Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Un référentiel de compétences pour les ostéopathes

Un référentiel de compétences pour les ostéopathes

Le Syndicat national de l’enseignement supérieur en ostéopathie publie « Devenir ostéopathe. Agir avec compétence », le 1er référentiel français de compétences de la profession.


Le 08/06/2012

 

La publication « Devenir ostéopathe. Agir avec compétence » est signée par Jacques Tardif, enseignant-chercheur en pédagogie à l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada).

 

Ce spécialiste de l’évaluation des dispositifs de formation et des compétences a travaillé en étroite collaboration avec une équipe pluridisciplinaire composée de:
- chercheurs en pédagogie 
- ostéopathes en exercice ;
- professionnels de la formation (ostéopathes, médecins, chercheurs...) ;
- écoles « historiques » de la profession (CIDO Saint-Étienne, COP Marseille, ESO Paris, IdHEO Nantes, ISOstéo Lyon et ITO Toulouse), membres du Syndicat national de l’enseignement supérieur en ostéopathie (SNESO).


L’ouvrage est centré sur les compétences d’un ostéopathe et élabore un référentiel qui suit les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit au minimum 4 465 heures de formation.

Ce référentiel transcrit pour la 1re fois de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des connaissances et des compétences que l’étudiant doit acquérir pour devenir ostéopathe.


Selon Patrick Féval, président du SNESO, « Une profession existe et se perpétue grâce à sa formation permettant l’apprentissage des compétences dont les contenus sont précisément rédigés et justement évalués. Ainsi, ses diplômés sauront l’exercer en toute sécurité, la pratiquer avec efficacité, la développer et la faire évoluer scientifiquement dans l’intérêt de tous ». 


Alors que la profession est inquiète de son devenir et qu’un récent rapport de l’IGAS souligne l’urgence en France de la réforme de la formation des ostéopathes, jugée  trop disparate, ce référentiel représente un outil indispensable au service de la profession. Il permettra un meilleur encadrement de l’exercice professionnel garantissant la qualité des soins et la sécurité des patients.

 

Annie Poullalié