Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Le Centre d'analyse stratégique se penche une nouvelle fois sur l’emploi de demain

Le Centre d'analyse stratégique se penche une nouvelle fois sur l’emploi de demain

En janvier, le Centre d’analyse stratégique (CAS) a publié une note d’analyse sur les secteurs créateurs d’emplois à moyen terme, ainsi qu’un rapport sur les secteurs de la nouvelle croissance, avec une projection à l’horizon 2030.


02/02/2012


Le Centre d’analyse stratégique (CAS), service d’expertise placée auprès du Premier ministre, a pour principale mission d’éclairer le Gouvernement dans ses orientations stratégiques notamment dans le domaine économique et social.


Les travaux du CAS sont rendus publics sous la forme de notes d’analyse et de rapports . En lien avec le dernier sommet social, le CAS a présenté plusieurs travaux sur le devenir de l’emploi à l’issue de la crise.


Depuis quelques mois, la faiblesse de la croissance a confirmé la nature structurelle de la crise actuelle et la possibilité d’enchaînements dangereux.


La crise est génératrice de chômage à court terme. Elle engage aussi à plus long terme une transformation des activités et des compétences dont témoigne l’hétérogénéité actuelle de la conjoncture selon les secteurs.


L’innovation en matière de produits ou d’organisation, demeurée intacte en plein cœur de la crise dans certains secteurs clés, le potentiel de développement offert par les marchés émergents, signalent que les pertes d’emplois peuvent être réversibles à condition de favoriser la redirection vers les activités porteuses. Le défi des analystes consiste à les identifier suffisamment en amont.


L’étude sur «Les secteurs créateurs d’emplois à moyen terme» (Maxime Liégey, département Economie/Finances et Cécile Jolly, département Travail/Emploi) constitue un travail d’actualisation des projections sectorielles d’emplois. Elle vise à identifier les secteurs susceptibles de porter la croissance et l’emploi après le creux de la crise.

Les secteurs créateurs d’emplois, regroupés dans les services aux entreprises, les services personnels et d’utilité collective et les services d’intermédiation totaliseraient 944 000 créations d’emplois.


L’étude sur « Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l’horizon 2030 » (Cécile Jolly, département Travail/Emploi, Maxime Liégey, département Economie/Finances, Oliver Passet, CAS, avec le concours de l'équipe Erasme-Nemesis: Paul Zagamé, Pierre Le Mouël, Baptiste Boitier et Arnaud Fougeyrollas) se place dans une perspective de long terme.

 

Se livrant à un exercice de scénarisation qui s’appuie sur le modèle Nemesis développé par le laboratoire Erasme, cette étude synthétise en 3 scénarios réalistes, les variations des conditions économiques et la réactivité des secteurs :
- le scénario cible envisage l’évolution de l’économie française vers un nouveau modèle de croissance à fort contenu en innovation, une orientation plus servicielle et une modification éco responsable des comportements de consommation et de production, appuyé par des politiques publiques et une stabilité macroéconomique retrouvée ;
- le scénario contraint anticipe des évolutions médianes dans un contexte incertain, en tenant compte des réactions déjà constatées des secteurs dans la crise ;
- le scénario de crise décrit une situation de dégradation de la compétitivité européenne sur les marchés extérieurs et de contrainte financière accrue pour les agents économiques.


La connaissance des réactions économiques et sociales aux crises passées est mobilisée pour réduire l’incertitude sur la croissance de demain qui ne pourra être sera le fait que de la spécialisation et de la mobilisation de compétences bien précises.


Ces projections de long terme avantagent également les secteurs bénéficiant de ressorts structurels de demande intérieure (services d’utilité collective ou liés à la personne), les secteurs abrités (construction, tourisme, services d’intermédiation technique, commerciale et financière) et les services externalisés des entreprises.

Qu’il s’agisse d’industrie ou de services externalisées, le défi est de produire demain en France.


A noter : la construction, l’industrie et les services aux entreprises sont les secteurs les plus sensibles aux variations des conditions économiques.


Ce rapport prospectif du CAS met en lumière les gisements de croissance. Il montre que les secteurs traditionnels ont un potentiel de réinvention, que la France est capable de se positionner sur des spécialisations d’avenir et que les services de demain disposent de marges considérables de progression en termes de productivité et de qualité.

Annie Poullalié