Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Stéphanie Ledoux

Community manager pour un site de e-commerce
Date de l'interview : 28/11/2013

Ma formation m'a apportée les "bases" du marketing et de la stratégie web, ce qui est très important pour comprendre l'importance du métier de community manager dans une entreprise.

Depuis trois ans, Stéphanie Ledoux évolue dans le monde du web. Elle partage avec nous son expérience de community manager.

Quel a été votre parcours de formation ?

J'ai commencé mes études après bac par un BTS management des unités commerciales. Ce sont mes premiers pas dans le marketing et le management. Je m'y suis tout de suite sentie à l'aise. J'ai donc poursuivi en école de commerce jusqu'en master où j'ai voulu me spécialiser dans le web. D'un caractère dynamique et cherchant perpétuellement à évoluer et apprendre, ce fut un choix évident pour moi !

Quel lien faites-vous entre votre formation en e-marketing et votre emploi de community manager ?

Ma formation m'a apportée les "bases" du marketing et de la stratégie web. Ce qui est, à mon sens, très important pour comprendre l'importance du métier de community manager dans une entreprise. Mais rien de tel que la méthode de gestion de projet "test and learn" pour progresser.

Quelles sont les qualités attendues d'une community manager ?

Tout d'abord la capacité de réactivité. Les internautes attendent un retour clair et rapide. C'est l'avantage principal du web de nos jours. Il faut également faire preuve d'empathie, c'est-à-dire savoir se mettre à la place du client pour lui répondre le plus justement possible. Et j'ajouterai une note d'originalité et d'humour... à ne pas confondre avec la légèreté toutefois !

A quoi ressemble une journée-type ?

Chaque journée est différente car chaque échange est différent. Dans le métier de community manager, il est vraiment agréable d'échanger de manière conviviale. Même si les échanges se font via des plateformes virtuelles, ils contribuent aux rapports humains.
En arrivant au bureau, je me connecte sur les réseaux sociaux sans tarder pour y découvrir les messages et échanges qui ont eu lieu : les réponses clients, les nouvelles discussions et commentaires, etc. Et puis j'y réponds !
J'établis un suivi strict de chaque cas. C'est mon côté pragmatique, et qui permet de faire les reportings de l'activité et de la e-réputation.

Quelle est la proportion de votre temps consacré à l'animation pure ? à la rédaction ? à l'analyse ?

Tout dépend de l'entreprise et de son modèle d'activité.

Dans un modèle B2B (business entre 2 entreprises), 1/3 du temps est consacré à l'animation pure, 1/3 à la modération et le dernier 1/3 à la recherche d'originalité et mise en place d'actions de communication.

Dans un modèle B2C (relations entre une entreprise et ses clients),  il est fréquent que l'animation et la modération soient faites par 2 community manager, travaillant main dans la main. Le flux étant plus important, chacun peut ainsi se consacrer pleinement à ses propres tâches ce qui permet une grande réactivité.

J'ai pu travailler selon ces 2 modèles et cela a enrichi ma pratique pro.

Quel est le meilleur moment vécu en tant que community manager jusqu'à présent ?

En B2C, ce fut de régler la situation d'un client très virulent et de le savoir au final satisfait. En B2B, l'organisation d'un forum de professionnels du web a été l'opportunité de faire de superbes rencontres !

Qu'aimez-vous particulièrement dans votre métier ?

J'aime m'impliquer au maximum, être créative et réactive le plus souvent possible ! Je déteste rentrer chez moi le soir sans être certaine que tout a été fait.

Quel conseil pourriez-vous donner à un jeune tenté par l'animation de réseaux sociaux ?

Il faut s'engager à fond ! C’est un métier très enrichissant et qui nécessite un plein investissement. Il peut ouvrir la porte à de nombreuses opportunités.

 

Propos recueillis par Sandrine Damie