Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Fabien Prunier

Elève de Manaa (mise à niveau en arts appliqués), Paris (75)
Date de l'interview : 01/12/2011

Les arts plastiques au lycée, c’est totalement différent de ce qui est proposé au collège. Au lycée, on est vraiment libre de s’exprimer.

Fabien Prunier a suivi l’option facultative « arts plastiques » durant toute sa scolarité au lycée Jean Monnet de La Queue-lez-Yvelines. Actuellement en Manaa (« mise à niveau en arts appliqués ») à l’école de Condé, à Paris, il revient sur ces années riches en découvertes et en pratiques artistiques.

Quel est votre parcours scolaire ?

J’ai fait une seconde générale, puis une première scientifique. Mes résultats scolaires étant trop mauvais, j’ai préféré  redoubler en première littéraire pour avoir mon bac de façon plus confortable. Je ne regrette pas cette décision car j’ai eu le bac avec mention.

Qu’est-ce qui vous incité à choisir l’option « arts plastiques » dès la seconde ?

Bon en arts plastiques au collège, je m’étais dit que cette option pouvait m’aider à obtenir des points supplémentaires au bac. J’ai aussi choisi les arts plastiques par curiosité car je m’intéressais à l’architecture, j’envisageais de faire une école d’archi, et je voulais être sûr de mon choix. Lorsque j’ai participé aux portes ouvertes organisées par le lycée, il y avait différents stands, dont celui de l’option arts plastiques. Le prof semblait sympa et passionné, cela a confirmé mon envie de suivre l’option.

Comment se sont déroulés les cours ?

L’option représente 3 heures de cours par semaine, auxquelles s’ajoute un volume important de travail personnel, qui s’est amplifié d’année en année. L’année de terminale, ça n’a pas été évident de mener de front la préparation du bac et les travaux à réaliser dans le cadre de l’option. Mais j’ai fait le choix de ne jamais négliger les arts plastiques au profit du bac. En terminale, comme je n’avais pas d’autres cours le vendredi, je passais ma journée en salle d’arts plastiques…

Que retenez-vous de cet enseignement des arts plastiques ?

J’ai beaucoup apprécié la liberté d’expression qu’on nous a laissée, ainsi que l’esprit d’équipe et la solidarité entre les élèves. A travers cet enseignement, j’ai pu aborder plein de techniques différentes : le fusain, la peinture, la photographie, les maquettes… On a appris à utiliser les logiciels de retouche, en particulier « Photoshop », qui est devenu un passe-temps pour moi. Enfin, je retiens les différentes sorties que nous avons pu faire avec le prof, surtout la semaine en centre d’art qui nous a permis de rencontrer un artiste et de travailler le plâtre, ce qu’on ne peut pas faire partout.

Les collégiens  n’ont pas toujours une image positive des arts plastiques. Que diriez-vous pour les convaincre de l’intérêt de cette option au lycée ?

Les arts plastiques au lycée, c’est totalement différent de ce qui est proposé au collège. Au lycée, on est vraiment libre de s’exprimer, ce qui est impossible au collège où on doit aller dans une direction bien précise. Même pour la culture artistique, le prof ne nous a jamais rien imposé. Il nous a montré des œuvres et présenté des artistes, mais on a pu faire nos propres choix. Par exemple, il nous a demandé de faire le compte-rendu d’une  visite de musée : chacun a pu aller dans le musée qui lui plaisait.

De plus, on dispose de moyens plus importants au lycée. Notre salle d’arts plastiques était notamment équipée de  4 ordinateurs.

Finalement, l’option vous a-t-elle aidé à avoir le bac ?

J’ai eu 17 coefficient 2, soit 14 point en plus, ce qui m’a permis d’avoir une mention. Cette option a surtout confirmé mon envie de continuer dans la voie artistique. Je pense toujours à l’architecture, mais je me donne encore du temps pour me décider. Après mon année de mise à niveau, j’envisage de faire un BTS arts appliqués ou une école d’art.

Selon vous, l’option facilite-t-elle  l’accès aux études supérieures artistiques ?

Elle est très utile car après 3 années d’option arts plastiques, on a beaucoup de travaux à présenter aux jurys lors des entretiens de sélection. Par ailleurs, pour entrer dans les écoles publiques, il y a des épreuves en temps limité auxquelles l’option prépare bien. C’est comme ça que j’ai été admis sur liste d’attente à Duperré. Malheureusement je n’ai finalement pas été pris…

Propos recueillis par Patricia Holl