Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Un bachelier sur quatre inscrit en licence

Un bachelier sur quatre inscrit en licence

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche publie une enquête sur le déroulement de l’orientation et le devenir des bacheliers 2011 inscrits en 1re année à l’université.


Le 11/07/2012


Parue en juillet 2012, une note d'information de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Education nationale fait le point sur la situation des nouveaux bacheliers inscrits en licence à la dernière rentrée.

Cette nouvelle enquête a été menée fin novembre 2011 auprès de 1 500 étudiants entrant en 1re année de licence LMD (hors 1re année commune aux études de santé). Sélectionnés selon la méthode des quotas (sexe, série de bac, âge d’obtention du bac, spécialité de licence), les étudiants ont été interrogés en face à face. Une trentaine d'universités ont été sélectionnées en fonction des disciplines enseignées et du type d’agglomération d’implantation.

Les résultats font apparaître qu’un quart des bacheliers s’est inscrit en 1re année de licence en 2011 contre un tiers des bacheliers en 2006 (date de la précédente enquête). Plus précisément, 40 % des bacheliers généraux se sont inscrits en L1, 16 % des bacheliers technologiques et 7 % des bacheliers professionnels (chiffre en forte hausse).

L’origine sociale des bacheliers techno et pro est moins favorisée : ils sont plus nombreux à bénéficier d’une bourse, à travailler pendant leurs études et à envisager une réorientation, souvent liée à une inscription en L1 par « défaut ».

 

Un taux de satisfaction globalement élevé...

 

Plus de 80 % des entrants en L1 (et plus particulièrement les bacheliers généraux) déclarent être dans une formation correspondant à ce qu’ils souhaitaient faire comme études en fin de terminale.
En 2011, 70 % des étudiants ont ainsi fait figurer la licence dans laquelle ils sont inscrits comme 1er vœux dans la procédure APB (Admission Post-Bac).

Les bacheliers les plus jeunes ayant obtenu une mention et inscrits dans les filières sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), droit et sciences politiques, et sciences se déclarent les plus satisfaits de leur choix d’orientation et sont aussi les plus motivés.

75 % des primo-inscrits en L1 souhaitent poursuivre leurs études dans leur licence, et 56 % jusqu’au master.

Parmi les 38 % d’étudiants n’ayant pas placé leur licence actuelle en 1re position (et/ou n’ayant pas postulé pour une formation hors APB), 30 % ont postulé pour un BTS (65 % des bacheliers techno et pro), 25 % pour un IUT, 15 % pour une autre licence, et 13 % pour une CPGE.

 

Mais 25 % des étudiants inscrits « par défaut » !

 

Le taux de de satisfaction des inscrits en L1 est nettement plus faible parmi les bacs techno (71 %) et plus encore les bacs pro (60 %), nombreux à s’être inscrit en L1 « par défaut ».

Ce pourcentage élevé d’étudiants inscrits « par défaut » n’est pas sans conséquence car l’issue de la 1re année d’étude universitaire est fortement conditionnée par le contexte de l'inscription en licence (par choix ou par défaut).

Ce sont les filières AES, économie et gestion, et sciences qui comportent le plus d’inscrits « par défaut ».

 

Un quart des étudiants a indiqué qu’il ne souhaitait pas continuer sa licence l’année suivante.

Cette proportion est encore plus grande chez les bacheliers techno et pro (35 %), qui souhaitent plus souvent se réorienter vers un IUT ou un BTS (près de 15 %).

Ces inscrits sont aussi les moins satisfaits de leur orientation et du fonctionnement d’APB. De plus, alors qu’ils auraient eu besoin d’un avis d’orientation en amont, ils en ont moins souvent bénéficié, de même que des autres dispositifs du Plan Réussite en Licence (PRL) : tests de positionnement ou d’évaluation,  tutorat d’accompagnement...

 

Le projet professionnel au coeur des préoccupations


En 2011, le projet professionnel est aussi important que l’intérêt pour le contenu des études dans le choix de la formation. Le contexte économique incertain et le fort taux de chômage des jeunes expliquent que la spécialité de licence a été plus souvent choisie qu’en 2006 pour les débouchés qu’elle offre...

Près de 90 % des nouveaux inscrits déclarent avoir un projet professionnel, dont la moitié un projet précis. Quand ils ont un projet professionnel précis, les étudiants sont davantage confiants dans les débouchés.

Les étudiants sont majoritairement satisfaits de l’information qu’ils ont trouvée concernant les orientations possibles et les différents parcours d’études et les métiers.

La place d’Internet parmi les sources d’information des futurs bacheliers concernant leur orientation continue à croître. Internet est ainsi devenu la source d’information la plus citée comme contribuant à l’information des bacheliers

Les bacheliers professionnels sont moins satisfaits de l’information qu’ils ont trouvée sur l’orientation et les parcours.

Si les inscrits « par défaut » ont un peu moins souvent cherché des informations sur leurs chances de succès et les débouchés de leur licence, ils se sont en revanche davantage préoccupés des réorientations possibles.

Une importante minorité d’étudiants se sent néanmoins mal informée sur les modalités de validation de la licence (34 %), les dispositifs d’accompagnement et de soutien, et les activités associatives proposées dans leur université (25 %).

Enfin, sur l’ensemble des étudiants en L1, seuls 31 % veulent devenir enseignants, alors qu'en 2006, ils étaient 45 %...

 

Annie Poullalié