Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Quel sera le marché du travail en Europe à l’horizon 2025 ?

Quel sera le marché du travail en Europe à l’horizon 2025 ?

Selon le Cedefop, les niveaux de qualification des emplois européens vont augmenter dans les dix prochaines années, mais il existe un risque de surqualification ou de qualification inadéquate des actifs.


Le 11/07/2013

 

A quoi ressemblera l’emploi en Europe à l’horizon 2020-2025 ? C’est l’exercice de prospective auquel s’est livré le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) dans sa note d’information « les voies de la reprise : trois scénarios pour les compétences et le marché du travail à l’horizon 2025 », publiée en juillet 2013.

 

Quel que soit l’état du marché du travail en Europe dans les années à venir (dans un contexte de récession économique, de reprise modeste ou de reprise rapide), le centre prévoit que les professions sont  amenées à se complexifier : « d’ici à 2025, à tous les niveaux de qualifications, les emplois proposés seront de plus en plus souvent des emplois difficilement remplaçables par la technologie, les changements organisationnels ou l’externalisation. Il s’agira de métiers exigeant  de penser, communiquer, organiser et décider ».

 

La proportion d’actifs occupant des postes hautement qualifiés doit, selon le scénario intermédiaire, atteindre 44,1 % en 2025 (contre 41,9 % en 2010). Dans le même temps, la part des individus occupant des postes non manuels non qualifiés atteint 22,6 %, les ouvriers qualifiés 22,1 % et les professions élémentaires (exigeant peu ou pas de qualifications) 11,2 %.

 

L’Union Européenne devrait en 2020 parvenir à ses objectifs de 40 % au moins de diplômés de l’enseignement supérieur parmi les 30 – 34 ans, et passer sous la barre des 10 % de personnes de bas niveau scolaire (âgées de 18-24 ans et ne dépassant pas le secondaire inférieur).

 

Mieux qualifiée, mais aussi plus âgée, la population active européenne devrait occuper des emplois moins routiniers et plus exigeants. Un chômage élevé et de faibles volumes de recrutement pourraient néanmoins entrainer un phénomène de surqualification des candidats par rapport aux emplois disponibles, prévient le Cedefop. Des pénuries de compétences spécialisées peuvent également perdurer, exigeant des efforts de formation continue des adultes et d’orientation des jeunes.

 

Raphaëlle Pienne

 

Télécharger la note d'information