Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Une journée en entreprise pour les collégiens

Une journée en entreprise pour les collégiens

Le 14 février, un quarantaine d’entreprises du réseau IMS-Entreprendre pour la Cité se mobiliseront pour faire découvrir leurs métiers à des collégiens issus de quartiers défavorisés.


Le 06/02/2013

 

Le 14 février, c’est la Saint-Valentin. Mais pas seulement…  Pour plus de 600 élèves de 3e et de 4e, issus de 28 collèges d’Île-de-France, de Rhône-Alpes et de PACA, cette journée sera aussi l’occasion d’aller dans une entreprise pour y rencontrer des salariés et des stagiaires, et mieux comprendre leur quotidien.

 

Organisée par l’association IMS-Entreprendre pour la Cité, cette opération intitulée « Un jour, un métier » est reconduite chaque année depuis 6 ans.

 

A Paris, 10 entreprises participeront à l’événement : AXA, DLA Piper, HSBC, Intel, Legal & Général, Linklaters, Freshfields, Monoprix, SAP et UBS*.

 

Les collégiens se verront présenter différents métiers, notamment sous forme ludique. Ils échangeront par exemple avec des apprentis de ces entreprises, mais également avec des responsables RH, sur les opportunités en matière d’alternance. Ils pourront aussi participer à des conférences téléphoniques internationales ou réaliser des tâches pratiques avec les salariés, comme l’accueil téléphonique, les fiches de paie, des affiches de publicité, etc.

 

Dans les collèges, cette rencontre sera préparée en amont avec les enseignants, sur le modèle de l’entraînement à un entretien d’embauche : recherches sur l’entreprise, préparation d’une présentation du collège, élaboration du CV de chaque élève, mais aussi conception d’un questionnaire pour interviewer les salariés sur leur métier et leur entreprise.

 

« Notre objectif, souligne Bouna Kane, Responsable Education d’IMS-Entreprendre pour la Cité, est de permettre aux collégiens d’envisager les études menant à des métiers qu’ils n’auraient pas forcément imaginés. A ce stade, tout est encore possible et ces jeunes de quartiers défavorisés ne doivent pas se créer de barrières. C’est le message que les salariés s’efforceront de leur transmettre. »

 

Patricia Holl