Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Thierry Hazan

Vétérinaire, Le Perreux (94)
Date de l'interview : 27/11/2012

Je suis généraliste et spécialiste, c’est le privilège du métier de vétérinaire.

Thierry Hazan est à la tête d’une clinique vétérinaire. Tour à tour médecin généraliste, chirurgien, dermatologue ou encore radiologue, il raconte le quotidien d’un métier qui lui prend tout son temps et pour lequel il est toujours passionné.

Où peut-on exercer le métier de vétérinaire ?

Les vétérinaires sont avant tout des praticiens, en ville pour les animaux de compagnie, en milieu rural pour les animaux de ferme. Certains sont enseignants-chercheurs, d’autres travaillent pour l’industrie agro-alimentaire et contribuent à la conception et à la production de médicaments ou d’aliments.

Quelle formation doit-on suivre ?

Les études pour obtenir le diplôme d’État de docteur vétérinaire durent au minimum 7 ans. Le concours d’entrée à l’école nationale vétérinaire est ouvert aux titulaires d’un bac + 2, généralement après un bac scientifique et deux années de classe préparatoire (BCPST, etc.) . La formation à l'école dure 5 ans, au terme desquels le vétérinaire peut choisir de se spécialiser, durant encore un an ou deux, dans différentes disciplines, en neurologie par exemple. Je suis moi-même chirurgien vétérinaire, formé à l’école de Maisons-Alfort, et je me suis spécialisé en dermatologie et en médecine interne. En réalité, j’ai toujours étudié, que ce soit à travers des sessions de formation ou des congrès médicaux.

Qu’est-ce qui rend votre métier passionnant ?

Il est passionnant car je suis à la fois généraliste et spécialiste : c’est le privilège du métier de vétérinaire. Je n’aurais surtout pas voulu être un spécialiste de l’avant-bras droit ! Avec les animaux, je suis à la fois médecin, anesthésiste, chirurgien, radiologue, dermatologue, orthopédiste…. Je passe des radios, j’analyse des prélèvements sanguins. Ce matin, je viens de procéder à une ponction de moelle osseuse sur un chien ; je m’occuperai ensuite d’un lapin et cet après-midi, je ferai de la cardiologie… J’exerce depuis près de 20 ans et je ne me suis jamais ennuyé !

C’est un métier qui vous prend tout votre temps…

Je travaille, il est vrai, 50 heures par semaine. Quand on entreprend ce métier, on sait que l’on travaillera tous les samedis, qu’il y aura des gardes la nuit et le week-end. Comment respecter les horaires quand arrive un chien malade à l’heure de la fermeture de la clinique ?

Quelles qualités faut-il avoir pour être vétérinaire ?

Il faut aimer le contact, et pas seulement avec les animaux ! Et quand on est installé en libéral, être un bon gestionnaire. Je dirige une clinique qui compte 7 salariés et cela demande beaucoup d’attention.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui rêve de devenir vétérinaire ?

D’être animé d’une véritable passion et de la faire vivre, de manière à ce que le travail, très prenant, ne soit pas une contrainte. Si l’on fait ce métier uniquement pour l’argent ou pour le statut qu’il confère, on ne peut pas tenir.

Propos recueillis par Nathalie Courtois