Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Profession taxidermiste, une alchimie réussie entre l’art et la science

Profession taxidermiste, une alchimie réussie entre l’art et la science

Depuis le 26 janvier et jusqu'au 21 mars 2012, une exposition de photographies de Jacques Vekemans au Jardin des Plantes illustre le travail de Jack Thiney, taxidermiste à la Grande galerie de l'évolution du Muséum national d'histoire naturelle.


08/02/2012


Pendant un an, le photographe Jacques Vekemans a suivi le travail de taxidermie de Jack Thiney dans son atelier du Muséum national d'histoire naturelle.

 

Ce photographe s'intéresse aux métiers, à leur gestuelle et à leur transmission. Selon lui, «L’inventivité et l’adaptation, le souci du détail, un sens artistique clair et instruit représentent autant de qualités qui rapprochent la taxidermie des activités pratiquées dans les meilleurs ateliers de conception d’objets sur mesure dans les métiers du luxe. »

Son exposition de photographies en plein air marque le début d’une série consacrée aux métiers et aux coulisses du Muséum. Ses photographies restituent le savoir-faire unique de Jack Thiney.


Entré au Muséum à l'âge de 17 ans, ce taxidermiste a consacré sa vie à redonner vie aux animaux par ses gestes savants et précis. Tout au long de sa carrière, il a produit des spécimens témoignant de la biodiversité et de l'histoire ancienne et actuelle des animaux qui peuplent la planète.

 

Les photographies sélectionnées retracent notamment les différentes étapes de son travail sur un animal défunt : maquette miniature, création d'un volume, ébauche, sculpture, costume, maquillage du spécimen pour lui donner l'illusion de la vie...


La taxidermie (du grec taxis : préparer et derma : peau) est un métier qui allie une approche artistique et des connaissances anatomiques précises. Elle n'est reconnue comme profession à part entière que depuis quelques dizaines d'années alors que cette pratique s'enracine dans un passé très ancien (momification).
Véritable mémoire du monde vivant et outil de travail indispensable pour la compréhension de l'histoire de la vie et pour la recherche scientifique, les collections de spécimens du Muséum sont parmi les plus importantes au monde.


Le métier de taxidermiste a beaucoup évolué avec le développement de la science et des techniques : la sculpture de mannequins dans du polystyrène et de la mousse de polyuréthane remplace aujourd'hui le travail sur les squelettes d'animaux.


Si cette partie technique du métier de taxidermiste peut s'acquérir assez rapidement pour un candidat motivé, l'accès au plaisir d'une réalisation aboutie ne se gagnera qu'après plusieurs échecs... C'est la dimension artistique du travail. Pour réussir un spécimen, un taxidermiste de musée doit en effet habilement jouer sur l'équilibre entre la rigueur anatomique et scientifique et un sens de l'esthétique qui donnera à sa réalisation une force, un mouvement, une expression... Il doit aimer toucher, caresser les fourrures, sentir l'odeur des cuirs.


Les débouchés offerts par la taxidermie de musée sont malheureusement très restreints.


Pour découvrir ce métier de passionné, nous vous invitons à regarder sur notre site le témoignage vidéo de Christophe Voisin, taxidermiste au Muséum national d'histoire naturelle.

 

Annie Poullalié