Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Mana Glissant

Etudiante licence 2 droit, Paris 8-Vincennes-Saint-Denis (93)
Date de l'interview : 01/07/2013

Ce qui me plait dans ces études, c’est l’organisation assez logique dans la réflexion.

Après une première année de classe préparatoire littéraire, Mana Glissant a trouvé sa voie : le droit. Elle vient de valider sa deuxième année de licence et s'imagine devenir avocate dans le domaine du droit de la propriété intellectuelle.

Pourquoi avoir choisi de vous lancer dans des études de droit ?

J’ai d’abord suivi une année de prépa littéraire, ce qui m’a permis de réaliser que les études littéraires ne me plaisaient pas du tout. Elles me semblaient trop figées et pas assez en prise avec le monde d’aujourd’hui. Même si je ne savais pas vraiment ce qu’était le droit, il a été vite clair pour moi que je voulais aller vers ce domaine en lien avec notre quotidien et toujours en évolution, puisque de nouvelles lois sont votées chaque jour. Je ne suis pas inscrite en droit avec un projet professionnel précis, mais avec l’idée un peu vague de devenir avocate.

A quoi ressemblent les études de droit ?

Il y a moins d’apprentissage par cœur que je ne le pensais et la deuxième année est plus difficile que la première. Même si nous ne sommes pas encore spécialisés, il y a davantage de réflexion juridique en deuxième année, cela devient plus pointu et les professeurs sont plus exigeants.

Les études de droit sont-elles très sélectives ?

Il y a un gros "écrémage" en fin de première année de licence. Il me semble que c’est parce que beaucoup de gens se lancent dans ces études pour faire plaisir à leurs parents, pour se rassurer... Le droit est difficile à étudier quand on n’aime pas vraiment cela. Il est également difficile de décrocher sa deuxième année sans passer au rattrapage ou sans avoir encore des matières de deuxième année à valider en L3.

Quelles sont les disciplines qui vous plaisent le plus ?

J’apprécie particulièrement l’histoire du droit, qui n’est pas la matière principale. Plus largement, ce qui me plait dans ces études, c’est l’organisation assez logique dans la réflexion. Au lycée, j’étais douée à la fois en maths et dans les matières littéraires. En droit, cette double aisance m’est utile. On s’habitue à avoir une pensée très organisée, très ordonnée, en menant une réflexion en deux parties et deux sous-parties. J’ai l’impression que cet apprentissage me permet de mieux exprimer mes idées d’une manière générale.

Quel est votre projet professionnel ?

J’exclus tout ce qui est en rapport avec le droit public, parce que j’ai plus de mal et je suis moins intéressée par ce domaine. Je ne me vois pas greffière au tribunal, juriste dans une entreprise ou notaire. Cela ne me fait pas rêver !
Pour l’instant, je m’imagine avocate dans le domaine du droit de la propriété intellectuelle. Je ne connais pas encore ce champ du droit, mais je suis entourée de gens qui travaillent dans le secteur artistique, notamment dans le cinéma. L’ idée de travailler avec des artistes me plait. J’ai déjà trouvé un stage dans un cabinet d’avocats spécialisés dans ce domaine pour ma fin d’année de L3.
Mais je viens à peine de valider ma deuxième année et cela me paraît encore loin…

Jusqu’où envisagez-vous de poursuivre vos études de droit ?

Si l’histoire du droit reste mon dada, je ferai peut être une thèse dans ce domaine, mais, pour l’instant, je pense poursuivre mes études jusqu’au master 2. Sauf si je change d’avis d’ici là, je devrais me spécialiser dans le droit de la propriété intellectuelle.

Que savez-vous des débouchés après des études de droit ?

A partir du moment où vous passez l’examen du barreau, vous êtes avocat. Et j’entends dire que cet examen ne serait pas si difficile à décrocher... En règle générale, il semble les entreprises cherchent tout le temps des juristes et qu’il n’y a pas de souci pour trouver un travail. C’est peut être faux, mais je pense que trouver un job après des études de droit est plus facile qu’après un cursus en sciences humaines !

Quel conseil donneriez-vous à un lycéen qui voudrait faire du droit ?

Afin de s’assurer que le droit peut vraiment lui plaire, je lui conseillerai de parler à des étudiants, d’assister à des cours en amphi…

Propos recueillis par Isabel Busché