Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Olivier Wieviorka

Directeur des études Master 2 Concepteur audiovisuel
Date de l'interview : 28/11/2013

Nous recherchons avant tout des personnalités, capables de porter un regard neuf sur le réel.

Responsable du master et historien, Olivier Wieviorka évoque la formation et les débouchés de ce M2 porté par l'ENS Cachan, l'école des Chartes et l'INA.

Depuis 2011, vous proposez un master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l'histoire, de la société et de la science. Comment est né le partenariat entre l'ENS Cachan, l'Ecole nationale des Chartes et l'INA pour proposer ce master 2 ? 

L'idée était d'associer trois institutions complémentaires : l'INA, en raison de sa maîtrise technique en audiovisuel et de sa capacité à définir les besoins du marché ; l'ENC pour son expertise dans la recherche des fonds et les technologies numériques ; l'ENS Cachan, enfin, au vu de ses compétences en matière de recherche historique et sociologique.

Quels sont les objectifs de ce master 2 ?

Ce master vise à former des concepteurs et des réalisateurs de documentaires dans l'audiovisuel (cinéma, télévision, radio, web), ainsi que des responsables éditoriaux de sites multimédia intervenant dans les médias et dans l'édition. Il s'agit de les mener à terme vers la réalisation. Compte tenu des évolutions technologiques, il entend donner des armes aux étudiants pour qu'ils soient polyvalents, capables d'intervenir tant dans le documentaire radiophonique ou télévisuel que sur le web.  C'est sans doute la plus grande originalité de ce master que de mêler à l'apprentissage des formes classiques les nouvelles technologies du web.  De fait, les enseignements pratiques, assumés par des professionnels reconnus, s'arrogent la part du lion (plus de 50 % des enseignements).

Quels sont vos critères de sélection à l'entrée en formation ?

Nous recherchons soit des étudiants très bien formés en culture générale (IEP, normale sup, master de lettres ou de sciences sociales), soit des étudiants ayant déjà une connaissance de la réalisation, parce qu'ils ont tourné en amateur, ou parce qu'ils ont déjà suivi un cursus en cinéma, par la filière technique (BTS puis licence et Master), ou par des études plus classiques (master recherche en études cinématographiques).

Nous sommes vraiment très ouverts dans la mesure où nous recherchons avant tout des personnalités, capables de porter un regard neuf sur le réel.

Quels sont les profils des étudiants de la promotion 2013/2014 ?

Pour les 63 étudiants qui se sont portés candidats cette année : 26 venaient de Paris, 23 de province, 14 de l'étranger. Parmi eux,16 avaient été en classes préparatoires, 9 étaient issus des écoles de commerce ou des IEP, 25 avaient un master littéraire, 3 un master scientifique, 6 un master en histoire de l'art ; 10 avaient un master en études cinématographiques et 11 un master en communication.

Les profils retenus reflètent cette diversité et proviennent soit des études littéraires (IEP, master d'histoire...), soit des études cinématographiques.

 Durant les deux semestres de formation, quelles sont les thématiques des enseignements théoriques ?

Nous insistons sur l'histoire du documentaire, ses formes, son esthétique pour que les étudiants aient une excellente culture générale. Des enseignements en droit et en anglais de l'audiovisuel sont également assurés.

Quels sont les contenus des enseignements pratiques ? 

Nous apprenons à nos étudiants à tourner, à capter l'image et le son, à monter. Surtout, les étudiants doivent tourner un film et monter un site web. Ils sont à cette fin tutorés par des professionnels qui interviennent à toutes les étapes, de la note d'intention au pitch.

Deux promotions sont déjà sorties diplômées de ce master. Pouvez-vous nous parler de leur insertion professionnelle ?

Ce master est encore un peu jeune mais nous sommes assez satisfaits des résultats. Il est difficile d'entrer dans la carrière - une entrée qui s'effectue graduellement par des stages puis de l'assistanat avant de passer à la réalisation. Mais nos étudiants trouvent des stages sans problème. Deux ont décrochés des CDI; plusieurs sont devenus assistants.

 

Propos recueillis par Sandrine Damie