Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Des études supérieures plus ouvertes aux étudiants handicapés

Des études supérieures plus ouvertes aux étudiants handicapés

Les étudiants handicapés ne sont plus relégués aux seuls établissements spécialisés : depuis 2005, leur nombre a augmenté d’un tiers au sein de nombreuses filières de formation ordinaires. Néanmoins des progrès importants restent à réaliser en matière d’accès à la formation.


Le 17/11/2011

 

En France, environ 11 000 étudiants handicapés ( soit un bachelier sur 5 ) poursuivent actuellement des études supérieures en IUT, à l’université et dans les grandes écoles. Leur nombre a doublé en 10 ans.

La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a fortement contribué à accélérer l’accès des étudiants handicapés aux études supérieures en incitant les établissements à s’adapter et à améliorer leur intégration.

 

En fonction de leurs moyens respectifs, les universités et les grandes écoles se sont progressivement dotées d’une mission handicap chargée de faciliter l’admission, l’accompagnement, les études et la passation des examens des élèves handicapés.

 

Des progrès importants (rampes, ascenseurs...), mais inégaux, ont été faits en matière d’accessibilité des locaux. Les établissements manquent parfois de moyens pour acquérir les équipements spécialisés nécessaires.

 

La mission handicap est un guichet unique qui informe et assiste les étudiants. Elle travaille en relation avec les services médicaux afin d’analyser leurs besoins et  pouvoir leur proposer une aide personnalisée.

 

Il s’agit notamment de leur fournir des documents pédagogiques adaptés (polycopiés agrandis, copies en braille, enregistrements des cours…), de leur prêter du matériel (ordinateurs portables, logiciels de reconnaissance vocale…), de leur proposer des assistants pour prendre des notes ou effectuer des recherches, de mettre des interprètes en langue des signes, des auxiliaires de vie pour les soins et les repas à leur disposition …

 

Pour les étudiants ayant de grandes difficultés à se déplacer, des dispenses de cours sont envisageables. De même, certains peuvent demander à étaler une année d’études sur 2 ans.

 

Enfin lors de la passation des concours et des examens, les étudiants peuvent bénéficier d’aménagements particuliers : une durée de temps supplémentaire, d’un ordinateur pour rédiger, des sujets en braille, d’un secrétaire pour la rédaction....

Malgré ces efforts, et même si leur nombre progresse, les étudiants handicapés sont encore trop peu nombreux : ils ne représentent que 0,5 % des 2,3 millions d’étudiants.


Face aux difficultés rencontrées, les jeunes bacheliers handicapés ont en effet tendance à hésiter à s’engager dans des études longues et sélectives (classes prépas en vue des concours des grandes écoles...).

 

Indispensables, pour s'informer :

- le site Handi-U,
un portail au service des étudiants en situation de handicap. Ce site du ministère de l'Enseignement supérieur propose une liste complète des établissements (universités, grandes écoles...) avec les contacts des missions handicaps, les services proposés, les fiches détaillées des établissements publics avec leurs conditions d'accessibilité, d’accueil et d’accompagnement ;

-le site droitausavoir .asso.fr de l'association nationale pour le droit au savoir et à l'insertion professionnelle des jeunes personnes handicapées  informe les étudiants handicapés sur leurs droits et les dispositifs existants ;

- le site handisup.fr
a pour objectif de contribuer à améliorer le niveau de formation, de qualification et la qualité de vie sociale des jeunes en situation de handicap.

 

Il est très important que les futurs bacheliers handicapés se fassent connaître le plus tôt possible des établissements supérieurs qui les intéressent afin de bénéficier des aménagements qui leur sont nécessaires (concours, études, examens...).

 

Annie Poullalié