Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • L'enseignement des langues étrangères dans les écoles d’ingénieurs

L'enseignement des langues étrangères dans les écoles d’ingénieurs

Une étude de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI), parue en mai 2011, met en lumière la diversité de l’enseignement des langues étrangères au sein des écoles d’ingénieurs.


Le 04/10/2011


Face à l’internationalisation du savoir scientifique et de la production technologique, les écoles françaises d’ingénieurs font évoluer leurs cursus afin de former des jeunes mieux adaptés aux attentes d’un marché du travail mondialisé.

 

L’ouverture à l’international des écoles d’ingénieurs est devenue une nécessité. Afin d’y répondre au mieux, les écoles proposent notamment un enseignement des langues étrangères de plus en plus diversifié.

 

Considérant que la place occupée par l’enseignement des langues étrangères représente un bon indicateur de mesure du degré d’internationalisation d’une école d’ingénieurs, la CDEFI a voulu dresser un panorama complet de la diversité actuelle de l’enseignement des langues étrangères dans les écoles d’ingénieurs.

 

Elle a lancé une enquête en février dernier auprès de l’ensemble de ses 178 écoles membres, au moyen d’un questionnaire adressé aux directeurs des écoles (50 % de taux de réponse).

 

L’étude menée vise à connaître la situation actuelle de l’enseignement des langues étrangères dans les écoles, à mettre en valeur la dynamique des écoles pour proposer aux élèves un enseignement des langues diversifié et enfin à évaluer les tendances qui se profilent  concernant l’enseignement des langues.

 

Plus de 90 % des écoles considèrent que pour les élèves-ingénieurs l’apprentissage de langues étrangères est très important. Leur principale motivation pour le choix d’une langue serait le projet d’un stage à l’étranger.

 

Suivant les préconisations de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), toutes les écoles enseignent au moins une langue étrangère obligatoire : l’anglais.


L’étude révèle que pour 97 % des écoles, il est important d’intégrer plus d’une langue étrangère dans le cursus d’ingénieur.

Elle montre aussi que la grande majorité des écoles (62%) est en mesure d’imposer une 2e langue obligatoire, au choix des élèves dans la plupart des cas (89 %).

 

L'ensemble des écoles enseigne au total 16 langues étrangères différentes : 10 langues européennes (dont 92 % l’espagnol et l’allemand, 88 % russe), 3 du Moyen-Orient (20 % arabe) et 3 d’Extrême-Orient (71 % le chinois et 58 % le japonais).

Les écoles de plus de 1 000 élèves peuvent proposer un choix plus diversifié allant jusqu’ 7 langues !

 

Il reste difficile d’établir une correspondance claire entre les langues enseignées dans les écoles et les pays avec lesquels l’école a actuellement des partenariats (double diplômes, échanges encadrés, recherches communes...), car le nombre et la diversité des pays cités sont trop importants...

Néanmoins, les pays le plus cités sont : l’Espagne, l’Allemagne, la Chine et l’Angleterre; ce qui correspond aux 4 langues les plus enseignées dans l’ensemble des écoles d’ingénieurs.

Pour les coopérations à venir, on voit clairement se détacher les pays émergents : Chine, Brésil, Inde. Les écoles devancent cette tendance et font actuellement un effort important pour intégrer l’enseignement du chinois et du portugais dans leur cursus.

50 % d’entre elles souhaiteraient proposer une langue supplémentaire aux étudiants, notamment le portugais (37%).


L’étude de la CDEFI a pu mettre en évidence la diversité de l’offre de formation linguistique ainsi que l’effort des écoles d’ingénieurs pour augmenter encore davantage cette offre. Elle a également montré la complexité de l’organisation de cet enseignement : enseignement proposé à plusieurs niveaux d’avancement, horaires hebdomadaires (2 h pour chaque langue en moyenne), validation académique (ECTS), validation externe et reconnue (TOEIC, test of english for international communication), qualification des enseignants ...

 

Bon savoir : «Le niveau souhaitable en anglais pour un ingénieur est le niveau expérimenté C1. En aucun cas, un diplôme d’ingénieur ne sera délivré à un étudiant n’atteignant pas le niveau indépendant B2 certifié en anglais du cadre européen de référence pour les langues (CECR) du Conseil de l’Europe qui distingue 6 niveaux », selon la CTI.

 

En complément de l’acquisition de compétences techniques et scientifiques, l’acquisition de compétences linguistiques permet donc aux jeunes ingénieurs de débuter une carrière à l’international en sachant communiquer, négocier, argumenter et écrire dans une ou plusieurs langues autres que le français, et de s'adapter à d’autres us et coutumes pour évoluer dans un contexte multiculturel.

 

Actuellement, 18,5 % des ingénieurs français travaillent à l’étranger (soit 84 000) et parmi les diplômés de 2010, 12 % ont trouvé leur premier emploi hors de France...

 

Annie Poullalié