crois.

N’est-il pas difficile de cumuler un travail et des études ?

Cela demande de travailler chaque soir et le week-end, régulièrement, car je prépare tout de même mon BTS en 2 ans, comme ceux qui vont seulement en cours à temps plein sans alterner avec l’entreprise. Dans certaines matières, comme le droit, par exemple, il y a énormément de contenus et autant de travail personnel. Par ailleurs, je trouve assez fatiguant de changer de mode de pensée pour agir en étant studieuse à l’école et autonome en entreprise.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris en arrivant en entreprise ?

On m’a demandé d’être autonome très vite. Heureusement, j’avais déjà eu un aperçu de la relation client ou de la manière de me comporter au téléphone lors d’emplois précédents. Le plus dur a été de m’adapter à l’ordinateur chez Valérie Nylin. J’ai dû apprendre à travailler sur Mac alors que j’avais des repères sur PC. Se défaire de quelque chose qu’on a déjà appris est plus difficile que d’apprendre une chose nouvelle !

A quoi ressemble votre quotidien en entreprise ?

Je m’occupe de l’accueil téléphonique et des commandes, de la prise de commande à la gestion de tous les documents jusqu’à la préparation physique de la commande. Je gère aussi le mode de livraison, ce qui nécessite de bien connaître certains rouages. Par exemple, lorsque l’on dépasse deux colis, on fait appel à un transporteur. Et il faut le prévenir 48 heures à l’avance. Au départ, je ne connaissais pas bien les produits et avais du mal à imaginer la taille à prévoir pour un colis. Maintenant, ça roule !

Votre poste va-t-il évoluer pendant vos 2 années d’apprentissage ?

Je vais bientôt être affectée à la comptabilité. Je vais devoir assurer le budget, la trésorerie, les factures, les clients, les relances, etc. Cela rentre dans le cadre du programme de mon BTS, puisqu’il est composé de 3 pôles : commercial, comptabilité, administration. Chez Zigoniric, j’aurais travaillé sur les trois ! C’est l’avantage d’être dans une TPE (très petite entreprise). Parmi mes camarades de classe, certains sont dans de grosses entreprises. Ils sont affectés à un service en particulier. Pour un BTS polyvalent, il me semble qu’il vaut mieux viser une TPE. Même si elles embauchent un moins grand nombre d’apprentis…

Une embauche est-elle envisageable chez Zigoniric ?                                                                                               

Si tout se passe bien, si l’entreprise fonctionne bien, je pense que c’est envisageable. D’ici là il faut que je puisse prouver ma valeur. Je travaille et je fais ce qu’il faut pour.

A terme, après une licence professionnelle en management des organisations et 2 ans minimum en CDI dans une société, j’aimerais développer mon entreprise : un gîte équestre. J’ai une réelle passion pour le cheval et l’équitation et cela me plairait de développer une activité dans ce secteur là. Le fait d’avoir participé au lancement de Zigoniric va forcément me servir pour la suite.

Propos recueillis par Isabel Busché