Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Travailler avec des animaux

Domaines : Agriculture -Agroalimentaire, Environnement - Aménagement - Propreté
Dernière mise à jour : 05/08/2015

De nombreux métiers, avec des niveaux de qualification allant du CAP au doctorat, donnent l'occasion de soigner, de protéger, d'observer ou même de vendre des animaux.

Replier le dossier

Introduction

Etre en contact avec des animaux - de compagnie, de ferme, de compétition ou sauvages - n'est pas réservé au seul vétérinaire. De nombreux métiers, avec des niveaux de qualification allant du CAP au doctorat, donnent l'occasion de soigner, de protéger, d'observer ou même de vendre des animaux.

Un site à découvrir

En parallèle des études, il est possible de vous familiariser avec les animaux, en devenant jeune bénévole à la SPA.
En effet, la SPA (société protectrice des animaux) propose des clubs jeunes pour nourrir et promener les animaux dans les refuges, lors de week-ends, de camps nature.
Les équipes vous permettront de suivre des cours de secourisme animalier, de participer aux sorties et conférences à Paris et en province. Elles contribuent également à l'information dans les écoles.

Elever, entraîner, soigner, observer, vendre... Les possibilités sont nombreuses pour celles et ceux qui veulent travailler avec des animaux.

Poursuivant sa mutation, le secteur est soumis à une règlementation de plus en plus stricte. Objectif : garantir le bien-être de l'animal, mais aussi la sécurité des "propriétaires".

Ces évolutions se traduisent par une professionnalisation des emplois et des formations. L'amour des chevaux ne suffit plus pour travailler dans un centre équestre. De même, impossible de devenir maître-chien avec un rottweiler pour seul compagnon !

Du CAP au diplôme de docteur vétérinaire, l'offre de formation est large et s'adresse à tous les profils.

Entre les métiers du soin, de la recherche, de la protection de la nature, du loisir et du sport, du commerce et de l'élevage, du dressage et de la sécurité, les voies sont multiples. Seule condition : ... aimer les animaux.

Panorama du secteur

Avec une population de plus de 60 millions d'animaux de compagnie en France, toutes les activités autour du soin et du confort de l'animal connaissent une forte expansion.

Plus de 60 millions d'animaux de compagnie

En France, aujourd’hui, près de deux foyers sur trois possèdent un animal de compagnie, souvent domestique (chiens et chats), mais les nouveaux animaux de compagnie (NAC)  sont en forte progression : poissons, oiseaux, rongeurs, reptiles, amphibiens, insectes, cochons, singes...

La population des chiens (7,8 millions), chats (10,7), poissons (36,4) "français" est désormais la plus importante de toute l’Union européenne. Plus nombreux, ces animaux sont également plus choyés par leurs maîtres qui n'hésitent pas à dépenser, chaque année, 3,5 milliards d’euros pour eux (700 euros en moyenne pour un chat ou un chien).  Avec 2,5 milliards d'euros, l'alimentation arrive en tête des frais animaliers, loin devant les accessoires (569 millions) ou l'hygiène et des soins (394 millions).

Toutes les activités autour du soin et du confort de l'animal de compagnie ont ainsi connu une forte expansion.

En dix ans, le nombre de vétérinaires a notamment progressé de 20 %. Ils sont aujourd'hui près de 20 000 à prendre soin des chiens et des chats, mais aussi des vaches, des moutons, voire des ours et des loups.

Plus de 40 % des vétérinaires sont des femmes (chiffre qui va encore progresser). Elles exercent essentiellement auprès d'animaux de compagnie.

De même, le toilettage a le vent en poupe, particulièrement en Ile-de-France où vivent près de 9 % des chiens et 11 % des chats de France et qui concentrent plus de 520 entreprises de toilettage (4 000 au total en France).

Les débouchés sont à la hausse également dans les chaînes d'animalerie, dont le chiffre d'affaires progresse au rythme de 3 à 5 % par an. L'Institut français du libre-service (IFLS) a recensé  un total de 800 animaleries en France, un chiffre en constante augmentation. Plus de 20 000 vendeurs et 6 000 responsables travaillent dans ce secteur en plein essor.

Pour aller plus loin

Les animaux domestiques deviennent des membres de la famille à part entière. Surfant sur cette tendance, de nouveaux métiers - ou de nouvelles façons d'exercer - apparaissent : toiletteur à domicile, ambulancier pour animaux, pet-sitter, comportementaliste canin, etc.

Veaux, vaches, moutons...

Par rapport aux animaux de compagnie, le tableau est nettement moins rose dans le secteur de l'élevage agricole.

Selon la DRIAAF, seules 6 % des exploitations agricoles d'Ile-de-France sont tournées vers l'élevage de qualité, essentiellement bovin. En 10 ans, le nombre d'élevages a reculé de près de 10 %. La région Ile-de-France compte 600 éleveurs.

Si l'élevage bovin reste la première activité exercée par les exploitants agricoles, la production et les revenus de ces professionnels sont en recul. Hausse des coûts de production, épidémies, baisse de la consommation de viande... les difficultés sont multiples.

De même, le cheptel de moutons diminue d'année en année.

Les éleveurs de porc et de volailles sont mieux lotis, avec une production stable, voire en légère progression.

Par tradition, l'élevage agricole emploie un peu de main d'oeuvre : 1,6 personnes en moyenne par exploitation.

A peine 37 % des femmes exerçant dans l'agriculture sont chefs d'exploitation ou co-exploitantes. 

Repère

On dénombre en Ile-de-France  :
- 29 000 bovins  ;
- 14 000 ovins ;
- 1 900 caprins ;
- 3 500 vollailles ;
- 7 500 équidés.

Le secteur du cheval regroupe quant à lui 58 000 professionnels, autour d'une grande variété d'activités et de métiers : élevage, tourisme équestre, course, etc.

Avec 400 centres équestres, l'Ile-de-France est la 1re région française en nombre de licenciés en équitation.

Ce sont les activités équestres de loisirs, en particulier l'équitation sur poney, qui connaissent le plus fort développement (12 000 salariés permanents).

Faune sauvage en danger

Observer les animaux dans leur milieu naturel, protéger les espèces en voie de disparition, sensibiliser le grand public... Les métiers au contact des animaux sauvages font rêver. Mais les places sont rares.

Il s'agit globalement de métiers qualifiés, réservés aux diplômés de l'enseignement supérieur. A l'Office national de la chasse et de la faune sauvage par exemple, plus de 9 agents techniques de l'environnement sur 10 ont au moins le baccalauréat, dont 1/3 est titulaire d'un bac + 5.

Faute de débouchés suffisants, les filières d'accès à ces différents métiers sont de plus en plus sélectives. Une part importante de ces emplois relève de structures publiques (parcs régionaux ou nationaux, CNRS, muséum d'histoire naturelle, zoos d'état, etc.) : souvent, la réussite à un concours conditionne, en plus, l'obtention d'un poste.

Repère

La faune sauvage d'Ile-de-France
réunit 60 espèces de mammifères, 360 espèces d'oiseaux, 27 espèces de reptiles et d'amphibiens, 18 000 espèces d'insectes. A noter : 443 de ces espèces sont protégées.

Les métiers du soin

Avec l'accroissement du nombre d'animaux de compagnie en France (près de 2 foyers sur 3 déclarent avoir un animal à la maison), les métiers d'auxiliaire vétérinaire, de toiletteur et de vétérinaire ont de beaux jours devant eux.

Vétérinaire

Le vétérinaire est le professionnel de la santé des animaux. Il touche à toutes les formes de médecine car il est à la fois généraliste, chirurgien, radiologue et même dentiste !

Dans un cabinet en ville, il réalise des consultations, les vaccinations, des radios et des actes chirurgicaux. En milieu rural, il est souvent amené à se déplacer d'un élevage à l'autre pour répondre aux urgences, assurer les soins médicaux aux différents animaux et mener des missions de prévention. Quelques vétérinaires évoluent dans l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique : ils apportent leur expertise dans la conception, la fabrication et la commercialisation de denrées alimentaires ou de traitements médicaux pour les animaux.

Les interventions chirurgicales ou les manipulations en laboratoire demandent une grande adresse manuelle. Il faut aussi être attentif aux comportements des animaux pour établir le bon diagnostic. En milieu rural, le vétérinaire doit être pédagogue pour bien expliquer aux éleveurs les modes d'administration des médicaments.

En milieu rural, les vétérinaires ont souvent une clientèle mixte, constituée à la fois d'animaux de ferme et d'animaux de compagnie.

Quel que soit votre futur lieu de travail, vous devrez obtenir le diplôme de docteur vétérinaire (DEV) qui se prépare dans les 4 écoles nationales vétérinaires : Alfort (94), Lyon, Nantes et Toulouse.

On y entre principalement sur concours après une classe préparatoire BCPST (biologie, chimie, physique, sciences de la terre), une 2e année de licence (L2) en sciences et technologies mention sciences de la vie, ou encore certains BTSA, BTS ou DUT.

Le concours d'accès aux études vétérinaires est national et très sélectif : 468 places ont été offertes en 2011 dont 376 pour le concours A BCPST (biologie, chimie, physique, sciences de la Terre). L'affectation dans une école dépend du classement au concours et des choix émis par les candidats.

Une fois le concours réussi, vous devez suivre 4 ans de formation générale, plus 1 an d'approfondissement (spécialisation "animaux de compagnie", "animaux de production" ou "cheval" ; master, etc.) 

Cette dernière année se poursuit par la préparation de la thèse de doctorat d'exercice vétérinaire, dont la soutenance permet d'obtenir le diplôme de docteur vétérinaire, sésame indispensable pour exercer.

S'il est difficile d'ouvrir son propre cabinet vétérinaire dans les grandes villes dès la sortie de l'école, vous pouvez commencer par des remplacements.

On dénombre plus de 2 000 cliniques et cabinets vétérinaires en Ile-de-France. Les vétérinaires franciliens prennent principalement en charge des animaux de compagnie (chiens et chats). Quelques-uns sont spécialisés dans les nouveaux animaux de compagnie (reptiles, rongeurs, etc.).

Le taux de féminisation de la profession (plus de 40 %) ne cesse de progresser : il représentait 63 % des nouveaux inscrits à l'Ordre national des vétérinaires en 2010.

Repère
77 % des vétérinaires exercent en libéral, 10 % travaillent dans le secteur industriel (entreprises pharmaceutiques ou agroalimentaires) et 13 % dans le secteur public (recherche, armée, hygiène et contrôle alimentaire, etc.).
44 % des nouveaux inscrits à l'Ordre des vétérinaires en 2010 étaient titulaires d'un diplôme étranger : la concurrence est donc rude.

Voir la fiche détaillée.

Auxiliaire spécialisé vétérinaire / Auxiliaire spécialisée vétérinaire

aux_spe_veterinaire_383x209.jpgAssistant du vétérinaire, l'auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV) est parfois appelé aide-soignant pour animaux. S'il seconde le vétérinaire lors des consultations, des actes de chirurgie et de radiologie, ses missions sont aussi celles de l'accueil, la réception et le secrétariat du cabinet.

Un bon contact avec les animaux mais aussi avec les clients est indispensable. Il faut être disponible et s'adapter aux contraintes professionnelles, par exemple, les permanences le week-end. Enfin, c'est un métier de rigueur où il faut conjuguer compétences techniques et commerciales.

Vous avez la possibilité de vous lancer dans la profession sans diplôme mais des compétences en secrétariat et un goût du contact sont indispensables pour être recruté.

Toutefois, votre insertion professionnelle sera facilitée par l'obtention d'une des 2 qualifications reconnues par les professionnels : auxiliaire vétérinaire qualifié (AVQ), de niveau CAP, ou auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV), de niveau bac.

Ces formations se préparent en alternance dans 4 établissements en France dont 1 en Ile-de-France : le CEZ de Rambouillet (Bergerie Nationale).

Pour vous inscrire en formation d'ASV, il faut avoir 18 ans minimum à la date d’entrée en formation, satisfaire aux tests d’admission et justifier de l’obtention d’un diplôme de niveau IV (bac ou autre diplôme ou certification de même niveau), ou avoir suivi une 2nde générale (avec admission en 1ère) ou BEP obtenu, et d’une expérience professionnelle de 2 ans au moins à temps plein.

Un stage de découverte d’une dizaine de jours chez un vétérinaire chiens chats (hors stage de 3e) est également nécessaire. Le candidat doit aussi trouver un employeur pour la durée de la formation (2 ans).

Les principaux débouchés se situent dans les cabinets et les cliniques vétérinaires privés, en particulier en ville.  L'activité des auxiliaires spécialisés vétérinaires y est principalement tournée vers les animaux de compagnie.
Près d'un tiers des 6 415 cliniques et cabinets vétérinaires de France se trouve en Ile-de-France, mais embauche rarement plus d'un salarié.

Les auxiliaires spécialisés vétérinaires peuvent aussi se tourner vers d'autres secteurs d'emploi comme les laboratoires d'analyses, le métier de délégué médical vétérinaire ou la vente spécialisée en animalerie.

Voir la fiche détaillée.

Toiletteur d'animaux / Toiletteuse d'animaux

Esthéticien pour chiens essentiellement, ce professionnel assure le bain, la tonte et l'épilation des animaux de compagnie.

Une bonne poigne et une solide constitution physique sont nécessaires pour maintenir les animaux récalcitrants aux soins. De plus, le toiletteur doit supporter la station debout plus de 8 heures par jour.

Bien qu’il soit possible de s'installer en tant que toiletteur sans aucun diplôme, l'obtention de la certification de toiletteur canin (niveau CAP) est recommandée.

En Ile-de-France, vous pouvez préparer cette certification au CFA (Centre de Formation d’Apprentis) de la Chambre des métiers et de l’artisanat Sud Seine-et-Marne (77). La formation dure 2 ans en apprentissage. Afin de pouvoir y accéder, il faut avoir entre 16 et 25 ans, justifier d'un niveau de classe de 3e et trouver un employeur.

Vous pouvez ensuite devenir employé dans un salon de toilettage déjà existant ouvrir votre propre affaire. Mais attention, dans ce deuxième cas, vous devrez assurer l'ensemble des tâches d'administration, de gestion et de comptabilité. Cela demande des compétences spécifiques. L'installation à son compte s'adresse plutôt aux personnes expérimentées, notamment en raison de l'important investissement financier nécessaire pour ouvrir un salon et acheter l'indispensable matériel.

Quelques rares toiletteurs se déplacent chez les maîtres des animaux domestiques pour prodiguer leurs soins à domicile.

Près de 9 % des chiens et 11 % des chats de France vivent dans  l'agglomération parisienne. L'Ile-de-France est donc un territoire porteur pour les toiletteurs. Sur Paris, ceux-ci travaillent essentiellement en salon. Dans le reste de l'Ile-de-France, il existe aussi des opportunités d'emploi dans les salons intégrés des animaleries et dans le toilettage à domicile.

Voir la fiche détaillée.

Soigneur d'animaux / Soigneuse d'animaux

Dans un zoo, le soigneur est la principale personne qui s'occupe des animaux au quotidien. Il nettoie les enclos (intérieur et alentours), nourrit les animaux et les observe afin de relever d'éventuelles anomalies.

Il assiste le vétérinaire dans son travail. Il participe également à la sécurité du public et s'occupe de la formation de stagiaires.

Le soigneur connaît parfaitement les habitudes et attitudes des animaux qu'il soigne. Observateur, il remarque le moindre changement de comportement et prend aussitôt les mesures qui s'imposent. Sûr de lui, il n'hésite pas à entrer dans la cage des fauves ou des ours. Mais il reste toujours très vigilant et procède avec des gestes doux et précis pour ne pas faire peur aux animaux.

Aucun diplôme n'est exigé mais les parcs animaliers privilégient les personnes issues de l'un des 3 centres de formation professionnelle et de promotion agricoles (à Vendôme-41, Carquefou-44 et Gramat-46) proposant une formation de soigneur animalier.

Pour travailler auprès des chevaux, vous pouvez également vous tourner vers le CAPA soigneur d'équidés qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e. Il existe également un bac pro conduite et gestion de l'exploitation agricole option élevage et valorisation du cheval (dernière session d'examen avec cet intitulé en 2013), accessible en 3 ans après la 3e ou 2 ans après le CAPA.

Les qualifications d'auxiliaire vétérinaire et d'auxiliaire spécialisé vétérinaire vous permettront, en plus, d'exercer dans les cliniques vétérinaires. Elles se préparent à partir de 18 ans, en alternance dans 4 établissements en France dont 1 en Ile-de-France : le CEZ de Rambouillet (Bergerie Nationale).

Les parcs zoologiques ou les parcs naturels recrutent des soigneurs, mais les propositions de postes sont rares : 5 à 6 par an en France. Pour bénéficier d'opportunités à l'étranger mais aussi réussir à communiquer avec les touristes se promenant dans les zoos, la maîtrise d'une langue étrangère (notamment l'anglais) n'est pas à négliger.

Les centres de tourisme équestre, les haras et les élevages embauchent également des soigneurs pour prodiguer des soins aux chevaux.

Car même si l'Ile-de-France compte plusieurs grands parcs animaliers, les débouchés se situent principalement dans les 400 centres équestres de la Région.

Voir la fiche détaillée.

Taxidermiste

Autrefois appelé "empailleur ", ce professionnel redonne une apparence de vie à un animal mort. Il peut s'agir d'un animal de compagnie, d'un trophée de chasse ou encore d'animaux de zoo destinés à des expositions ou des musées.

Cultivé, le taxidermiste connaît de nombreuses espèces, leur mode de vie, leur nourriture, etc. Observateur, il est capable de recomposer l'animal dans ses moindres détails. Le taxidermiste emploie différentes techniques de sculpture et de peinture pour rendre l'animal naturalisé expressif : il doit être habile de ses mains et très méticuleux !

Un seul diplôme vous permet de devenir taxidermiste : le CAP taxidermiste, accessible aux candidats âgés de 16 à 25 ans. Il se prépare en 2 ans, uniquement par la voie de l'apprentissage.

Faute de CFA (Centre de Formation d'Apprentis) proposant actuellement ce CAP, vous devez vous inscrire dans n’importe quel CFA de votre département pour acquérir les connaissances théoriques. La partie pratique de la formation vous sera dispensée par un taxidermiste, maître d’apprentissage pour la circonstance.

Vous passerez le CAP au bout des 2 ans avec la collaboration du Syndicat national des taxidermistes de France SNTF). Le SNTF dénombre moins de 300 taxidermistes inscrits au registre des métiers.

75 % des taxidermistes travaillent dans des ateliers artisanaux. Ils naturalisent des animaux pour une clientèle privée. Cependant la loi sur la préservation des espèces a provoqué une forte chute de l'activité dans ce domaine depuis 1976. Les musées emploient également des taxidermistes pour conserver des animaux dans un but scientifique ou éducatif. Le Muséum national d'histoire Naturelle, à Paris, compte parmi les principaux musées employeurs de taxidermistes en France.

Voir la fiche détaillée.

Palefrenier / Palefrenière

Soigneur spécialisé dans les chevaux, le palefrenier consacre une grande partie de son activité au nettoyage des box et à l'entretien du matériel. Il peut aussi être amené à effectuer le 1er dressage des poulains ou présenter un animal lors d'un concours ou d'une vente.

Pour devenir palefrenier, vous avez le choix entre deux diplômes : le CAPA soigneur d'équidés ou le CAPA maréchalerie . Tous deux se préparent en 2 ans après la classe de 3e. Vous pouvez également préparer le bac pro conduite et gestion de l'entreprise hippique en 2 ans après un CAP ou 3 ans après une  classe de 3e.

Diplôme en poche, vous pourrez postuler auprès des haras (publics ou privés), dans les centres de tourisme équestre et les élevages. L'Ile-de-France compte 400 centres équestres.
Mais les débouchés étant rares pour de simples palefreniers, il est important de développer des compétences complémentaires : soigneur, cavalier... ou avoir son permis poids lourds (pour conduire les vans lors des compétitions). Vous aurez alors plus de chance d'être embauché.

Les métiers de la recherche, de la protection de la nature

Observer les animaux dans leur milieu naturel, mieux les connaître et les protéger sont des missions attirantes mais aux débouchés rares. Avec un niveau diplôme national du brevet, vous pouvez envisager de devenir agent technique de l'environnement. Pour des postes de biologiste, zoologiste ou comportementaliste, il faudra entamer de longues études universitaires.

Agent technique de l'environnement / Agente technique de l'environnement

Grand connaisseur de la nature, il assure la protection des espaces dont il est en charge sur un territoire donné. Il collecte des données sur la faune et la flore, accueille et sensibilise le grand public à l'environnement. Il assure aussi la surveillance des lieux.

Pour se lancer dans cette profession, il faut maîtriser la législation sur l'environnement, avoir une bonne connaissance de la faune et de la flore, montrer des aptitudes relationnelles (les contacts sont quotidiens avec le public) et faire preuve d'une grande disponibilité (des astreintes en week-end ou le soir sont possibles).

L'accès à la formation de l'agent technique de l'environnement  se fait sur concours (catégorie C). Vous devez être majeur, titulaire du diplôme national du brevet ou d'un diplôme équivalent, et disposer du permis de conduire ainsi que d'un certificat de natation (aptitude à parcourir au moins 50 mètres à la nage).

Le concours est composé d'épreuves de français, de mathématiques, de sciences de la vie de la Terre, de cartographie et d'aptitudes physiques.

Une fois admis, vous suivez une formation d'un an sous l'égide de l'IFORE (Institut de formation de l'environnement) à Paris. Cours théoriques et stages pratiques alternent tout au long de l'année. Une partie de l'enseignement est commune, l'autre est propre à chaque spécialité (affectation en fonction du classement sur la liste d'admission) : milieux et faune sauvage ; milieux aquatiques ; espaces protégés.

A l'issue de cette formation, vous êtes titularisé et devenez fonctionnaire du ministère de l'Ecologie et du Développement durable. Ils sont ensuite affectés selon la spécialité qu'ils ont choisie : dans les parcs nationaux pour les espaces protégés, à l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) pour les milieux et la faune sauvages, au CSP (Conseil supérieur de la pêche) pour les milieux aquatiques.

Seules quelques centaines de postes sont ouverts chaque année au niveau national dans les espaces naturels protégés. Les opportunités d'emploi en Ile-de-France sont très limitées.

Voir la fiche détaillée.

Comportementaliste, éthologue

Ce spécialiste du comportement des animaux (éthologie) peut étudier tous les animaux. Par exemple, s'il étudie plus spécialement le cheval, son rôle sera d'observer et d'analyser les comportements de sa monture pour établir de bonnes relations. Connaître son cheval comme on connaît ses proches, découvrir ses habitudes et son tempérament, cela aide le cavalier à mieux le comprendre, à mieux l'appréhender et donc, à mieux le monter.

Une bonne connaissance de la biologie animale est indispensable avant de se spécialiser.

Après un baccalauréat scientifique ou STL (avec un très bon dossier), il faut que vous envisagiez 5 à 8 ans d'études à l'université. C'est en troisième année de licence (L 3) que vous commencerez à vous spécialiser. Vous pouvez, par exemple, suivre un master recherche ou professionnel d'éthologie à l'université de Paris XIII.

En poussant vos études jusqu'au doctorat, vous pouvez tenter de décrocher un poste de chercheur : vous serez alors éthologue (spécialisé dans l'étude du comportement alimentaire des primates par exemple). Vous alternerez les périodes de rédaction et de recherche en laboratoires et les périodes d'observation sur le terrain.

Si vous choisissez de vous lancer en libéral, vous serez comportementaliste (pour chiens ou chat, le plus souvent). Des propriétaires d'animaux ayant constaté un comportement "anormal" de leur chien ou chat, feront appel à vous pour trouver une solution. Vous serez amené à observer leur animal de compagnie dans son espace de vie et à aider les propriétaires à trouver une solution.

Il est cependant difficile de décrocher un poste, que ce soit dans le privé comme dans le public.

Zoologiste

Chercheur, le zoologiste étudie un groupe d'animaux en particulier dans un ou plusieurs domaines : embryologie, génétique, écologie, etc. S'il réalise une très grande partie de ses études et analyses en laboratoire, il se rend aussi sur le terrain pour étudier les animaux dans leur cadre naturel. Souvent, il donne également des cours à la faculté.

Il faut être scientifique et polyvalent pour pouvoir exercer ce métier. Les études de terrain se faisant dans des conditions souvent inconfortables, il faut également avoir une bonne résistance physique.

Pour devenir zoologiste, vous devez viser au minimum le niveau d'un bac + 5.

Vous pouvez débuter votre parcours par une licence (bac + 3) mention sciences du vivant (UPMC) ou mention biologie (Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), puis préparer, en 2 ans après la licence, un master professionnel ou recherche (bac + 5) en sciences de la vie. Vous avez le choix parmi de nombreuses spécialités de masters : spécialité biologie et physiologie des organismes (UPMC), spécialité approches interdisciplinaires du vivant (Paris Descartes), spécialité biochimie des matériaux et du vivant (Cergy-Pontoise).

Pour accéder à la recherche, vous devrez obtenir un doctorat en 3 ans après le master recherche (bac + 5).

Une autre voie envisageable passe par une école d'ingénieurs, spécialisée en biologie, biochimie, biotechnologie, océanologie ou agronomie ; ou par un diplôme d’école vétérinaire, complété éventuellement à l'université par un doctorat.

Les débouchés, restreints, relèvent principalement de la fonction publique.

La recherche publique n'offre que quelques postes chaque année. Les perspectives sont un peu meilleures dans l'enseignement secondaire et universitaire.

Les instituts de recherche, comme le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) ou l'INRA (Institut national de la recherche agronomique), consacrent certains de leurs laboratoires et programmes de recherche à la zoologie.

L'IEMVT (Institut d'élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux) lance des programmes de recherche à l'étranger, pour étudier les espèces tropicales et préserver les espèces en danger dans les pays en voie de développement.

Les musées dédiés à l'espèce animale emploient des administrateurs spécialisés en zoologie au sein de la direction ou de la conservation.

Enfin, les parcs naturels expérimentaux doivent poursuivre des recherches de zoologie pour bénéficier du statut de parc naturel.

Voir la fiche détaillée.

Garde-chasse

Lgarde-chasse_383x209.jpge garde-chasse lutte contre les infractions, comme le braconnage, en dressant des procès-verbaux. Son travail consiste surtout à veiller à l'équilibre naturel : recensement des espèces, introduction de nouvelles espèces, entretien du domaine, surveillance, etc. 
En parallèle à sa mission de surveillance d'un territoire donné, il veille à ce que le gibier se reproduise durant les périodes où la chasse n'est pas autorisée. Quand il rencontre des promeneurs, il peut aussi les informer ou les sensibiliser aux questions sur l'environnement.

Le métier s'adresse aux passionnés de la nature qui veulent contribuer directement à la préservation de l'environnement. Ne disposant d'aucune arme de défense, sa mission de lutte contre le braconnage n'est pas toujours facile. Observateur, cultivé et résistant, il connaît le moindre recoin du territoire qu'il parcoure et tout des espèces qui s'y trouvent.

Si vous souhaitez devenir fonctionnaires, l'Ecole nationale professionnelle et technique de la chasse, dans le Loiret, forme des agents techniques de l'environnement. Pour s'inscrire au concours d'entrée d'agent technique de l'environnement, vous devez être titulaire du brevet des collèges, posséder le permis B, le permis de chasse et s'engager à servir l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pendant 5 ans.

Les gardes-chasses recrutés par les propriétaires de forêts privées ne sont généralement pas diplômés. Ce métier nécessite cependant de bonnes connaissances en droit de l'environnement. Le recrutement se fait à l'issue d'un bac pro gestion des milieux naturels et de la faune (remplace le BTA aménagement de l'espace, spécialité gestion de la faune sauvage).

L'ONCFS propose des formations organisées en modules de une à deux journées, pour former les gardes-chasses particuliers aux réglementations en vigueur.

Les fédérations départementales de chasseurs constituent les principaux employeurs de gardes-chasses. Elles recrutent des passionnés de la nature. Aucun diplôme n'est nécessaire mais les candidats qui ont suivi une formation courte à l'ONCFS sont généralement privilégiés.

Les propriétaires représentés par les sociétés de chasse ou les groupements d'intérêt cynégétique recherchent plutôt du personnel expérimenté.

Même si la chasse est pratiquée en Ile-de-France, le nombre de postes offerts est très réduit. Il faut attendre plusieurs années avant qu'une place se libère à l'ONCFS. Les opportunités dans le privé sont à peine plus nombreuses.

Voir la fiche détaillée

Garde-pêche

garde-peche_383x209.jpgLe garde-pêche surveille le patrimoine naturel aquatique. Il est chargé de la police de la pêche et peut réprimer les contrevenants. Il intervient pour aménager et mettre en valeur les milieux piscicoles. Il veille également au développement de la pêche. Enfin, il a pour mission la prévention et la formation du public en matière de protection de la nature. 
Sur une zone géographique dont il a la responsabilité, il assure l'entretien des cours d'eau et vérifie leur qualité. Il fait respecter les dates d'ouverture de la pêche. Il sensibilise également les pêcheurs et les promeneurs aux problèmes d'environnement.

Observateur et endurant, ce passionné de faune et de flore passe beaucoup de temps sur le terrain. De solides connaissances du milieu aquatique et piscicole sont exigées pour exercer ce métier.

L’école du Paraclet (80) de l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) forme des agents techniques de l'environnement fonctionnaires. Pour vous inscrire au concours d'entrée d'agent technique de l'environnement (catégorie C), vous devez être titulaire du diplôme national du brevet, d’un diplôme de natation (50 m) et du permis de conduire. S’engager à servir l’Etat pendant une durée minimale de 5 ans est également indispensable.

Vous pouvez également opter pour le concours de technicien de l’environnement (catégorie B), accessible aux bacheliers, qui débouche sur des responsabilités plus importantes.

Pour les garde-pêche particuliers, employés par des propriétaires privés, aucune formation n'est exigée. Toutefois, ce métier nécessite de très bonnes connaissances du milieu piscicole et du droit de l'environnement. Pour y accéder , un CAPA entretien de l’espace rural ou un bac technologique STAV est apprécié. Un bac + 2 (BTS, BTSA, DUT), par exemple le BTS métiers de l’eau ou le BTSA gestion et maîtrise de l’eau, est un atout.

L'ONEMA (Office national de l'eau et des milieux aquatiques) et certaines associations de gardes particuliers proposent des formations de quelques jours dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques.

L'ONEMA est le principal employeur du garde-pêche. Dépendant du ministère de l'Ecologie et de l'Environnement durable, il affecte le garde-pêche dans des délégations régionales ou des brigades départementales.

Le secteur privé, représenté par des particuliers ou des sociétés commerciales, embauche quelques garde-pêche. La plupart dépendent du syndicat national des gardes particuliers.

Même si la pêche est pratiquée en Ile-de-France, le nombre de postes offerts est très réduit. Il faut attendre plusieurs années avant qu'une place se libère à l'ONEMA. Les opportunités dans le privé sont peu nombreuses également.

Voir la fiche détaillée

Les métiers des loisirs et du sport

Vous souhaitez joindre l'utile à l'agréable, vous aimez travailler à l'air libre ? Entrez dans le monde de l'équitation pour enseigner ou encadrer des amateurs, ou encore entraîner des chevaux de course.

Accompagnateur de tourisme équestre / Accompagnatrice de tourisme équestre

L'accompagnateur de tourisme équestre (ATE) organise et encadre des randonnées à cheval pour des groupes d'adultes ou d'enfants. Il est responsable de la préparation des chevaux, du repérage du parcours et de la sécurité des cavaliers. Il assure aussi le soin des chevaux, leur préparation et l'entretien du matériel.

Si un bon niveau d'équitation est évidemment demandé (Galop 5 au minimum), un bon relationnel et un sens de la pédagogie sont nécessaires pour réussir dans cette voie.

Après la 3e, 3 diplômes vous permettent d'accéder à ce métier : le BAPAAT (option randonnée équestre ou équitation sur poney) et le BPJEPS activités équestres qui sont délivrés par le ministère de la Jeunesse et des sports, et également le CQP animateur soigneur assistant mention tourisme équestre.

Le BAPAAT (niveau CAP) représente le 1er niveau de qualification pour l'animation et l'encadrement de randonnées équestres ou équitation sur poney. Pour vous présenter à l'inscription au BAPAAT, vous devez avoir au moins 16 ans, justifier d'un "galop 6" et fournir une attestation de formation aux premiers secours.

Le BPJEPS activités équestres (niveau bac) vous permet un exercice professionnel de l'encadrement d'activités équestres et donne seul le droit d'enseigner l'équitation. Pour vous présenter à l'entrée de la formation, vous devez fournir un certificat médical de non contre-indication à la pratique des activités équestres, une attestation de formation aux 1ers secours, et réussir les tests d'évaluation (théoriques et pratiques).

Pour être admis au CQP animateur soigneur assistant mention tourisme équestre, vous devez être titulaire du PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1, anciennement AFPS) et au minimum de la capacité équestre professionnelle niveau 1 (CEP 1).

Le BAPAAT et le CQP ne vous permettent pas un exercice autonome. Vous devrez travailler sous la direction d'un guide doté du titre d'accompagnateur de tourisme équestre de la FFE (Fédération française d'équitation), ou du BPJEPS (brevet professionnelde la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport) activités équestres, ou encore du CQP organisateur de randonnées équestres.

Les clubs équestres, et en particulier ceux des zones touristiques, offrent des emplois aux accompagnateurs de tourisme équestre.

Certains centres de loisirs proposent également des randonnées équestres, ils sont donc susceptibles de recruter des accompagnateurs.

Avec 400 centres équestres, l'Ile-de-France est la 1re région française en nombre de licenciés en équitation. Cependant le tourisme équestre n'y réunit que 4 700 cavaliers dont 75 % de femmes (source : CRTEIF). Différentes actions de promotion du tourisme équestre francilien sont menées (réalisation de nouveaux circuits équestres, diffusion d'information auprès du grand public, etc.). Elles devraient contribuer à accroître les besoin en accompagnateurs diplômés.

Voir la fiche détaillée.

Moniteur d'équitation / Monitrice d'équitation

Educateur sportif spécialisé, ce professionnel enseigne les techniques de base de l'équitation (pas, trot, galop). Il assure l'initiation des débutants dans un club équestre, encadre des groupes dans des clubs de vacances, etc. En dehors des heures de cours, il doit assurer les soins aux chevaux et la propreté des écuries.

Activité de loisirs, l'équitation demande souvent de travailler le week-end aussi bien le samedi pour des cours que le dimanche pour des compétitions par exemple.

Pour vous lancer dans ce métier, vous devez obtenir le BPJEPS activités équestres puis envisager les BEES 2e et 3e degrés pour devenir instructeur et professeur d'équitation. De la patience, une connaissance approfondie du cheval, un sens de la pédagogie sont indispensables pour réussir dans cette voie.

Le titre d'animateur assistant d'équitation de la FFE (Fédération française d'équitation) vous permet également de travailler à temps plein ou de manière saisonnière, et de poursuivre en BPJEPS. Le CQP (certificat de qualification professionnelle) enseignant animateur d'équitation, à envisager uniquement en contrat de professionnalisation, vous permet d'enseigner et de participer à la gestion de la structure.

Avec de l'expérience, vous pouvez évoluer vers le management des établissements équestres, en préparant par exemple une licence professionnelle management des établissements équestres (Université d'Angers).

Bon à savoir

Le "galop" est un diplôme de la Fédération française d'équitation qui atteste de votre niveau équestre :

Galop 1 : Après avoir pansé et amené sa monture en main sur le terrain, être capable de se déplacer au pas et au trot.

Galop 2 : Après avoir effectué un pansage complet, bridé et sellé (s'il y a une selle) sa monture, être capable de se déplacer aux trois allures (pas, trot, galop).

Galop 3 : Après avoir vérifié le bon état général de sa monture et lui avoir ajusté le harnachement, être capable de diriger sa monture aux trois allures, sur des sauts isolés ou en terrain varié.

Galop 4 : Le cavalier possédant une bonne connaissance de l'entretien, des besoins, de la locomotion et du comportement de sa monture, doit être autonome aux trois allures, en terrain varié, et dans l'enchaînement de sauts.

Galops 5 et 6 : être capable de présenter un cheval ou un poney stable dans ses allures et dans son attitude selon des tests de niveau établis pour chaque galop.

Galop 7 : Vous devez disposer d'un niveau de pratique vous permettant de présenter votre cheval ou votre poney dans un équilibre stable et une amplitude adaptée, sur une reprise de dressage, un parcours de saut d'obstacle, un parcours de cross.

Lad-driver

lad-driver_383x209.jpgLe lad est chargé de prodiguer des soins quotidiens aux chevaux de course : il les entraîne, en respectant les directives de l'entraîneur. Le lad-jockey s'occupe plus particulièrement de chevaux de galop, tandis que le lad-driver gère les trotteurs.

Le lad se lève très tôt et monte les chevaux en moyenne 3 heures chaque jour, ce qui implique une condition physique à toute épreuve.

Les chevaux qui lui sont confiés valent souvent très cher : il faut donc veiller sur eux avec beaucoup d'attention.

Vous pouvez préparer le CAPA lad-cavalier d’entraînement en 2 ans après la 3e en temps plein ou en apprentissage. Il n’est pas proposé en Ile-de-France. Certaines écoles accueillent les élèves dès la 4e.

Pour être sélectionné, un petit gabarit est de rigueur : 1m40 pour 40 kg !

Il peut être utile, notamment dans l'optique d'une reconversion future, de préparer un bac pro conduite et gestion de l’entreprise hippique en 3 ans après une classe de 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Les lads sont uniquement recrutés par des écuries de course. Avec de l'expérience, vous pouvez devenir "lad, 1er garçon", c'est-à-dire chef d'écurie ou "garçon de voyage", à savoir responsable des chevaux pendant les courses.

Le secteur des courses hyppiques est très dynamique et le nombre d'emploi dans ce domaine progresse. Le seul travail d’entraînement quotidien du cheval de course (lad-driver et cavalier d’entraînement) représente environ 4 100 emplois en France. Les écuries de courses sont peu nombreuses en Ile-de-France.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers du commerce et de l'élevage

Qu'ils soient destinés à la consommation (viande, lait) ou à la compagnie des hommes (animaux domestiques), les animaux d'élevage demandent une présence et des soins constants. Véritable mode de vie, les métiers de commerce et de l'élevage permettent une proximité unique avec l'animal.

Vendeur en animalerie / Vendeuse en animalerie

vendeuse_en_animalerie_383x209.jpgEn France, on compte environ 20 000 vendeurs en animalerie. Ces professionnels accueillent et conseillent les clients dans une animalerie. Mais leur rôle n'est pas uniquement commercial. Ils consacrent la moitié de leur temps au soin des animaux et à l'entretien des cages. Ils ont également pour mission d'étiqueter les produits, d'approvisionner les rayons et de conseiller les clients.

Les animaux demandent une attention particulière et beaucoup de rigueur. Le vendeur doit être passionné pour connaître au mieux leurs réactions, leurs besoins, leurs conditions de vie. Bien savoir parler de l'animal, trouver les arguments qui font mouche, est aussi un atout pour réussir une vente.

Après la classe de 3e, vous pouvez vous orienter, en 3 ans vers un bac pro conduite et gestion de l'élevage canin et félin ou un bac pro technicien conseil-vente en animalerie.

 A bac +2, le BTSA technico-commercial, spécialité animaux d'élevage et de compagnie vous offre une qualification porteuse. Une spécialisation sur une espèce (DU universitaire en aquariologie, par exemple) est également un plus à l'embauche.

Dans chaque magasin, au moins l'un des vendeurs doit être titulaire d'un certificat de capacité délivré par la préfecture. Il ne s'agit pas d'un diplôme mais d'une autorisation administrative. Il existe plusieurs certificats de capacité : on peut en passer un par espèce animale.
Ces certificats peuvent être obtenus après 3 ans d'expérience en animalerie ou en fonction des diplômes déjà obtenus. Il faut déposer un dossier auprès de la Direction des services vétérinaires de son département. Le candidat passe ensuite un entretien avant d'avoir ce sésame dont toute boutique doit se prévaloir pour être en règle.

Les rayons animalerie des jardineries et pépiniéristes et, de plus en plus, les boutiques spécialisées dans la vente d'animaux, sont les principaux pourvoyeurs d'emplois.

Le marché de l’animalerie est toujours à potentiel et en croissance. Les sites de e.commerce
consacrés à la vente de produits d’animalerie se sont beaucoup développés.

Voir la fiche détaillée.

Eleveur / Eleveuse

L'élevage concerne toutes sortes d'animaux, des chevaux aux escargots en passant par les chiens et les reptiles ! Certains animaux, comme ceux de la ferme, sont élevés pour la consommation... et d'autres, comme les chats, le sont pour leur compagnie.

L'éleveur doit gérer son élevage comme une entreprise. Totalement polyvalent, il est à la fois gestionnaire, comptable, commercial, parfois éducateur-dresseur. Cela nécessite de l'investissement en temps, argent et matériel. Il doit aussi être disponible, jour et nuit, pour surveiller et nourrir ses animaux.

Avec un un CAPA production agricole, utilisation des matériels spécialité productions animales ou un BPA (brevet professionnel agricole) travaux de production animale ou travaux de l'élevage canin et félin, vous pouvez devenir employé dans un élevage ou une exploitation agricole. Mais il faudra au minimum un bac professionnel pour avoir votre propre élevage :
- le bac professionnel conduite et gestion de l'exploitation agricole, option productions animales. Il se prépare en 2 ans après un CAPA, dans 2 établissements de Seine-et-Marne ;
- le bac professionnel conduite et gestion de l'exploitation agricole, option production du cheval (au CFA de la bergerie nationale et au CFA de Grosbois) ;
- le bac professionnel conduite et gestion de l'élevage canin et félin (hors Ile-de-France).

Après le bac pro, il est possible de compléter sa formation par un certificat de spécialisation (CS) agricole en élevage avicole, caprin, laitier, porcin... Et avec un très bon dossier, vous pouvez poursuivre par un BTSA analyse et conduite des systèmes d'exploitation ou un BTSA productions animales. Ces diplômes de niveau bac + 2 vous ouvrent les portes de postes de conseillers techniques auprès de chefs d'exploitation par exemple.

Par ailleurs, pour s'installer en tant qu'éleveur et avoir des aides financières, il faut justifier d'un bac professionnel.

Les métiers du dressage et de la sécurité

Avoir un animal comme compagnon de travail ? C'est le cas dans des professions où dresser un animal vous permet ensuite d'aider, de secourir des personnes ou d'assurer des missions de surveillance.

Educateur de chiens guides d'aveugles / Educatrice de chiens guides d'aveugles

Ce professionnel participe au dressage d'un chien guide d'aveugles en vue de sa "remise" à une personne handicapée. Ses connaissances pointues du handicap et du comportement de l'animal lui permettent d'accompagner le futur propriétaire du chien aussi bien dans ses démarches administratives que dans son adaptation avec le chien (15 jours minimum).

Si vous voulez postuler, il faut avoir entre 18 et 30 ans, être titulaire du bac, du permis de conduire et posséder de bonnes connaissances en anglais. De nombreux documents techniques sont en effet dans cette langue.

Etre motivé, avoir le sens du contact, aimer et connaître les chiens et être sensibilisé au handicap sont des critères essentiels pour s'épanouir dans ce métier. Il demande aussi beaucoup de disponibilité, de mobilité géographique et un investissement personnel important.

Les élèves éducateurs sont recrutés par les associations de chiens guides d’aveugles et envoyés en formation auprès de l'AFH2A (association de formation aux métiers du handicap visuel par l'aide animalière), seul organisme à assurer la préparation du titre exigé en France.

Vous devez envoyer une candidature pour être "élève-éducateur" directement à l'un des 10 Ecoles de chiens guides d’aveugles avec CV et lettre de motivation. En Ile-de-France, il existe une unique école, située à Paris (12e).

Si vous êtes retenu pour la formation, son financement sera pris en charge par la FFAC (fédération française des associations de chiens guides d'aveugles). Vous suivrez 2 ans de formation en alternance, pendant lesquels vous aurez une rémunération.

La formation théorique est dispensée à la fois au lycée agricole de Cibeins (près de Lyon) et à la FAF (Fédération des aveugles de France) à Paris, celle pratique est réalisée au sein des associations de chiens guides d'aveugles.

La formation est sanctionnée par le titre d’éducateur de chiens guides d’aveugles délivré par la FFAC. Il est enregistré en niveau III (bac + 2) au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles.

Plus de 1 500 équipes " Aveugle - Chien Guide" sont en activité en France en 2011. Les embauches sont réalisées par les 10 associations affiliées à la FFAC. Le nombre de postes est infime chaque année tout comme le nombre de stagiaires pris en formation.

Maître-chien

Le maître-chien éduque et dresse un chien afin que ce dernier remplisse des fonctions de protection, de gardiennage, de surveillance, d'aide ou de secours. Il est notamment amené à intervenir sur les lieux de catastrophes naturelles comme les avalanches, sur des missions de contrôle, en douane, par exemple, ou sur des opérations de recherche de stupéfiants. Parallèlement, il doit nourrir et apporter les soins nécessaires à son chien.

La relation avec le chien peut être difficile lors du dressage qui dure longtemps : il faut beaucoup de patience pour réussir dans ce métier. Une bonne résistance est également de mise : les interventions sont éprouvantes nerveusement et physiquement.

Plusieurs diplômes vous permettent de devenir maître-chien.

Neuf établissements proposent une formation menant au certificat professionnel d'agent cynophile de sécurité, diplôme reconnu par les ministères de la Défense et de l'Intérieur : CFPS de Paris (75), CNFA des métiers du chien et de l’animalerie de Saint-Gervais d'Auvergne (63), CFPPA d'Aix-en-Provence (13), la Maison familiale rurale de Mortagne-au-Perche (61), CFPPA de Dax (40), CFA agricole du Lot (46), 17e groupement d’artillerie de Biscarosse (40), Centre France Formation Sécurité Bourgogne (71), CFPPA des Basses Terres (Guadeloupe).
Cette formation vous est accessible avec un niveau scolaire de fin de 3e. Vous deve avoir un casier judiciaire vierge et être titulaire du permis de conduire B. Vous devez aussi posséder votre chien dit " d'utilité ".

La gendarmerie nationale propose à ses sous-officiers la formation de maître-chien. L'armée de terre, de l'air, la Marine et la police forment également directement leurs maîtres-chiens.

Dans le domaine de la sécurité, il existe le CAP agent de prévention et de sécurité, adapté pour se former à la surveillance. Plutôt demandé par les sociétés privées de sécurité, il se prépare en 2 ans après la classe de 3e.

Au niveau bac, on trouve le BP agent technique de prévention et de sécurité (en 2 ans après le CAP) ou le bac pro sécurité et prévention, qui se prépare en 3 ans après une classe de 3e.

Depuis le 1er janvier 2011, en plus de la carte professionnelle d’agent privé de sécurité, le maître chien doit être titulaire d’une certification spécifique d’agent cynophile.

Par ailleurs, la Fédération nationale des maîtres-chiens sauveteurs aquatiques (FNMCSA), à Bandol (83), forme au brevet de maître-chien sauveteur aquatique.

La Fédération française des associations de chiens guides d'aveugles (FFAC propose une formation en alternance, d’une durée de 3 ans, menant au diplôme d'éducateur de chiens guides d'aveugles (certifié niveau bac + 2).

L'armée recrute quelques maîtres-chiens pour l'ensemble de ses corps : armée de terre, armée de l'air, marine et gendarmerie. Selon son affectation, le maître-chien possède des capacités physiques et sportives spécifiques. Par exemple, s'il veut faire des recherches en avalanches, il doit être très bon skieur.

La police dispose d'une brigade canine. Cependant, comme pour l'armée, les places sont rares.

Les douanes disposent de quelques maîtres-chiens spécialisés dans la recherche de stupéfiants.

Les entreprises privées de gardiennage ou de sécurité recrutent des maîtres-chiens pour des missions ponctuelles.

En Ile-de-France, les emplois de maître-chien se situent principalement dans la sécurité privée (surveillance des entreprises, des chantiers, etc.). Ce secteur en plein développement est créateur d'emplois depuis plusieurs années.

Voir la fiche détaillée.

Brigadier équestre / Brigadière équestre

La gendarmerie et la police nationale ont des brigades équestres : les personnels qui les composent assurent une mission de surveillance des lieux où ils patrouillent mais aussi un rôle de prévention et de représentation.

Les missions d'un cavalier de la Garde républicaine sont en particulier :
- des services d'honneur à cheval ou à pied (14 juillet, 8 mai, 11 novembre ...) ;
- la surveillance toute l'année de différents domaines forestiers (bois de Boulogne et de Vincennes, Fontainebleau, l'Isle Adam, Rambouillet, Maisons-Laffitte en Ile-de-France et aussi Saint-Chéron, Senlis, Chantilly, Chambord) et, principalement en période estivale, de certaines zones proches du littoral ( la Tremblade, Etretat, Val-de-Reuil, Rue, Lacanau, Guérande) ;
- des démonstrations équestres dans le cadre d'opérations de relations publiques ;
- les meilleurs cavaliers participent à des compétitions équestres au niveau national et international en dressage, concours de sauts d'obstacles et concours complet.

Pour faire partie des quelques 550 cavaliers de la garde républicaine, il faut d'abord devenir gendarme. Vous devrez ensuite justifier du Galop 5 et être déclaré apte à la pratique de l'équitation par un médecin militaire. Autre condition incontournable : mesurer au moins 1.70 m que vous soyez un homme ou une femme !

Il faut ensuite faire une demande d'intégration par courrier au Commandant de la Garde républicaine.

Dans la police nationale, pour faire partie des quelques brigades équestres existantes, il faut d'abord devenir gardien de la paix. Le concours de recrutement exige le niveau bac. Vous devez avoir entre 17 et 35 ans, mesurer au moins 1.60 m. Après l'année de stage et 2 ans de service, vous pourrez envisager de demander une affectation spécialisée dans une brigade équestre.

Contacts utiles

Conseil supérieur de l'Ordre national des vétérinaires

34 rue Bréguet
75011 Paris
Tel : 01.53.36.16.00

http://www.veterinaire.fr/
Ecole nationale vétérinaire d'Alfort

7, avenue du Général de Gaulle
94704 Maisons-Alfort cedex
Tel : 01.43.96.71.00

http://www.vet-alfort.fr/
Enseignement agricole public

SRFD Ile-de-France (service régional de la formation et du développement)
18, avenue Carnot
94234 Cachan cedex

Tel : 01 41 24 17 66

http://www.educagri.fr
Fédération française des associations de chiens guides d'aveugles

71, rue de Bagnolet
75020 Paris

Tel : 01.44.64.89.89

http://www.chiensguides.fr/site/accueil/index.php
IFORE, Institut de formation de l'environnement

ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
IFORE
92055 La Défense Cedex

Tel : 01 40 81 97 90

http://www.ifore.developpement-durable.gouv.fr/
Syndicat national des professions du chien et du chat

Route de Bourg
01320 Chalamont

Tel : 0892.681.341 (0.34€/minute)

http://www.snpcc.com/
SNVEL, Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral

10 place Léon Blum
75011 Paris
Tel : 01.44.93.30.00

http://www.snvel.fr/

Liens utiles

Métiers et secteurs
Ordre national des vétérinaires

Un portail consacré à la profession de vétérinaire, avec notamment des liens vers des sites consacrés à l'enseignement et à la recherche, ainsi qu'aux formations post universitaires. La rubrique "vetorama" offre un panorama complet des différentes affectations possibles d'un vétérinaire : dans un zoo, un laboratoire d'analyses, en milieu rural, à l'armée, etc.

http://www.veterinaire.fr
ANEFA, Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture

Découvrez ce site dédié à la promotion de l'emploi et de la formation en l'agriculture : des vidéos, des fiches métiers et formations sont au rendez-vous.

http://www.anefa.org
Fédération française des associations de chiens guides d'aveugles

Ce site offre de précieuses informations sur le métier d'éducateur de chiens guides, sur sa formation, sur le chien guide et les attitudes à adopter avec un tel chien dans la vie courante.

http://www.chiensguides.com
ANEFA, Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture

Découvrez ce site dédié à la promotion de l'emploi et de la formation en l'agriculture : des vidéos, des fiches métiers et formations sont au rendez-vous.

http://www.anefa.org
CNEAP, Conseil national de l'enseignement agricole privé

Des dossiers complets sur les métiers et les formations des secteurs agricole et agroalimentaire. Il est aussi possible de trouver une formation selon le diplôme ou la région.

http://www.cneap.fr/
Les métiers du cheval

Portail indispensable pour découvrir une multitude de métiers en lien avec les chevaux : formation, métier et témoignages de pros. Des dizaines d'interviews de pros font découvrir les multiples facettes de ces métiers : jockey, maréchalier, inséminateur, fabricant de selles, accompagnateur de tourisme équestre, etc.

http://www.lesmetiersducheval.com
Le site Cheval

Dans la rubrique ''articles et dossiers'', découvrez de nombreuses informations techniques et pratiques, les textes officiels sur les formations professionnelles avec, par exemple, la description des tests d'évaluation équestres pour le BPJEPS activités équestres.

http://www.le-site-cheval.com
30 millions d'amis

Le site de la célèbre association propose une rubrique sur les différents métiers animaliers. Une quinzaine de métiers y sont présentés.

http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/metiers-animaliers.html
Ethologie

Ce site de vulgarisation met les bases de l'éthologie (science du comportement animal) à portée de tous. Un forum vous offre la possibilité de poser vos questions sur le sujet ou de consulter les offres et demandes de stage.

http://www.ethologie.info
Syndicat national des animaleries

Découvrez le site du Syndicat national des animaleries, Synapses, qui fédèrent les professionnels de l'animal familier et du rapport entre l'animal, l'homme et son environnement.

http://www.syndicat-animaleries.org/
MFEC, Mouvement professionnel francophone des éducateurs de chiens de compagnie

Le Mouvement professionnel francophone des éducateurs de chiens de compagnie (MFCE) est une association qui regroupe des professionnels de l’éducation et du comportement canin.

Cette association, dont les fondateurs sont Catherine Collignon, éducatrice spécialisée en rééducation comportementale et le Dr Ian Dunbar, vétérinaire comportementaliste, a pour objectif de promouvoir l’utilisation de méthodes amicales et positives dans l’éducation et la rééducation comportementale de l’animal de compagnie.

http://www.mfec.fr/
Syndicat des comportementalistes

Pour tout savoir sur la formation et la profession de comportementaliste animal, ce site du syndicat des comportementalistes certifiés, spécialisés dans l'étude des interactions entre l'homme et l'animal familier.

http://www.comportementalistes-syndicat.fr/
Syndicat professionnel des métiers et services de l'animal familier

Négociateur de la Convention collective fleuristes, vente et services des animaux familiers, le Syndicat professionnel des métiers et services de l'animal familier (PRODAF) s'est investi dans le dossier de reconnaissance des métiers de ce secteur jeune.Découvrez les formations et les métiers dans la rubrique Métiers-Formations-Emplois.

http://www.prodaf.org/
Syndicat national des professions du chien et du chat

Le Syndicat national des professions du chien et du chat (SNPCC), est une organisation professionnelle patronale représentative des éleveurs canin et félin  et des métiers de services liés à l’animal de compagnie (éducateurs, éducateurs-comportementalistes et dresseurs, pensionneurs et toiletteurs).

http://www.snpcc.com/
Prestanimalia

Découvez le site de la chambre nationale des prestataires animaliers (éleveur, importateur, revendeur, vendeur de produits et accessoires, pensionneur, handler-préparateur concours, éducateur comportementaliste, dresseur spécialisé, assureur...) et toute l'actualité de la profession de toiletteur animalier.

http://www.prestanimalia.org/nos-etudes/etre-toiletteur-professionnel-aujourdhui/
PRODAF, Syndicat professionnel des métiers et services de l'animal familier

Pour découvrir les formations et les métiers de la vente et des services des animaux familiers et toute l'actualité de ce secteur.

http://prodaf.sotalie.makoa.fr/
ASVinfos

Découvrez dans ce magazine en ligne de l'auxiliaire vétérinaire, toute l'actualité de la profession.

http://www.asvinfos.com/
Choix de formations - orientation
Enseignement agricole français
L’enseignement et la formation aux métiers de l’agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires est ouvert à tous. Il accueille des élèves, étudiants, apprentis et stagiaires de la formation continue, de la classe de 4e jusqu’au doctorat. Production agricole, services aux personnes, aménagement du paysage, soin des animaux, agroalimentaire... Autant de métiers variés auquel l’enseignement agricole prépare et qui sont à découvrir dans la thématique Enseignement agricole du site du ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et des forêts.
http://agriculture.gouv.fr/Enseignementagricole/
Educagri, site de l'enseignement agricole

Le site officiel d'information et de promotion des établissements publics d'enseignement agricole vous présente la diversité de l'enseignement agricole : secondaire, technique et supérieur. Au menu : description des diplômes, du secteur et nombreuses informations pour devenir enseignant. En prime : des liens vers les concours ou les manifestations liées à l'agriculture et à l'environnement.

http://www.educagri.fr
UNMFREO, Union nationale des maisons familiales rurales d'éducation et d'orientation

Une recherche par secteur professionnel permet d'identifier toutes les formations proposées par l'Union des maisons familiales dans le domaine de l'agroalimentaire / alimentaire.

http://www.mfr.asso.fr
Service des concours agronomiques et vétérinaires

Ce portail officiel permet de télécharger les notices des différents concours et de connaître les conditions d'inscription.

http://www.concours-agro-veto.net
Ecole de Toilettage

Pour tout savoir sur les formations et les certification au métier de toiletteur canin.

http://www.ecole-de-toilettage.com/
Ecoles - organismes de formation
Ecole nationale vétérinaire de Maisons-Alfort

Vous trouverez des informations sur les conditions d'entrée et les épreuves du concours. Ce site donne également accès à la liste des autres écoles vétérinaires et aux formations proches.

http://www.vet-alfort.fr
Ecole nationale vétérinaire de Lyon

Présentation des études et de l'école. Vous trouverez aussi des travaux pédagogiques proposés par des enseignants ou des étudiants.

http://www.vet-lyon.fr
Ecole nationale vétérinaire de Toulouse

L'école présente en détails les conditions d'accès et le contenu des formations qu'elles dispensent.

http://www.envt.fr
Bergerie nationale

Les différents diplômes préparés sont présentés dans la rubrique ''le centre équestre''.

http://www.bergerie-nationale.educagri.fr
CFA de l'horticulture et du cheval

Présentation rapide de l'établissement et de ses filières.

http://www.cfahorticheval.com/
Laboratoire d'éthologie de Paris XIII

Présentation du LEEC et de ses différentes formations.

http://www-leec.univ-paris13.fr
Le Cadre Noir

Découvrez le site officiel de l'Ecole nationale d'équitation et du Cadre Noir de Saumur.

http://www.cadrenoir.fr/
Haras nationaux

Découvrez l'offre de formation des haras nationaux : attelage et traction animale, équitation, gestion et conduite des équidés, maréchalerie, pratique autour du cheval, sellerie...

http://www.haras-nationaux.fr/formation/formation-haras-nationaux.html
Institut français du cheval et de l'équitation

L'Institut public français du cheval et de l'équitation, placé sous la tutelle des ministères chargés des sports et de l'agriculture, accompagne la professionnalisation de la filière équine. Ses actions au profit de la profession équine  se déploient sur tout le territoire.
L'Institut a notamment pour mission la formation en vue du renforcement des compétences professionnelles des acteurs de la filière. Ses actions de formation et conseils sont délivrées par les Haras nationaux et l’Ecole nationale d'équitation Cadre noir.

http://www.ifce.fr/
FFAC, Fédération française des associations chiens guides d'aveugles

La Fédération française des associations chiens guides d'aveugles (FFAC) regroupe notamment dix écoles de chiens guides d'aveugles. Vous trouverez sur ce site tiutes les informations sur le métier d'éducateur de chien guide d'aveugle, le détail de la formation et la liste des écoles.

http://www.chiensguides.fr/site/4_les_educateurs/le_metier.htm
Centre de formation auxiliaire vétérinaire

Pour vous former en alternance au métier d'auxiliaire vétérinaire.

http://www.gipsa.fr/
Emploi et recrutement
Agrojob

Un portail très complet pour les chercheurs d'emploi dans l'agroalimentaire, l'agriculture, l'environnement : offres d'emploi, de stages et d'intérim, des modèles de CV, un annuaire d'entreprises, un dictionnaire de 3 000 termes du secteur et même un forum.

http://www.agrojob.com
APECITA, Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire

Le site de cette association, qui accompagne et conseille chercheurs d'emploi et entreprises, diffuse des offres d'emploi.

http://www.apecita.com
FIV, France Vétérinaire International

Pour tout savoir sur l'offre française de formation et de coopération technique vétérinaires (lutte contre les maladies animales, sécurité sanitaire des aliments, identification des animaux et traçabilité...).

http://www.france-vet-international.org/
Outils pédagogiques
ChloroFil.fr

Ce site constitue un espace d'information, d'échanges et de travail au service de tous les membres et partenaires de la communauté éducative de l'enseignement agricole français. Les documents et services proposés sont organisés autour de grandes thématiques : système éducatif agricole ; emploi, concours, formation et carrière ; diplômes et référentiels ; vie scolaire et étudiante ; ressources et pratiques éducatives.

http://www.chlorofil.fr
Actualités spécialisées
Chambre interdépartementale d'agriculture d'Ile-de-France

L'actualité de l'agriculture francilienne et ses points forts sont présentés sur ce site régioanl, avec un calendrier des événements de l'année et une sélection de liens thématiques.

http://www.ile-de-france.chambagri.fr
Etudes et statistiques
Agreste, la statistique agricole

Des enquêtes pour mieux comprendre le secteur : les évolutions de production, les développements des filières, la conjoncture économique de l'agroalimentaire, etc.

http://www.agreste.agriculture.gouv.fr
Direction régionale et interdépartementale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt d'Ile-de-France

La Direction régionale et interdépartementale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt d'Ile-de-France, DRIAAF,  réalise des enquêtes statistiques et économiques sur le secteur agricole et forestier,
l’industrie agroalimentaire, le développement des filières et l’évolution du territoire. Consultez la rubrique "Chiffres et publications".

http://driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/
SNVEL, Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral

Le Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral (SNVEL) a pour mission promouvoir les intérêts professionnels et de développer la profession de vétérinaire, de participer à sa formation et enfin de faire connaître ce métier et de valoriser son image.  Une rubrique Chiffres clés vous éclaire sur l'actualité de cette profession.

http://www.snvel.fr/