Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Hausse annoncée du numerus clausus de médecine

Hausse annoncée du numerus clausus de médecine

Former plus de médecins et mieux les répartir sur le territoire national : en relevant le numerus clausus de médecine, le gouvernement s’attaque au problème de la pénurie médicale.


Le 12/12/2011

 

Le gouvernement vient d’annoncer qu’il fixera à 7 500 le numerus clausus de médecine à compter de 2012, soit 100 places de plus qu’en 2011. Par ailleurs, 200 places supplémentaires seront accordées aux passerelles, dispositif permettant à des étudiants d’entrer directement en 2e ou 3e année de médecine.

 

Le numerus clausus a été augmenté progressivement au cours des 10 dernières années, passant de 4 300 places en 2001 à 7 400 en 2011.

 

A cette augmentation sera associée une meilleure organisation de l’implantation des médecins sur le territoire national.

 

En outre, les nombreuses mesures incitatives prises depuis 5 ans pour faciliter et améliorer les conditions d’exercice des médecins seront prolongées.

 

Parmi celles-ci, on peut citer la promotion de l’exercice libéral par le biais de stages dans le secteur libéral dès le 2e cycle et pendant l’internat, l’augmentation du nombre de maîtres de stages pour encadrer les étudiants (7 000 dès 2012, contre 3 500 en novembre 2010), la création de 230 nouvelles maisons médicales pluridisciplinaires dotées d’un statut juridique souple et adapté, ou encore l’attribution de bourses aux étudiants de médecine prêts à s’engager à exercer dans des zones rurales.

 

Sur l’année scolaire 2010-2011,146 étudiants se sont engagés à exercer dans une zone déficitaire en contrepartie du paiement d’une allocation pendant leurs études.

 

Si l’Ile-de-France est loin d’être un désert médical, c’est l’une des régions françaises les plus concernées par la baisse des effectifs médicaux. Deux explications sont avancées : les départs massifs à la retraite de médecins libéraux, mais aussi un certain "désamour" des médecins pour cette région qu'ils délaissent au profit de régions offrant une qualité de vie supérieure.

 

L’annonce d’une nouvelle hausse du numerus clausus tombe donc à point nommé !

 

Patricia Holl